Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 10:40

Un article laissé en suspens depuis quelques temps dans mes brouillons et qu'un très bel article - Etre parent rend-il heureux ? - paru aujourd'hui sur Les Vendredis Intellos m'a donné envie de terminer.

 

Il y a 2 mois, je déjeunais chez mes parents et à la fin du repas, il me semble que nous évoquions ma fatigue de mère, le manque de sommeil (comme c'est original), toussa...

J'ai fini par lâcher que vraiment, ça n'était pas aidant d'avoir entendu toute sa vie, avant d'être parent, que les enfants "c'est que du bonheur" (même si nous pourrions épiloguer sur : n'a-t-on entendu que ça ou n'a-t-on pas voulu entendre le reste ? héhé.... vaste sujet).

Mes deux parents étaient face à moi. Je voyais ma mère acquiescer et dans son regard, je voyais défiler les nuits chaotiques, les jounées enfant malade, les soirées seule avec 2 enfants en bas âge... Et puis il y avait mon père, qui ne disait rien et qui, enfin, a dit ne pas être d'accord.

Ok, c'est fatigant d'avoir des enfants mais franchement, c'est tellement génial ! Pour lui, c'était sincèrement "que du bonheur". Il a rapidement admis que même s'il ne s'était jamais levé la nuit quand nous étions petites et n'avait pas trop géré la période 0-6 mois voire 0-1 an (et je pourrais aussi ajouter qu'il n'a jamais pris de jour enfant malade ni dû passer une seule journée seul à s'occuper de 2 enfants en bas âge...), il pensait pouvoir dire que la balance penchait suffisamment du côté positif pour que l'assertion habituelle "C'EST QUE DU BONHEUR" prenne tout son sens.

***

Je crois que sur le fond - fond que nous pourrions résumer en "c'est pas toujours facile mais ça vaut le coup" - nous sommes d'accord. Je crois que nous savons tous les deux, mon père et moi, qu'une fois que tu as des enfants, quoiqu'il t'en coûte, tu ne peux plus imaginer ta vie sans eux (ou juste 2 ou 3 jours par ci par là pour souffler hein, quand même... svp !!!).

Je crois que mon père a été quelque peu choqué par mes propos, je crois qu'il ne comprenait pas.

Et moi, je pense que justement, la nuance se situe dans ce qu'il considère comme n'entrant pas en ligne de compte.

Sur la réalité des choses, je crois que plusieurs facteurs entrent en compte :

  • avec le temps, on oublie (beaucoup) pour ne souvent garder que le meilleur
  • il a vécu certains passages difficiles de la parentalité (éducation mais à partir de l'âge scolaire je dirais. Je crois qu'avant ça, c'était surtout ma mère qui posait les cadres en journée et choisissait comment aborder les choses) mais certainement pas l'épuisement physique et nerveux des premières années (que j'aurai peut-être oublié un jour, qui sait ?) (là j'ai du mal à y croire quand même...)
  • a un âge où il est en mesure de faire un bilan partiel de sa vie et que son épanouissement ne se fait plus du tout du côté professionnel, je crois qu'il a besoin d'investir et de positiver d'autant plus le pendant personnel de sa vie, et a fortiori la paternité.

Un peu frustrée par la réaction de mon père, qui manquait fortement de réalisme à mon goût, j'ai appelé à la rescousse Mr Sioux, assis à côté de moi, "nouveau père" comme on dit. Mr Sioux qui se lève la nuit, change les couches, nourrit ses enfants, passe (parfois) des soirées seul avec 2 enfants en bas âge, participe à l'éducation, aux soins et au portage dès les premières secondes de vie de ses enfants.

Et là, Mr Sioux nous sort un truc du genre "Oui, c'est vrai que c'est pas facile tous les jours mais bon, c'est chouette quand même !". Là, j'ai eu envie de le pulvériser sur place. [Mr Sioux, qui tout en ayant vécu les moments difficiles de cette première année à 4, veut toujours 4 enfants (argh !)].

