Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 08:57

Depuis qu'il est en capacité de le formuler (linguistiquement parlant, surtout), Pti Tonique a toujours réclamé ses grands parents, avec plus ou moins de force et de clarté.

Au début, j'ai trouvé cela particulièrement touchant. J'étais fière de voir qu'il construisait une relation aussi forte, affectueuse et régulière avec eux.

(J'utilise le passé mais je continue de trouver cela très positif hein, ne vous méprenez pas)

Parfois, c'est une réclamation ponctuelle, dans un moment particulier où il se rappelle avoir fait quelque chose avec eux et cela fait naître l'envie de les revoir. D'autres fois - le cas le plus fréquent actuellement -, il réclame ses grands-parents avec énormément d'insistance, de répétition (sur la journée mais aussi sur la semaine), particulièrement dans les moments de frustration ou d'ennui. Durant ces périodes-là, lorsqu'on ne répond pas à ses désirs, au lieu de se contenter de manifester son mécontentement, il déclare qu'il veut voir Mamie C. ou Mamie M. puis passe rapidement en mode lamentation sur le même thème. Il lui arrive aussi de varier en réclamant aussi Papi, Tonton T, Marraine et qui vous voulez au sein de la famille.

Le fait est que l'on habite à 2h des grands-parents les plus proches.

Ces dernières semaines, il y a eu une période vraiment difficile pour lui - et un peu pour nous, ne nous voilons pas la face - où il réclamait l'une de ses grands-mères en boucle, du lever au coucher, du lundi au dimanche, dès qu'il y pensait, dès qu'il était fatigué, frustré, énervé, désoeuvré... presque tout le temps, donc.

Nous mettons en pratique l'écoute, la reformulation et la validation des sentiments mais ce n'est pas pour autant qu'il cesse de les exprimer - ce qu'on voudrait bien pourtant, par moments, parce qu'on est pas fans du mode "repeat", surtout à certains moments un peu "touchy" de la journée, genre 18h30/19h (avec repas à préparer, bain à donner, fatigue à gérer)...

Et puis surtout, je pense qu'il y avait bien un message à comprendre, plus qu'un désir à entendre. Je crois que plus que Mamie C. (même s'il a effectivement grand plaisir à la voir, ne prenez pas la mouche belle-maman hein !!), c'est de l'attention qu'il réclamait, de la disponibilité psychique de notre part.

***

De mon côté, depuis novembre, où le rythme des formations s'est intensifié, le "travail à la maison" et les actions à mettre en oeuvre aussi, je sais que mon comportement à la maison a évolué.

Plus que jamais, j'avais hâte que l'heure du coucher arrive. Dès 18h15, passée la joie de retrouver mes petits bouts à la crèche, je n'avais de cesse de ressasser les choses sur lesquelles je souhaitais avancer et de planifier le travail de ma soirée. Mentalement, je n'étais clairement pas très disponible. Comme je savais que je n'aurai pas l'énergie de bosser bien longtemps, j'avais d'autant plus hâte de m'y mettre.

Et je me suis demandée quelques fois si mes enfants ressentaient cette légère déconnexion de ma part.

***

Nous avons fini par aller passer un week-end chez Mamie C. Au retour, nous avions l'espoir que notre fils soit rassasié et ne recommence pas à la réclamer avant 1 semaine ou 2. Que nenni ! Il a recommencé le soir-même et les jours suivants.

Je ne saurais pas dire quand est-ce que ça a finalement cessé.

 

turbulences-emotionnelles.jpg

 

L'approche de Noël, le fait de savoir qu'il pourrait bientôt profiter longuement de tous ses grands-parents, oncles et tantes... ? Un changement perceptible dans ma façon d'être, une prise de conscience accrue ? Un week-end en famille suffisamment riche ?

Alors que je commençais à désespérer de trouver comment réparer ce réservoir affectif qui semblait fuir chaque jour de plus en plus vite, les réclamations ont quasiment cessé du jour au lendemain.

J'ai souvent l'impression de "suivre" (au sens de ne pas être devant), de subir les phases hautes et basses de mes enfants en matière de baisse d'énergie, de besoins affectifs. Je n'arrive pas à être clairvoyante sur le moment, je rafistole au jour le jour. C'est toujours après coup que l'illumination arrive. Ou peut-être tout simplement qu'une fois la phase down terminée, on a besoin de l'expliquer et on y colle bien vite une raison plausible pour mieux s'en retourner au quotidien et se dire qu'on fera mieux la prochaine fois.

