Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 11:18

Depuis quelques mois, l’une de mes amies (que nous appellerons Sophie) et son conjoint, parents d’une petite fille de 3 ans, se sont lancés dans l’aventure de l’adoption. Ils sont donc ce qu’on appelle un couple « fertile », ce qui ne les empêche pas d’avoir choisi de concrétiser une envie très forte : celle d’agrandir leur famille en y accueillant un enfant venu d’ailleurs, un enfant qui ne serait biologiquement pas le leur.

[...]

Si je suis au courant du projet de mon amie, j’avoue n’avoir jamais osé lui demander précisément ce qui l’avait guidée vers cette envie. Aussi je suis ravie qu’elle ait accepté de répondre à mes questions et j’espère que son témoignage intéressera d’autres que moi.

 

Adoption-fertilite.jpg

 

Sophie, saurais-tu expliquer, décrire, comment l’envie d’adopter un enfant t’est venue ? A-t-elle précédé ou suivi celle d’avoir un enfant biologique ? Ton conjoint a-t-il toujours eu cette envie également ou avez-vous fait ce cheminement ensemble ?

Cette envie nous l’avions séparément et nous l’avons partagée dès les premières semaines de notre relation, en nous disant qu’un jour, nous adopterions un enfant. Sans pour autant que ça interfère sur notre envie d’enfant biologique, présente également. De longues années plus tard, nous avons eu notre petite fille, qui nous a comblés et il y a un an, alors que beaucoup pensent alors à concevoir un deuxième enfant, c’est cette envie d’adopter qui nous est revenue comme une évidence : nous avons décidé de nous lancer!

C’est une chose difficile à expliquer et qui ressemble d’ailleurs à l’envie de concevoir un bébé, un sentiment qui “prend aux tripes”.

 

Peux-tu expliquer, en quelques mots, les différentes étapes de la procédure d’agrément ? Où en êtes-vous dans cette procédure ?

La procédure d’agrément est départementale, tout est géré par le Conseil Général local. Le délai est de 9 mois (et ça n’est pas anodin) après la date de dépôt du dossier administratif. Il y a plusieurs entretiens avec un/une psychologue et un/une assistante sociale qui sont chargés de nous interroger et de définir selon des critères bien précis si nous sommes aptes à accueillir un enfant issu de l’adoption. Les deux rédigent un rapport et la Commission Départementale d’agrément statue et rend une décision.

Nous avons réalisé tous les entretiens en famille, tous les trois, notre fille fait partie intégrante de ce projet et nous lui avons toujours expliqué ce que nous faisions, en nous mettant le plus possible à son niveau.

Actuellement nous sommes titulaires de l’agrément et nous commençons à faire les démarches vers les OAA (Organismes Autorisés pour l’Adoption ) ainsi que l’AFA (Agence Française d’Adoption).

.../...

** L'ingralité de cet article, c'est par ici sur les Vendredis Intellos ! **

***

En passant, si cela vous intéresse, je voulais vous informer que les Vendredis Intellos se sont récemment constitués en association, à laquelle il est possible d'adhérer (cotisation normale ou réduite), afin de profiter des projets qu'elle va s'attacher à développer. Toutes les explications : par ici !!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marion 06/07/2012 20:31


Sophie, je crois que tu as bien raison de soulever cet aspect de l'adoption... J'ai également dans mon entourage proche plusieurs exemples de familles ayant eu recours à l'adoption. Et dans
quasiment tous les "schémas": couple infertile avec adoption d'un nourisson, couple infertile avec adoption d'une fratrie de 3 enfants de 5, 7 et 10 ans, couple infertile avec adoption, l'une
après l'autre, de 2 jeunes enfants, couple fertile avec adoption d'un nourisson. TOUS ont connu des moments durs. Très durs. TOUS ont vécu ou vivent encore le traumatisme de l'abandon. TOUS ont
ressenti que leur vie aurait pu, aurait dû être autre. Et TOUS ont des parents aimants, faisant jour après jour de mieux qu'ils peuvent. Je crois effectivement qu'il vaut mieux avoir conscience
de tout cela quand on s'engage vers l'adoption. L'enfant adopté arrive au foyer avec déjà une histoire qu'il va falloir prendre en compte. Il ne doit pas être fantasmé comme un nouveau né
puisqu'il va lui falloir renaitre.

sophie 04/07/2012 15:35


Mes frères sont mes frères à tout point de vue et je n'ai jamais pensé autrement, malgré toute la curiosité parfois assez malsaine de l'entourage. Mais je ne voulais pas remettre en cause
l'adoption mais témoigner des difficultés dont on ne pense pas forcement quand, plein d'amour, on se lance dans l'adoption. J'ai l'impression que ces parents adoptants ne sont pas toujours
prévenus qu'ils auront face à eux un enfant parfois en grande détresse ou très triste d'être séparé de leur milieu, ne comprenant rien à la langue ... (le cas de mon frère qui a appelé une
"nounou" pendant des mois la nuit ...). Mais bien sûr que je suis bien d'accord qu'ils sont beaucoup plus heureux ici et que adopter un enfant c'est lui sauver la vie. Et que c'est criminel de
laisser mariner des enfants en foyer pendant des années ...


Néanmoins un enfant ne réagit pas forcement rationnellement (doux euphémisme...) et sa souffrance (difficile à verbaliser d'autant plus que les parents ne savent pas ce qui c'est passé) peut être
terriblement déroutante pour des parents qui ont attendus très longtemps, qui ont fantasmé (comme tous les parents) ce petit, qui lui donne une 2e fois la vie, et qui se retrouve avec un bout
chou malheureux.

