Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 00:02
Aujourd'hui, c'est Maman Sur Terre qui vient nous raconter son quotidien avec le modèle de footeux qu'elle héberge à la maison...
Et si vous avez raté ça (mais c'est impossible, vous êtes tous trop assidus pour ça), les premiers épisodes de cette formidable saga sont ici.
***
J'aime bien cette petite rubrique chez Maman Sioux et j'aime notamment son titre qui m'amuse beaucoup.
Et je me sens limite "obligée" d'y participer tant le foot a sa place chez la famille SurTerre.
 
Commençons par le début : mes premières relations avec le foot.
Je suis née dans une famille où le sport on n'aime pas ça. On le pratique pas, on le regarde pas, on n'en parle même pas. On n'aime pas.
A l'école c'est notre bête noire, on est nuls. Moi je l'étais, nulle, mais je ne suis pas moins pourvue que les autres donc j'attribue cela à un énorme manque de confiance en moi à ce niveau (j'y travaille encore pour m'en sortir).
Bref le foot on s'en fout, on préfère avoir la télé éteinte que de regarder un match. Le seul moment où on en parle c'est quand il y a la coupe du monde et là alors on regarde les matchs des bleus.
1998, la seule année où j'ai flirté avec le foot. Mes copines en parlaient, bavaient sur les footballers, alors je faisais pareil. Sauf que moi je bavais sur Barthez, je me demande encore pourquoi lui. Bref. On a gagné, c'était magnifique, tout le monde a pleuré et en 1999 je m'en re-foutais complètement.
 
Et puis je me suis mariée avec Papa sur Terre.
Il a toujours aimé le foot. C'était le genre de p'tits mecs qui se dépensaient sur la cour en faisant des matchs à chaque récréation. Les grands footballers étaient ses idoles, Ronaldinho j'écris ton nom.
 
Bref, si je prenais Papa sur Terre c'était avec le foot.
Vous imaginez, moi avais vécu toute ma vie avec des gens complètement athées du foot, là ça m'a fait un sacré changement.
Mais, l'amour aidant, j'avais l'envie de découvrir son univers à lui alors quand il regardait une émission ou un match j'écoutais d'une oreille tant et si bien que finalement je m'y suis intéressée. J'ai retenu une info par ci, une info par là et ... je me suis mise à m'y connaitre un peu.
Incroyable.
J'ai même commencé à faire mes petites réflexions moi aussi pendant les émissions. Genre "mais tel joueur est blessé, ils vont être dans la merde" ou "ahaha les gardiens anglais ils sont vraiment trop nazes".
Je me rappelle la dernière (fameuse) coupe du monde. J'étais en congé maternité et Papa sur Terre en vacances. On avait donc des horaires complètement décalés et nous levions en plein aprem.
Me levant avant lui (merci les remontées acides), je suis allée plusieurs fois le réveiller en lui disant la "compo" de l'équipe de France. Je faisais des efforts pour essayer de retenir les noms des joueurs et leur emplacement (alors y'a Clichy, Sagna, Malouda, Evra euuuh... Gourcuf !! Hum..)
On se tape même de sacrés délires tous les deux grâce au foot. Par exemple on adore la chanson d'opéra épique qui débute les matchs de la ligue des Champions, on s'amuse parfois à faire des quizz (Papa sur Terre me pose des questions sur les joueurs, les clubs etc).
Et puis Papa sur Terre il ne fait pas le beauf. Il n’organise pas des soirées foot-pizza-bière-blague paillarde avec ses potos et il ne se met pas à pleurer quand son équipe perd.
Bon par contre un jour j'ai fait une connerie, je lui ai dit ok pour Canal+.
Urf, alors là j'en ai mangé du foot. Les championnats, les coupes (ouais je sais même ce que c'est la différence entre un championnat et une coupe maintenant), les matchs amicaux, les jubilés (comment j'me la pète).... TOUT !
J'avoue j'ai un little bit saturé mais j'ai poussé le vice à lui offrir deux places à Noël pour un match de l'équipe qu'il supporte pour qu'on aille le voir en amoureux. C'est dire !
 
Ces derniers-temps le rythme s'est calmé (bon ok c'est la fin de la saison mais même). On est revenu à quelque chose de plus raisonnable et ça me va parfaitement.
 
J'aime bien cette facette de Papa sur Terre, ça le passionne, mais sans jamais passer avant sa fille et moi alors je suis attendrie et voilà.
Et puis y’a aussi quelques avantages pour les nanas, perso je trouve pas ça désagréable de regarder Philipe Mexes se dépenser sur le terrain

Philippe-Mexes.jpg
Comme quoi c'est possible le ménage à trois avec le foot sans péter un cable.

***

Toi aussi tu as besoin de te confier ou de prendre ta revanche sur le foot ?
Viens vite nous le dire et te défouler ici, on se fera un plaisir de râler toutes en coeur contre ton "fou de foot" !
Les signaux de fumée sont à envoyer là : mamansioux @ yahoo.fr
Repost 0
Published by Maman Sioux - dans Le foot - l'homme et moi
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 13:18

Aujourd'hui, c'est notre adorée Mme Faithful, celle qui sait être à la fois cradingue et poète (mais surtout cradingue, sinon on se marrerait moins... quoique), qui va nous raconter son quotidien avec Le Troisième Homme, j'ai nommé "le foot".