Peut-être aussi que notre week-end à deux puis notre sortie au resto en semaine tendent à rééquilibrer la barque du respect des besoins de chacun - on allège le "fardeau" des enfants en acceptant de s'en défaire quelques jours et ils ont de plus le bonheur, dans notre cas, de savourer leurs grands-parents en tête-à-tête...

***

Vendredi soir, Pti Tonique retrouvera les bras de Mamie C. et en plus, "on va rester longtemps longtemps" chez elle alors OUF, tout va bien !

 

 

PS : Ca n'est pas exactement l'article sur Pti Tonique que j'avais imaginé (aaaah, ces fameux billets qui ne sont pas foutus de s'écrire sous la douche et dont on oublie la moitié ensuite !!) mais j'y reviendrai. J'ai envie de parler de mon petit garçon qui grandit et qui mûrit, autrement qu'à travers ses moments de blues.

Repost 0
Published by Madame Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 10:59

Cette rentrée 2013 était un cru très particulier puisqu'il s'agissait de la première rentrée scolaire de Pti Tonique et de notre première rentrée scolaire de parents.

Les préparatifs

Bien entendu, j'ai attendu le dernier moment pour me rappeler que la mairie nous avait envoyé des papiers (fiches de renseignements, inscription à la cantine et la garderie si nécessaire) à retourner pour fin août... heureusement qu'ils sont cools puisque je les ai ramenés le lundi suivant la deadline.

La semaine précédant la rentrée, j'en ai aussi profité pour informer mon assureur que j'avais, puisqu'on en parlait, 2 enfants et merci donc de me transmettre une attestation d'assurance pour l'aîné (hem hem). Nous sommes également allés faire en vitesse les photos d'identité pour l'école, l'achat de la blouse plastifiée chez l'ami suédois et puis j'ai passé ma commande d'étiquettes à vêtements et objets chez Ludilabel, avec le pack maternelle très complet (non non, je ne suis nullement rémunérée mais je les trouve top alors je le dis !). Il y a les étiquettes autocollantes pour les vêtements qui disposent encore d'une étiquette en tissu sur laquelle l'apposer, et les étiquettes thermocollantes, dont j'ai découvert la "magie" et grâce auxquelles j'ai presque pris plaisir à manier le fer à repasser, une fois n'est pas coutume !!

 

cartable---rentree-scolaire-maternelle.JPG

 

Je crois que ce que j'avais fait en premier, c'était aller choisir un cartable avec lui (l'un de nos petits moments tous les deux, comme évoqué dans mon article sur nos "retrouvailles"). Même si au final, n'importe quel petit sac à dos tout simple aurait fait l'affaire vu ce qu'il a besoin de mettre dedans (paquet de mouchoirs, tétine, doudou et parfois, le cahier de liaison). Si Pti Tonique est toujours du genre sceptique au moment des achats, rapport à sa relative aversion pour la nouveauté dans quelque domaine que ce soit, il commence tout de même à participer timidement et réussit parfois à émettre un avis. Cependant, je ne sais jamais si c'est sincère ou s'il s'agit de se débarasser de nos questions envahissantes le plus vite possible.

Cette fois-ci, j'ai donc été ravie de le voir s'attacher à son nouveau cartable dès le retour à la maison... et même à ses nouveaux chaussons, trouvés par la même occasion (initialement pour l'école mais ils lui plaisaient trop, nous les avons gardés pour la maison).

 

Le jour J

Depuis la matinée de pré-rentrée mi-juin, particulièrement désastreuse et un peu mal conçue à mon sens, Pti Tonique n'avait de cesse de répéter qu'il ne voulait pas aller à l'école (cette histoire de pseudo phobie de la nouveauté, vous savez...).

Courant août, lorsque les gens évoquaient ou le questionnaient sur sa rentrée prochaine, il a commencé à simplement hocher la tête ou dire "oui".

Les derniers jours précédant la rentrée, je lui signalais les bâtiments de sa future école à chaque fois que nous passions devant, ce qui le laissait de moins en moins indifférent, même si je sentais bien qu'il ne mesurait pas à quel point l'échéance approchait. ("moi j'irai à l'école quand je serai plus grand". Hem, comme te dire que ça y est, si si, tu ES grand mon chéri... bref !)