En même temps, Mr Sioux, il sait ce que c'est une journée ou une soirée seul avec nos 2 enfants en bas âge MAIS ça n'est pas lui qui les vit la plupart du temps.

 

photo-nouveau-ne-pieds.JPG

Mais oui c'est choupi un nouveau-né !

 

Alors à quoi tient-elle, notre différence de point de vue à partir d'un même vécu ? Est-ce une question de nombre d'heures passées (à criser, pleurer, ramasser ses cernes, ...) avec les enfants ? Faut-il être celui qui a passé 3 mois 24h/24 à tenter d'apaiser des coliques tout en essayant de ne pas délaisser un aîné de 2 ans ?

Est-ce une question d'hormones ? (les hommes sont évidemment moins sujets à leur fluctuation, grossesse, allaitement et autres trucs obligent)

Est-ce une question de genre ? Le mâââââle est-il programmé pour garder plus facilement en mémoire le côté positif des choses

D'ailleurs, il n'y a qu'à voir : après une soirée passée seul avec les enfants, du retour de la crèche au coucher (enfin "aux couchers successifs" devrais-je dire), que se passe-t-il ?

  • moi, je n'ai qu'une envie : raconter par le menu à Mr Sioux TOUT ce qu'il s'est passé, en insistant sur les moments difficiles pour lui faire prendre conscience de combien j'en ai bavé et recevoir en retour un peu de compassion / reconnaissance ;
  • lui, me dit que ça va, tout s'est bien passé, c'était comme d'habitude. POINT.

Là, j'aurai limite tendance à culpabiliser.

Mais je me reprends vite parce que je sais que même s'il s'occupe seul des enfants de temps en temps, c'est quand même mon "boulot" la plupart du temps et tant qu'on aura pas pu inverser complètement la situation, on ne saura pas s'il finirait par dire lui aussi "non, ça n'est pas que du bonheur" ou s'il garderait cette même "positive attitude" (sic).

***

En disant tout cela, en évoquant les difficultés, l'épuisement, le fait "d'en baver", je ne crois pas tenir de discours convenu ou à la mode de "mère indigne mais qui assume, na !" ou que sais-je encore. Je parle juste en accord avec mon vécu, encore très frais, en accord avec ce que j'ai ressenti de plus puissamment beau comme dramatiquement dur. Avec toute l'honnêteté dont je suis capable.

Finalement, est-ce un discours d'hommes que de vouloir lisser la chose, de ne faire qu'admettre que "oui, c'est dur, la fatigue et le manque de sommeil... Mais ils sont géniaux quand même !" ?

Ou alors c'est encore simplement une question de tabou, une "libération de parole" que les femmes commencent à oser et que les hommes ne s'accordent pas encore - parce qu'ils n'ont que plus récemment commencé à "faire leur part du boulot" ?

Ou encore les pères (le mien en particulier) craignent-ils qu'en disant "ça n'est pas que du bonheur", cela sonne comme un désavoeu de leur amour ? Tandis que quoique disent les mères, l'amour qu'elles portent à leurs enfants paraît aller de soi ? Inégalité, inégalité...

Quoiqu'il en soit, je suis heureuse d'avoir pu maintenir mon point de vue lors de cet échange avec mon père, sans culpabilité aucune. Rien n'est parfait dans la vie et je ne crois pas pouvoir dire que la maternité fasse exception.

 

Même si c'est sans aucun doute l'une des plus belles choses qu'il m'ait été donné de vivre dans la vie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

paloma 08/07/2013 15:05

Plusieurs commentaires vont dans ce sens, mais j'abonde : je crois que c'est aussi une pression qu'on se met plus ou moins, voire une manière de ressentir les choses. Par exemple, je ne peux pas
laisser mon fils pleurer, ca me tord l'estomac, donc je vais retourner le voir 15 fois avant d'avoir réussi à le coucher. Soirée épuisante. Au contraire, si c'est mon mari qui s'occupe de lui, il
le dépose dans son lit, lui dit bonne nuit, et y retournera max une fois pour lui dire "ca suffit tu dors !" dans la soirée. Donc pour lui, c'est plus reposant... (et le pire, c'est qu'avec lui mon
fils se couche sans problème...)