Si tu es un gros retardataire, sache que les épisodes #1, #2 et #3 sont disponibles en VF.

 

***

Le foot, c’est un peu comme un meilleur pote de mon mari que je pourrais pas saquer. En même temps, c’est lui qui nous a présenté, et ouais : en juillet 2006, c’était la coupe du monde, et la coupe du monde, c’est une très bonne occasion d’aller boire des canons à Paris. Un soir, j’y vais, je propose à un pote de venir avec moi, qui me dit qu’il peut pas, qu’il est déjà avec son meilleur ami, mais qu’on peut se retrouver après, pour boire d’autres canons. Ok. Et devinez qui était l’ami en question ? Bah MON monsieur Faithful bien sûr. Je suis tombée amoureuse presque instantanément de mon mari en maillot de foot et gueulant des blagues pourries aux inconnus dans la rue. Comment ça j’ai aucun goût ?

Ceci dit, après l’euphorie du moment, on s’est retrouvés tous les trois, le foot, mon mari, et moi.  

 

I. Mon mari est un supporter

Et ouais, un vrai de vrai. Du coup une discussion entre lui et ses potes ça donne ça :

-          Tiens, salut monsieur Faithful, ça va ?

-          Moui, pas trop, on a perdu hier soir, donc on est releguable, et vu que le prochain match est à l’extérieur, ça va être chaud de la bite [NDLR : en fait, « chaud de la bite » c’est plutôt mon expression, mais j’aime bien l’idée de la mettre dans la bouche de monsieur Faithful, mwahaha]

Euh… plait-il ? Qui ça « on » alors que t’es resté dans ton canapé ? Comment ça ça va pas parce que onze mecs que tu connais pas ont pas été foutu de foutre un ballon dans un filet ?

Déjà, le supporting, je comprends pas le délire : perso,  quand je passe la porte de mon travail, j’ai pas des footballeurs qui brandissent des banderoles « Fiers d’être faithfullyyours » en chantant « Qui ne saute pas n’est pas Faithfullyyours », alors je vois pas pourquoi je me casserais le cul pour eux.

Monsieur Faithful oui. D’ailleurs, quand on s’est installés ensemble, sa sœur m’a dit : « Maintenant on est bien avec les voisins, ils l’entendent plus crier à chaque match ». Oui, monsieur Faithful pousse des cris de putois quand il regarde le foot. J’ai beau menacer, m’énerver, supplier, rien n’y fait : il continue de gueuler. J’ai honte.   

 

II. Mon mari est (était) un joueur de foot

Le premier footballeur dont j’ai été amoureuse, c’était Thomas Price dans Olive et Tom. Du coup, quand j’ai su que monsieur Faithful était gardien de but lui aussi, j’ai eu un petit pincement  nostalgique et amoureux.  Ca n’a pas duré longtemps. Le foot m’a pris mon mari. Pas mon mari entier, mais son genou. En jouant il y a trois ans, il s’est éclaté un ligament. Et il a rejoué. Et il s’est éclaté le ménisque. Et il a rejoué, jusqu’à ce qu’on se retrouve comme des cons aux urgences de 22h à 03h du matin un mercredi soir. Résultat : opéré la semaine dernière, cinq jours d’hospitalisation. Cinq jours à dormir avec le chat avachie sur le clavier de l’ordinateur pour pas flipper toute seule dans la maison, gros raout des cinquante ans de ma mère sans le mari, et maintenant, il a le cul vissé dans le canapé et je suis son esclave.

foot-faithfullyyours-thomas-price.jpg

(Thomas Price, je t’aime toujours au fond de mon cœur)

 

Foot je te hais, j’aimerais que tu sortes de ma vie, j’en ai marre des soirées où je dors devant la télé plutôt que de périr d’ennui à regarder des villes que je ne connais même pas (genre Sochaux, Gueugnon, Monceaux-les-Mines…) s’affronter autour d’une boule de cuir pendant une et demi dans le meilleur des cas, j’aimerais bien que lors des repas de famille, mon mari et mon beau-frère ne passent pas leur temps à se refiler l’iphone pour regarder les résultats. C’est bon, je suis mariée, casse-toi maintenant .

***

Alors les filles, à qui le tour de nous raconter ses déboires couplo-footeux ?