Le jour J, le matin M, son père a déposé l'Iroquoise à la MAM puis est revenu nous chercher pour partir ensemble à l'école. Depuis tout petit, il aime signaler la MAM (que nous appelons "crèche" pour faire plus simple) à chaque fois que nous passons devant en voiture. Ce matin-là, plutôt que de simplement s'exclamer "la crèèèèèche !!!", il a dit : "La crèèche de l'Iroquoise !!!". Amusant. Et révélateur, le message était passé.

Lui, irait à l'école le matin, et ne rejoindrait sa soeur qu'à midi, pour finir la journée à la MAM.

 

rentree-maternelle-et-sacs.jpg

 

Sur le trajet, il répétait qu'il ne voulait pas y aller mais restait plutôt stoïque. Arrivés sur le parking, il a tenu à porter lui-même, tout seul, tous les sacs d'affaires apportées pour l'occasion. Il a courageusement avancé jusqu'à l'entrée du bâtiment et là, il nous a demandé de le prendre dans nos bras.

Il y avait des petits bouts et des parents partout, ça grouillait, ça pleurait pas mal, évidemment. On a rapidement croisé ses petits copains de la MAM : celui avec qui il a 10 jours d'écart et grandit depuis 2 ans et qui sera dans sa classe ; et 2 autres qu'il adore également et qui faisaient leur entrée en moyenne section.

J'ai trouvé trop mignon d'identifier le petit porte-manteau et le petit casier étiquetés à son nom. Nous y avons déposé ses chaussures, accroché ses sacs et chaussé ses chaussons. Il ne voulait plus nous lâcher.

Il a dû commencer à pleurer en entrant dans la classe. Nous avons fait le tour avec lui dans les bras qui s'accrochait, lui avons montré, expliqué, parlé... mais bien entendu, rien n'y faisait. Il répétait qu'il ne voulait pas rester, qu'il voulait repartir avec nous, retourner dans la voiture.

Quand il a fallu partir, que nous étions les derniers (ou les avant-derniers ?), nous l'avons déposé près de la maîtresse (il a refusé les genoux qu'elle lui offrait) et tandis qu'il tentait de nous suivre en criant, la maîtresse l'a retenu (doucement) par le bras en lui demandant de rester dans la classe.

Nous avons retraversé le couloir avec ses pleurs en fond sonore, et quitté l'école.

A 11h30, la nounou est venu les chercher, son copain et lui. Elle m'a fait un texto peu de temps après pour m'indiquer qu'il s'était peu à peu apaisé dans la matinée et qu'il allait définitivement mieux après la récréation où il avait retrouvé ses 3 copains de la MAM (y compris les deux de moyenne section, dont un avec qui il a beaucoup d'affinités) et réalisé de splendides châteaux de sable et de cailloux avec eux.

 

Les jours suivants

Il y a eu le mercredi, à la maison.

Le jeudi et vendredi suivant, il pleurait avant de quitter la maison  partir du moment où nous évoquions l'école. Sa nounou l'a emmené le jeudi et je l'ai remmené le vendredi. Il a pleuré de la maison à la salle de classe, en disant ne pas vouloir y aller. MAIS, différence significative, une fois entré en classe, au lieu de s'accrocher à mes bras, il a marché d'un pas résigné jusqu'à la maîtresse qui lui tendait les bras, est monté sur ses genoux tel un condamné à mort et tout en reniflant et pleurant, m'a fait aurevoir de la main.

Gloups.

A chaque fois qu'il nous parlait de l'école, il évoquait la récréation et ses jeux avec ses copains. J'imaginais qu'il préférait occulter le début de matinée et qu'il se tenait encore sur la réserve lors des moments en classe qui suivaient.

Samedi soir, nous avions invité son copain et ses parents à manger à la maison. A un moment donné, il s'est lancé dans une chorégraphie très inspirée de "Souricette", une chanson et petite danse qu'il aurait apparemment apprise à l'école. Inconnue au bataillon pour nous mais peu importe. Quelle joie de réaliser qu'il avait participé à une activité là-bas et qu'il semblait y prendre plaisir... et l'évoquer avec fierté !

 

Semaine 2 : un gros mieux !

Lundi, il a quitté la maison sans pleurs. Sa nounou l'a déposé à l'école.