Madame Sioux 04/07/2012 23:34



Je comprends ce que tu veux dire, merci pour les précisions. Effectivement, les adoptants sont tout à leur bonheur et à leur joie de pouvoir rendre heureux un petit abandonné mais il faut
certainement se préparer à certaines difficultés, d'abord chez l'enfant adopté mais qui pourront rejaillir sur toute la famille voire faire ressentir de l'impuissance aux parents.


Quand tu dis que les parents ne savent pas "ce qui s'est passé", ça signifie qu'on ne leur fournit pas des informations suffisantes concernant le passé de l'enfant, les conditions de son abandon,
etc ?



sophie 03/07/2012 14:03


J'ai une soeur biologique et deux frères adoptés, de nombreux cousins et amis adoptés (maintenant adultes) et je crois que jamais je n'adopterai d'enfants. J'ai l'impression que malgré tous les
bons sentiments, les meilleures motivations, tout l'amour et l'affection des parents et de la famille, il reste une fêlure (l'abandon et/ou le déracinement et/ou l'histoire personnelle et/ou la
différence physique entre les parents et les enfants ...) impossible à combler. Je ne dis pas que tous sont malheureux et condamnés à le rester, bien sûr, mais ce sont forcement des enfants
brisés et parfois tout l'amour infini des parents ne suffisent pas à remettre sur pied.

Madame Sioux 04/07/2012 14:57



Merci pour ton témoignage vu "de l'intérieur" : il rejoint assez celui-ci, recueilli sur les VI.


Je n'y connais absolument rien et je n'imagine sûrement pas le type de liens qui peuvent se créer au sein d'une fratrie entre enfants biologiques / adoptés et entre adoptants / adoptés. Mais
j'aurais tendance à penser que même s'ils leur restent toujours une fêlure, que faut-il en déduire ? J'ose espérer que leur offrir une 2nde chance dans une famille qui les désire vaut tout de
même mieux que de rester en orphelinat ? Je prends pour exemple les enfants français placés au foyer (une situation que je connais mieux de par le travail de ma mère), qui ont été battus ou ont
subi diverses maltraitances : ce sont aussi des enfants qui garderont quelque chose de brisé en eux à tout jamais. Pour autant, je pense que les laisser en foyer toute leur vie, dans l'espoir que
leurs parents se resaisissent suffisamment pour les prendre en charge correctement (et parfois, vu les sévices, j'ai du mal à admettre qu'on puisse espérer ça !!!), c'est tellement plus injuste
que de leur offrir une nouvelle famille qui pourrait leur offrir un peu de tendresse et de sécurité.


Bon, mon exemple n'est sûrement pas le bon parce que ces enfants-là n'ont pas vécu l' "abandon" mais ce que j'essaie de dire, c'est qu'il y a 1001 façons de se retrouver en souffrance, une
souffrance qui ne s'effacera jamais vraiment (même au sein de fratries uniquement biologiques) et dans ce cas, que vaut-il mieux pour l'enfant ? Bien sûr, c'est facile à dire du point de vue de
l'adoptant mais du coup, j'aimerais bien trouver des témoignages d'enfants adoptés, par des couples ayant déjà ou non des enfants...



Marion 29/06/2012 22:56


Merci pour ce superbe article!


Mon compagnon est moi même sommes déjà parents d'un petit garçon de 15mois et, comme ton amie, nous nous sommes toujours dit que nous aimerions adopter un enfant. Pour cette simple raison! donner
une famille à quelqu'un qui n'en a pas.


Ton amie dit des choses très belles, très simplement, et cet article m'a appris plein de choses sur le coté pratique de l'adoption par parents fertiles.


Encore une fois, merci!

Madame Sioux 02/07/2012 10:43



Je suis heureuse que cet article t'ait appris des choses et peut-être faite avancer dans votre réflexion. Bonne continuation à vous, ça sera une bien belle aventure



Loupy 29/06/2012 15:55


Je vais lire ça de ce pas, car l'idée m'avait déjà traversé l'esprit ... :)

Madame Sioux 02/07/2012 10:44



Contente que cette petite interview puisse servir à d'autres parents qui envisageaient cette aventure



Une Indienne Dans La Plaine

  • : Madame Sioux
  • Madame Sioux
  • : J'ai plusieurs cordes à mon arc : mère épuisée mais comblée (de Pti Tonique 3 ans et l'Iroquoise 16 mois), rédactrice Web indépendante, squaw libérée, concubine intermittente (quand il nous reste 5 min), cuisinière de trucs rapides qui prennent toujours plus de temps que prévu, écrivaine à la plume de vautour, chevaucheuse de bisons dans les plaines autour de Lyon.
  • Contact

On communique ?

Mon tipi a le Wifi. Ecris-moi !

Chercher Une Ruse

Archives

La cuisine de la semaine

La cuisine de la semaine, c'est maintenant un blog dédié... par ici !!


bandeau blog

Suivez les signaux

 

logo-rss.png

 

badge_mapage_hellocoton_160x55_white.gif

Je ruse aussi pour les VI

 

Dernier lâcher de neurones : Le chemin de la maternité [mini débrief]

Nounou-top.fr

http://www.madamesioux.fr/wp-content/uploads/2014/11/nounou-top-logo.png

<script>
  (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){
  (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
  m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
  })(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga');

  ga('create', 'UA-44080416-1', 'over-blog.fr');
  ga('send', 'pageview');

</script>