Repost 0
Published by Maman Sioux - dans Le foot - l'homme et moi
commenter cet article
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 06:30

A l'époque où je n'étais pas encore en couple de façon "stable" et où je désespérais de trouver le mec de ma vie (21 ans... normal, la fin du monde quoi !), il faut savoir que j'avais 2 critères concernant ledit mec :

  1. THE critère no negochiabeul : qu'il soit plus grand que moi. Ouais, y'en a qui s'en tapent, mais moi pas. Je fais 1m73 donc des mecs plus petits, ça existe. Et moi, je suis restée dans les bons vieux schémas débiles de l'homme protecteur et donc, plus grand (chacune ses tares, hein). D'ailleurs, la seule fois où j'ai accepté de passer outre ce principe (il faisait 1m70), ça a duré 2 jours et demi alors franchement, c'est bien la preuve qu'il y a des choses sur lesquelles on ne transige pas !
  2. le critère auquel je pensais moins mais qui me paraissait évident en certaines occasions (genre coupes du monde, etc) : PAS un footeux ! Il faut le savoir, j'ai été élevée dans une famille foncièrement anti-foot, qui trouve cette débauche de fric et de petites natures qui aiment se jeter dans le gazon humide à toute occasion franchement insupportables, qui ne supporte pas de voir sa vie télévisuelle et culturelle polluée par ce sport soi-disant rassembleur mais surtout omniprésent, que des tas d'autres sports mériteraient ne serait-ce qu'1/10e de l'attention portée et de la promotion faite au foot, etc.

Tout ça pour dire, et vous le voyez arriver gros comme une maison, que quand au bout d'un mois, je me suis dit "celui-là, c'est sûr, c'est le mec de ma vie" et qu'il s'est avéré que Monsieur aimait et jouait au foot... j'étais pas dans la mouise !

Le quotidien avec mon footeux, ça donne ça :

 

Capitaine

Quand je l'ai connu, Papa Sioux était le capitaine de l'équipe de foot de son école d'ingé. Très souvent, il courait sur un stade situé non loin de mes salles de cours, dans sa jolie tenue de numéro 6, estampillée dans le dos avec son surnom de foot player ! J'essayais de le distinguer de loin mais bon, ils étaient tous habillés pareil en fait alors c'était vraiment histoire de dire (c'était le début aussi, faut m'excuser).

En arrivant à son job actuel à Lyon, il est rapidement devenu capitaine de l'équipe aussi. D'ailleurs, il a jamais compris pourquoi, dit-il. Enfin là, outre le prestige, c'est devenu un chouïa plus relou puisque (certaines me comprendront)... régulièrement, on se récupérait une bonne vingtaine de maillots à laver ! Tu sais, les trucs en filets de doublure de slip, aux couleurs criardes et moches qui puent le sportif transpirant en bout de course ? Ca !

chasuble-foot.jpg

hum, l'effluve me revient, rien que de la voir, la chouette chasuble rouge...

 

Mais à part ça, il faut savoir que mon footeux, il rigole pas avec la tenue ! Comme dans la vie de tous les jours, où je l'ai découvert souvent bien plus coquet que moi (en même temps, me connaissant, c'est pas difficile), la tenue de foot se doit d'être propre et neuve, "la classe", c'est important ! (bon, ça veut pas dire que je connais pas la serviette humide au fond du sac, nous y reviendrons). Donc en gentil capitaine, Papa Sioux se chargeait en début de saison d'aller courir les Decathlon du coin (et moi avec) pour acheter des tenues identiques Kipsta à tous "ses" joueurs. Nous v'la t'y pas en train de négocier le prix de 5 paires de chaussettes de foot en taille 45-47 et de faire des essayages de chaussures à crampons. (Ah !!! L'amour...). Sans parler de l'avance des frais que nous faisions à cette occasion, of course !

IMG_1382.jpg

elle est belle la paire de mon homme, hein ? (oui oui, je parle bien chaussettes, bande de tordues !)

 

Dans la belle-famille

Dans la belle-famille, tout le monde regarde le sport à la télé, et surtout le foot. Bon, y'en a certains qui s'y intéressent plus que d'autres mais si y'a du foot à la télé et qu'ils sont là, ils vont tous regarder. Même ma belle-mère, qui lorsqu'elle a rencontré mon beau-père s'en tapait un peu, s'y est mise et regarde avec eux et avec un certain intérêt (mais elle ne crie pas devant les buts comme les mecs et elle en a rien à faire si elle rate un match). Du coup, quand on va passer des week-ends chez les BP et qu'il y a match (SUUUuuuper important le match, tu comprends, c'est Milan AC contre le Barça, le match du siècle, pauvre inculte !), je me retrouve dans la salle à manger avec belle-maman qui me tient gentiment compagnie, on se tape la discut'. Du coup, à la fin du week-end, j'ai plus parlé avec sa mère que Papa Sioux lui-même (et je lui apprends donc des trucs), mais bon...

Par contre, au début, genre les 2 ou 3 premières années, ils s'accrochaient à l'idée que j'allais finir par changer d'avis, par m'y intéresser un peu, par me laisser lentement couler dans le moule du matage télévisuel footballistique et qu'à défaut d'aimer, je m'y ferais et subirais gentiment. Ils me connaissaient encore mal.

Quand je dis que je peux pas saquer le foot, je plaisante pas.