Madame Sioux 26/07/2013 08:50



Idem, ma fille s'endort après avoir pleuré 2 secondes quand son père la couche (il est sûr de son coup je pense). Quand c'est moi, hors de question que je lui fasse "un tel coup", elle hurle à
plein poumons ! lol


Et en même temps, l'autre nuit, j'ai fini par la reposer après avoir tenté de la rendormir pendant 1h30 (en ayant notamment déjà tenté de la mettre dans son lit et de la laisser pleurer un peu
mais elle se calmait pas) et comme j'étais à bout, étrangement, elle n'a pas pipé mot ! Elle a fini par se rendormir seule, en silence (ou en babillant à voix très basse)... dingue ! Elle en est
capable mais on dirait que ça dépend de MON état d'esprit (enfin à 70% environ je dirais).


C'est pas simple...!



Yelle 07/07/2013 14:59

"Que" du bonheur, sûrement pas. Beaucoup de bonheur, assurément. Mais il y a des moments difficiles aussi, je ne vois pas pourquoi il faudrait faire semblant... Peut-être que la liberté de parole
n'est pas encore bien acquise sur ce sujet !

Lya 05/07/2013 21:38

Je viens de glisser à mon mec au détour d'une discussion qu'avoir un enfant c'est que du bonheur, il m'a répondu que c'est du bonheur mais pas seulement. Je lui reposerai la question dans quelques
années pour voir...
Il y a aussi pas mal de mamans qui prétendent que c'est que du bonheur. Je pense qu'il n'est pas encore societalement correct de dire qu'on en bave avec nos enfants même si globalement c'est un
immense bonheur !

matinbonheur 05/07/2013 21:21

Mister bonheur est très impliqué (change de couches puantes au réveil, pédiatre, portage, bib du matin, bain etc) mais il n'hésite pas à dire qu'on en chie (ce sont ses mots!) même si ça enlève
rien à l'amour qu'on leur porte

Mellepompons 05/07/2013 19:37

Pour avoir eu la même discussion avec mon mari, je pense que c'est une question de tempérament, d'état d'esprit. Peut-être aussi que nous nous fixons des objectifs inatteignables et que du coup, on
vit moins bien les difficultés?

Une Indienne Dans La Plaine

  • : Madame Sioux
  • Madame Sioux
  • : J'ai plusieurs cordes à mon arc : mère épuisée mais comblée (de Pti Tonique 3 ans et l'Iroquoise 16 mois), rédactrice Web indépendante, squaw libérée, concubine intermittente (quand il nous reste 5 min), cuisinière de trucs rapides qui prennent toujours plus de temps que prévu, écrivaine à la plume de vautour, chevaucheuse de bisons dans les plaines autour de Lyon.
  • Contact

On communique ?

Mon tipi a le Wifi. Ecris-moi !

Chercher Une Ruse

Archives

La cuisine de la semaine

La cuisine de la semaine, c'est maintenant un blog dédié... par ici !!


bandeau blog

Suivez les signaux

 

logo-rss.png

 

badge_mapage_hellocoton_160x55_white.gif

Je ruse aussi pour les VI

 

Dernier lâcher de neurones : Le chemin de la maternité [mini débrief]

Nounou-top.fr

http://www.madamesioux.fr/wp-content/uploads/2014/11/nounou-top-logo.png

<script>
  (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){
  (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
  m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
  })(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga');

  ga('create', 'UA-44080416-1', 'over-blog.fr');
  ga('send', 'pageview');

</script>