 

Le quotidien

Ici, le foot, c'est donc le soir en semaine pour les matchs inter-entreprises auxquels l'équipe de la boîte de Papa Sioux participe. Et aussi entre midi et deux pour les entraînements (ça, ça va, puisque ça prend pas sur notre temps familial). Avant la naissance de Pti Tonique, il y a avait le match de foot le lundi et l'entrainement du tennis un autre soir en semaine. Quand je suis tombée enceinte, j'ai prévenu Papa Sioux qu'il allait devoir choisir pour ne garder qu'une seule activité le soir en semaine parce que y'avait pas moyen que je m'occupe seule du bébé et qu'en plus, y'avait pas moyen non plus que je sois la seule à avoir aucune activité personnelle tandis que lui en aurait 2 ! (namého dis donc !!)

Papa Sioux est raisonnable et surtout, il surkiffe son Pti Tonique donc il n'y a pas eu trop de problème de mise en place du nouveau rythme. Quand les entraînements de tennis sont revenus, il a arrêté momentanément d'aller aux matchs de foot. Ah oui, et à la naissance de Pti Tonique, il avait aussi passer le relais pour la gestion de l'équipe et n'est plus capitaine. Sauf que y'a encore des gars qui le savent pas et qui l'appelent de temps en temps pour savoir où a lieu le match du lundi soir ! Car la rencontre inter-entreprise du lundi soir, elle se joue soit à domicile (stade à côté de son boulot), soit au domicile de l'autre boîte. Papa Sioux part donc jouer à Perpétte La Galette certains soirs et ça le fait pas rentrer très tôt tout ça ! Surtout qu'après, faut bien manger pour compenser l'effort fourni donc ces messieurs vont se payer un petit Mc Do avant de rentrer au bercail (trop dur la vie)... à 23h en général (bin oui, y'a quand même boulot le lendemain).

C'est moi qui lave le linge footesque de l'homme. Ne vous insurgez pas, je m'occupe de toutes façons de TOUT le linge de la maison et c'est un choix, comme ça je suis sûre que c'est bien fait (j'ai mes petites manies). Donc ça serait mesquin de tout laver sauf ses affaires de foot. Par contre, il arrive parfois que j'ai du retard dans les machines et là, le lundi matin arrive, Papa Sioux fait soudain le point sur son sac de foot et se rend compte qu'il n'a aucune affaire propre dedans. Il me demande où sont ses fringues. Je lui réponds "dans le linge sale". Là, il fait une drôle de tête mais généralement, il ne moufte pas (ou alors pour rigoler... ouais ouais, fais pas trop le mâlin va !) et je lui rappelle que si y'a des trucs urgents à laver, il faut me prévenir un peu plus tôt que la veille. Point.

Le truc qui me soule, ce sont les affaires de sports sales jetées négligemment par terre à côté du panier de linge sale (bon d'accord, il est souvent plein), en boule, le tout bien humide. Ce qui fait que si ça n'est pas lavé de suite, ça devient vite puant. Je rappelle alors à Papa Sioux que ça coûte rien de déplier un peu le tas B***EL !!! parce que c'est dégueu sinon et une fois, ça avait même attiré des fourmis (par l'odeur alléchées...) qui squattaient sous le tas humide et se sont barrées quand je l'ai soulevé (beurkkkk). En plus, le tout est généralement enrobé de sable (je suis sûr que le match de foot est un prétexte et qu'ils vont en fait se taper une partie régressive de jeu dans un bac à sable du quartier), qui vient ensuite se mélanger au reste du linge et qu'y a-t-il de mieux que du sable plein son panier, je vous le demande ???

 

Le foot "télévisuel" (ou "en télé" comme diraient mes grands-parents)

Papa Sioux regarde les matchs qu'il juge importants (et comme j'y connais rien, je suis sûre que je me fais avoir). Bon ok, y paraît qu'il ne regarde pas TOUS les matchs et que j'ai pas à me plaindre. Mouais... j'ose même pas imaginer ce que ça donne un mec qui regarde TOUS les matchs alors. Mais quand même, Papa Sioux, il aime bien passer la soirée à chercher en streaming un match qui passe sur Canal + (que nous n'avons pas, OUF !).

A la mi-temps, beau-papa appelle et ça commente (moins ces derniers temps, c'est vrai). Desfois que Papa Sioux n'aurait pas assez commenté tout seul pendant le match, à coups de "Non mais c'est quoi ça M'sieur l'arbitre !!!" (il a toujours l'espoir que ce dernier l'entende, même si je lui ai expliqué plusieurs fois que c'était pas possible), "Allez allez, allez, ouais, Buuuuuuut !!!!", "Allez, pan ! Rhooo et merde ! Non mais ça joue mal, ça joue mal !!!" (bin éteins la télé alors chéri !)...

Quand même, les soirs où je veux vraiment regarder un truc qui me plaît à la télé, on négocie et Papa Sioux se débrouille pour voir le match sur internet. On est alors côte à côté sur le canapé, regardant chacun dans une direction... (quoi, c'est pas ça la définition de l'amour ?)

 

En tous cas, pour me mettre dans le bain, en 2006, année de notre rencontre, la finale de la Coupe du Monde est tombée le soir de mon anniversaire. "Non mais si tu veux, je la regarde pas hein, c'est TON anniversaire ma chérie !"

Ok, genre je vais le priver de finale du coupe du monde, qui arrive tous les 4 ans alors que la France joue.... (j'imagine la tête du beau-père s'il avait appris que j'avais empêché son fils de regarder un TEL match !! ça aurait bien commencé...). Anniversaire mémorable (je bouquinais pendant qu'il regardait), tout ça pour qu'on perde en plus...

***

Et la semaine prochaine, c'est notre bien-aimée Mme Faithful qui vient nous raconter son enfer... Je compte sur votre soutien !

N'hésitez pas à m'écrire si vous aussi vous voulez vous débarrasser de ce lourd fardeau matrimonial en nous contant votre calvaire.

Repost 0
Published by Maman Sioux - dans Le foot - l'homme et moi
commenter cet article
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 05:42

Comme je suis rien qu'une maman overbookée à la bourre dans sa rédaction d'articles, je cède ma place (allez, pour la semaine prochaine, je devrais y arriver quand même) et c'est Mum-Addict qui me sauve la mise, parce qu'elle a pas traîné à m'envoyer son texte... encore une qui m'a l'air bien traumatisée !

Régalez-vous !

***

COMMENT J'AI ENMENAGE DANS UN SAC DE FOOT
 
Au début t'es amoureuse. Tu vois le sportif, le corps musclé (je sais je fantasme !), la fierté de voir l'homme marquer un but (ou pas !), tu aimes être aux petits soins de ton sportif, tu es sa première fan ! L'homme, fier, se pavane, et, comme tout animal domestique, prend (trop) rapidement la confiance....
 
Cela commencera avec une chaussette, puis deux. Tu trouveras un maillot sous ton lit, un vieux short dans TON tiroir à soutifs. Petit à petit la moitié de la pelouse du terrain de foot envahira ton salon et quand ton gamin commencera à vouloir gober les crampons de chaussures de foot (pas lavées depuis la dernière saison), il sera déjà trop tard !
Parce que le footeux est fourbe. Il ne débarque pas comme ça un matin avec tout son équipement et les valises qui vont avec, non, il y va doucement, histoire que tu te fasses à l'idée, et que limite tu trouves ça normal par la suite !
 
9 ans plus tard je suis foutue. Le foot est partout. Il est sur mon balcon, où pourrissent lentement mais sùrement les chaussettes de match oubliées. Les serviettes humides, planquées au fond du bac de linge qui ont déjà entamé leur décomposition; c'est toujours un plaisir d'en choper une à pleine main ! Et que dire du vieux maillot suintant, qui pique les yeux : 2 lavages + vinaigre blanc + désinfectant couches + une remorque de capsules d'iode !! Et le sac de foot, déclaré zone à risque, qui se balade de pièces en pièces sans vraiment trouver sa place (humm dehors, chez le voisin ça serait top !!) !! Mais ceci n'est que la partie émergée de l'iceberg ....
Très vite il squatte aussi tes chiottes, et ce seul moment de tranquilité dans ta vie de mère overbookée, se transforme en tête à tête avec la moitié du staff de la FFF !! 
 
Tu te rends vite compte qu'avec deux entraînements par semaine et les matchs le dimanche, il faudra bientôt instaurer un droit de garde sur ton homme ... arrf mais non, l'homme est un footeux, un vrai, il ne loupe aucuns match et si t'as de la chance il s'investit même dans la vie du club ... en 3ème mi-temps !! C'est qu'ils sont motivés dans leur ptite équipe de campagne, la bande à jojo du coin, tu sais ceux qu'on voit courir quand il fait beau mais que l'on cherche partout quand il pleut !! Et ça se dit footeux !!
 
Et le foot, quand y'en a plus, y'en a encore !! Pendant que tu te brûles les mains à laver les habits de match, l'homme s'est doucement installé sur le canap', le paquet de chips entre les cuisses, et c'est parti pour le match super décisif pour la pseudo ligue des majorettes en short ! Et j'te parle même pas de la fieré de l'homme quand sa progéniture masculine se joint à lui : " ha tu feras un grand joueur de foot mon fils !! " ... alors là même pas en rêve !!
Le weekend, c'est beaucoup plus famillial .... la moitié de l'équipe de foot vient pourrir mon canap', et avec classe s'il vous plaît : ils ramènent toujours un pti bouquet pour madame !! Quand je vous disais que le footeux est fourbe !! La plupart du temps, je me carapatte très vite, retrouvant un semblant de liberté pour quelques heures. Mais en ce moment avec le Pti prince, je ne peux pas aller bien loin ! Je passe donc la fin de la saison de foot avec la bande des footeux, écrasée entre une bière vide et un paquet de tacos, le sein à l'air, braillant avec vigueur les champs de supporters ! Que du bonheur !!
 
Après le match, c'est ENCORE le match !! Il faut encore se taper les émissions footballistiques jusqu'au bout de la nuit ! Ils viennent de regarder le match, ils ont vu tous les buts, critiqué toutes les actions, braillé sur tous les blessés, mais non, ils ont encore besoin de regarder 2h30 d'émission pour être certains de bien comprendre !!!! C'est irréaliste !! Et toi tu passes la 3ème mi-temps à sauver les Curly collés, écrasés sous le canap'. Tu récupères ton gamin, oublié derrière un coussin, le bib encore dans le bec et tout collant de ketchup !
Epuisée par l'overdose de ballon rond, tu vas te coucher, bercée par la bande de gueulards qui semble t-il ne savant plus où ils habitent, et là, quand tu commences à sentir ton sang bouillir, tu reçois un message de Chéri : " je t'aime " .... Le footeux est fourbe !!!!
 
Si toi aussi tu cohabites avec un sac de foot, tu sais que fin de saison signifie .... début des tournois !! Et oui, le foot il te fait même chier l'été !! Et comme tu es une femme chanceuse, en plus des chaussettes qui puent tu as gagné la préparation du casse-croute !! Parce que les tournois c'est toute la journée, l'escapade masculine, le laché de testostérone, un rassemblement massif des majorettes en short !! Ha c'est clair qu'il y a de quoi se faire plaisir à l'oeil, y'a du beau mâle !! .... Ha mais non c'est vrai, toi tu as les gamins à gérer, t'as pas le temps de baver sur les torses brillants de sueur au soleil !! T'as deux solutions : Te rabouler au tournois avec la moitié de la baraque et passer la journée à courir autour du terrain pour rattraper tes gosses ! ou rester tranquillement moisir à la maison en bonne petite épouse ....
 
Bon, parfois l'homme est amoureux lui aussi, et il fait une pose footballistique ....quel romantisme les alertes maxifoot sur le smartphone !! J'ai quand même le droit aux croissants le dimanche matin, voire même à la grasse-mat' jusque 11h .... merci Télé-foot !!
 
Alors que faire mesdames ??? pouvons nous réellement apprivoiser le footeux ?? Evincer le foot de sa vie ... NON !! parce que dites vous le bien, s'il n'est pas au foot, il est dans vos pattes ! Et mine de rien ça leur fait du bien à nos hommes un peu d'exercice !!
Il faut juste les aimer (et prendre beaucoup beaucoup sur soi !), tout simplement. Parce que croyez moi, mon homme il est tout fier de dire aux copains que son casse-croute aux sardines, c'est sa ptite femme adorée qui l'a fait pour lui !!

 

***

Ici, c'est pareil : no way pour que la progéniture suive le même chemin... je lâcherai pas l'affaire !

Repost 0
Published by Maman Sioux - dans Le foot - l'homme et moi
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 06:32

Suite à une discussion twittesque (encore !), ma copine Carolacheche et moi avons partagé notre "soulerie" (ce mot sera dans le Robert l'année prochaine, c'est une avant-première... en attendant, ils ont laissé "exaspération" si tu connais) mutuelle pour la passion footeuse de nos hommes.

Et franchement, ça vaut le coup de vous faire partager ça.

Caro s'étant attelée la première à la narration de son enfer quotidien (comment ça j'en rajoute ?), je vous laisse en sa compagnie, pour découvrir l'envers du décor de la vie avec un footeux (c'est quand même moins pire qu'être la femme de Ribéry (et ce à tous les niveaux), je vous rassure...) (je fais des parenthèses dans les parenthèses moi maintenant, je vais devenir carrément illisible si je continue).

***

Soyons honnêtes, nous les filles, on est toujours à la recherche du prince charmant. Et bien moi... je l'ai trouvé ! Le genre de mec toujours aux petits soins, attentionné, aimant, charmant, celui qui te ramène des fleurs un mardi juste comme ça parce qu'il t'aime. Ah ça pour t'aimer il t'aime, tu n'en doutes pas une seconde tellement il te le dit, te le montre, te le prouve... Sa passion dans la vie : toi ! Son projet pour plus tard : fonder une famille. Il est beau le tableau hein ?! 

Et bien moi un matin après 6 ans de pur bonheur je me suis réveillée en me disant « Ma chérie (Cristina Cordula sort de ce corps) ce mec est le gendre idéal mais qu'est-ce que tu te fais chier! ». Elle avait raison Cristina ! Ni une ni deux... « Chéri je te quitte, le voisin et son air pourrave, il m'attire plus que toi ».

 

Oui parce que ce fameux voisin, j'avais beau le croiser quotidiennement dans son costume 3 pièces, va savoir pourquoi, le soir il se transformait en espèce de kéké des villes en survêt', maillot de foot et dernières baskets à la mode... Alors que moi je suis plutôt du genre « Marie-Chantal » escarpins, collier de perles (d'ailleurs si t'es sage un jour je t'expliquerai mon pseudo @CaroLaCheChe).

foot-carolacheche.JPG

Bref, revenons à notre histoire... Quelques verres plus tard me voilà dans les bras du voisin. Je te la fais vite, depuis on a aménagé ensemble, on s'est marié, et on a même fait un bébé. Et pourtant si je m'arrête là, c'est oublier une personne TRÈS importante dans notre vie.

Mais si... tu sais bien ! Cette personne que tu détestes, qui monopolise ton mec plusieurs soirs par semaines et même le dimanche.

 

Sa mère !!!! Ah oui ça marche aussi...

Non en fait je pensais au FOOT !

 

Avant de le rencontrer j'avais plusieurs idées reçues sur les footeux... Tu verras ça s'est pas arrangé.

 

Franchement c'est quoi ce sport où 22 gars courent après un ballon ?!

Ça porte des serre tête et crache à tout va sur la pelouse.

Ça fait le beau gosse en boite le samedi soir alors qu'il est blessé le lendemain pour le match.

Ça utilise le mot « footballistique » aux interviews d'après match, alors qu'il a insulté l'arbitre pendant 90 mn.

Ça s'effondre et roule par terre dès qu'on l'effleure alors qu'on est capable de faire un bunga bunga dès que l'un de l'équipe marque un but.

 

Et tout ça, cela vaut autant pour la compétition de L1 que pour la rencontre Plouc-village vs. Beauf-city.

 

J'ai essayé de m'intéresser au foot ne serait-ce que pour comprendre l'univers dans lequel évolue mon mec. Je me suis dit Cristina (oui j'aime bien ce prénom en fait) prends sur toi, oublies tes préjugés, tous les footeux n'ont pas le QI d'une moule (quoique... on reparle de Mario Balotelli http://www.youtube.com/watch?v=pKhySKnMdWA). Le monde du foot doit forcément avoir quelques attraits, sinon qu'est-ce qui pousserait mon homme a être abonné au Milan AC (oui oui 11 aller-retour à Milan l'année de notre rencontre WTF ! ) ?

 

Alors à la façon d'un anthropologue j'ai essayé de m'immiscer dans ce milieu. Mais sincèrement mon étude sociologique a très vite viré au reportage de Confessions Intimes.

 

Acte I : L'entraînement

 

Les footeux arrivent petit à petit au stade dans leurs voitures kéké boy. Pas tuning (n'abusons pas...) mais un petit fanion par ci par là, une écharpe de l'OM, la musique dance flor au taquet (et ouais je m'adapte niveau vocabulaire).

Ils se disent bonjour en se faisant la bise... oui autant virils qu'ils soient, ils s'embrassent tels des frères ou des amis d'enfance. « Ca va ou bien quoi, la famille... ouaich bien quoi ».

 Après un rapide passage dans les vestiaires (tu m'excuses, mais là je ne les ai pas suivis) ils ressortent en fameux mode « pourrave » comme j'aime à l'appeler. J'entends par là un vieux short à la taille élastique plus si élastique que ça, les chaussettes à rayures qui sont censées monter à mi-mollets et qui tombent régulièrement sur la cheville. Le maillot de foot de leur équipe préférée sur lequel ils mettent un chasuble défraîchi sans forme ni couleur. Bref des pourraves !

Leur entraînement je dois avouer qu'il prennent ça très au sérieux. Sauf quand il pleut, sauf quand il y a du vent, sauf quand il fait trop chaud, sauf quand il y a un match important à la TV qu'ils ne veulent pas rater. Bref tu l'auras compris, l'entraînement sportif tel que tu l'entends, il dure pas si longtemps que ça. Mais bon... comme c'est un sport collectif et qu'ils se sont engagés pour l'équipe, même si ils passent plus de temps au club house que sur le terrain, ils ne doivent pas en rater un pour autant.

 

Acte II : La sortie en boite

 

Le footeux a une vie sociale très développée. Il a sa table dans l'espace VIP de la boite branchée du coin (tu as le droit de relativiser le terme « branchée », je te rappelle qu'on est entre beauf-city et plouc-village).

La tenue de sortie c'est la même pour tout le monde : chemise blanche, jeans de marque, timberland aux pieds, et le détail qui tue... mais grâce auquel tu reconnais d'office le footeux : le collier avec le ballon de foot pour pendentif.

La bouteille de « sky » (quoi toi tu dis Whisky ?! Oh le hasbeen) plus tard, le voilà en train de danser sur la piste à vouloir chopper la première midinette qui passe.

 

Acte III : Le match

 

Chez les footeux du dimanche, le match c'est -tiens toi bien- le dimanche. Ce qui explique souvent que le footeux n'a pas vraiment de vie de famille.

Comme les footeux observés lors de mon étude sont particulièrement nuls, ils ne se déplacent pas très loin (heureusement!). Donc au final ils affrontent des gens qu'ils connaissent forcément de près ou de loin. Mais même entre villages voisins (je précise que bien souvent ils étaient au collège ensemble, je parle pas du lycée car peu d'entre eux sont allés jusque là) ils sont capables de se battre pour un oui ou un non. Du coup on termine pas le match puisque l'arbitre décidera rapidement de l'arrêter.

C'est dommage car le footeux avait pris le soin de demander à sa pintade (rappelle toi la mini-pouf rencontrée la veille en boite) de l'accompagner pour l'encourager. Parlons-en de celle là. Tu la repères facilement... Cagole dans l'âme elle a elle aussi une grande gueule, porte uniquement des jeans « Temps des cerises », débardeur avec vue plongeante sur son wonderbra, lunette de soleil Gucci, etc... Elle te fait rêver hein notre cagole ?!

Je te passe le cliché du supporter beauf alcoolisé, qui en principe, joue également dans le club des vieux crampons.

 

Bon tu l'auras compris je ne me sens pas vraiment dans mon élément... et heureusement ! Car mon mec, il a beau être un footeux, il est loin de tous ces clichés. Il aime le foot et y jouer, c'est quelqu'un d'élégant, éduqué, charmant, ne se battant jamais, respectueux du jeu et de l'arbitre. Il connait les travers de ce sport et observe cela de loin. MAIS... parce qu'il y a un « mais », ça n'en est pas moins un joueur de foot. Et malgré toutes ses qualités, au quotidien c'est pas toujours facile à vivre.

Tout simplement parce qu'il n'est pas souvent à la maison. Deux entraînements par semaine plus le match du dimanche. Pour notre vie de couple c'était déjà pas cool, mais maintenant avec le bébé... J'espérais qu'il profite de l'arrivée de sa petite princesse pour stopper cette activité. Je n'avais qu'à moitié raison puisqu'il a seulement diminué le nombre d'entraînements.

Ça pourrait sembler suffisant, mais tu peux être sûr qu'il choisira le soir où bébé est énervé, ne veut pas dormir, râle pour un oui ou un non, que toi tu es fatiguée, la maison est en chantier, etc... Ce soir là, t'as juste envie d'aller poser une bombe au stade de foot ! Mais tu ne le fais pas parce que tu es trop exténuée pour t'emmerder avec une vulgaire histoire de fait divers, garde à vue, prison, tout ça... Du coup tu remballes ta fierté et t'assumes tout gentiment sans dire mot. Et là... coup de massue, ton homme rentre à 22h avec les maillots de l'équipe à laver. Et oui, c'est chacun son tour. Et forcément, ton tour tombe toujours mal !

 

Ce à quoi je n'avais pas pensé, c'est que le foot ne se limite pas au stade du village. Non non le foot est partout, y compris chez toi, dans ton salon (enfoiré!). Je pensais avoir gagné la guerre en interdisant Canal+ à la maison. Mais l'homme est fourbe... grâce au streaming sur internet, il peut voir tous les matches. Y compris les plus improbables ! Tu comptais te faire un bon film dans les bras de ton amoureux ?! Niet, que dalle, nada... ça sera Saint Vincent les Grenadines contre le Vatican (tu peux chercher, ça existe).

Du coup tu t'avances sur le ménage. Tu sors l'aspirateur, et là... tu te fais engueuler parce que tu fais trop de bruit et qu'il ne peut pas entendre les commentaires. Commentaires qui au passage sont en arabe ou chinois, c'est dire si c'est important qu'il les entende (va savoir pourquoi les matches en streaming sont souvent diffusés sur des chaînes du Qatar ou en Asie).

 

Tu l'auras compris, vivre avec un fantôme footballeur c'est pas tous les jours facile et pourtant... pour rien au monde je l'échangerais contre un autre.

 

En extra un petit jeu concours : si tu devines quelle est la seule occasion pour laquelle il a pleuré dans sa vie d'adulte, je me débarrasse t'offre sa collection de Onze mondial.

(NDMS je crois que je sais moi)

***

 

Et la semaine prochaine, je m'y colle et vous dis tout de mon "footeux à moi" !

Si toi aussi tu t'es faite berner, tu es en couple avec un footeux et tu as besoin de t'exprimer, je t'offre une occasion inespérée de le faire ici : saisis-la amie de galère !

NDMS : nous acceptons aussi les récits de "footeux de canapé", qui même s'ils n'ont pas d'entraînements ou de matchs, peuvent te pourrir la vie avec le foot tout autant !

Repost 0
Published by Maman Sioux - dans Le foot - l'homme et moi
commenter cet article

Une Indienne Dans La Plaine

  • : Madame Sioux
  • Madame Sioux
  • : J'ai plusieurs cordes à mon arc : mère épuisée mais comblée (de Pti Tonique 3 ans et l'Iroquoise 16 mois), rédactrice Web indépendante, squaw libérée, concubine intermittente (quand il nous reste 5 min), cuisinière de trucs rapides qui prennent toujours plus de temps que prévu, écrivaine à la plume de vautour, chevaucheuse de bisons dans les plaines autour de Lyon.
  • Contact

On communique ?

Mon tipi a le Wifi. Ecris-moi !

Chercher Une Ruse

Archives

La cuisine de la semaine

La cuisine de la semaine, c'est maintenant un blog dédié... par ici !!


bandeau blog

Suivez les signaux

 

logo-rss.png

 

badge_mapage_hellocoton_160x55_white.gif

Je ruse aussi pour les VI

 

Dernier lâcher de neurones : Le chemin de la maternité [mini débrief]

Nounou-top.fr

http://www.madamesioux.fr/wp-content/uploads/2014/11/nounou-top-logo.png

<script>
  (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){
  (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
  m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
  })(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga');

  ga('create', 'UA-44080416-1', 'over-blog.fr');
  ga('send', 'pageview');

</script>