Mardi, c'est moi qui l'ai accompagné. Au moment de monter dans la voiture pour quitter la maison, il m'a dit : "Moi j'ai envie d'aller à l'école." Ouch, j'ai failli m'effondrer de surprise dans les graviers !!

Il semblait effectivement fier et heureux d'y aller. Tout s'est bien passé jusqu'à ce que nous entrions en classe. Là, il s'est mis à pleurer et ne voulait pas que je parte - ce qui est tout de même bien différent du fait de ne pas vouloir rester. Je lui ai dit que je voyais bien que c'était difficile de se séparer mais que je devais partir et que je savais qu'il allait passer une bonne matinée et retrouver ses amis. La maîtresse m'a confirmé que son chagrin ne durait pas longtemps et qu'il participait à présent sans problème aux activités proposées.

Je crois que l'appréhension d'y aller est définitivement passée. Reste la difficulté du moment de la séparation mais je suis confiante, ce sera de plus en plus facile, tout comme à la MAM les premiers temps.

Il prend ses nouveaux repères, il intègre le schéma de ses nouvelles journées 50% école, 50% MAM. Il sait qui vient le chercher, il retrouve sa soeur à midi, fait la sieste dans un lit de grand à la MAM (il a pris du galon et est maintenant l'un des plus âgés de la structure). Je suis toujours là le soir, à 17h45 et nous faisons un gros câlin lorsque nous nous retrouvons.

L'école, étape franchie. YES !

Repost 0
Published by Madame Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 08:15

Le 6 août 2013, Pti Tonique a eu 3 ans.

D’habitude, j’aime utiliser ce blog pour fixer, au passage d’une nouvelle année, ce que mes enfants sont à un moment T, ce qu’ils aiment, de quelle manière ils m’émeuvent, combien ils ont changé. Cette fois-ci, je n’ai rien écrit à son sujet parce que de mon côté, je sentais que les choses étaient en train d’évoluer entre lui et moi. Je ne voulais pas écrire quelque chose de convenu et qui n’aurait pas suffisamment ressemblé à mes émotions intérieures. Mon regard sur lui était trop mouvant à ce moment-là.

Suite à la naissance de sa sœur, inévitablement, j’ai eu moins de temps (et de patience) à accorder à ce petit garçon qui, jusque là, était l’être le plus important au monde pour moi ; le seul enfant issu de ma chair, mon « bébé » avec j’imaginais que rien ne pourrait changer (ou si peu) tellement je l’aimais fort.

Mais c’était faux. Mon 2e bébé, plus fragile et aux besoins plus impérieux, a rapidement pris le devant de la scène . Et puis mon Pti Tonique s’est immédiatement raccroché d’autant plus fort à son papa et il semblait avoir son content d’attention et de jeux familiaux dans ce nouvel équilibre.

 

la-reconnexion.jpg

 

Ce n’était ni mal ni bien, c’est ainsi. Rien n’est immuable et nous avons agi autant que faire ce pouvait pour accorder à nos enfants tout l’amour et l’attention dont ils avaient besoin. Il est vrai que cette très difficile période des débuts, ce tiraillement physique et émotionnel entre mes 2 tout-petits fait partie des points qui ne m’encouragent pas à précipiter l’arrivée d’un 3e enfant. Pour autant, je n’ai jamais regretté ce changement : je ne crois pas que l’illusion de l’exclusivité soit souhaitable et surtout, l’arrivée de sa sœur nous a poussés à amorcer des changements dans notre relation à Pti Tonique qui lui ont certainement été bénéfiques à lui mais aussi à nous, pour des rapports plus apaisés et respectueux des besoins de chacun (endormissement, découverte puis affirmation de nos limites de parents et d’êtres humains).

Si Mr Sioux a pu conserver plus aisément des moments de soin et de jeux avec Pti Tonique – tout en prenant petit à petit de l’importance dans la vie de sa fille, qui le considère maintenant que son demi-Dieu ex-aequo avec Pti Tonique -, il n’en a pas été de même pour moi. Pourtant (et précisément pour cela ?), c’est moi qui passe le plus de temps seule avec les enfants, à travers tous les débuts de soirées et les mercredis ; mais ce ne sont précisément pas des moments où je suis disponible pour des jeux en tête-à-tête avec Pti Tonique (le mercredi matin, je m’y efforce à présent mais sa sœur dort de moins en moins).

Pendant nos 3 semaines de vacances d’été, j’avais donc prévu - notamment sur les conseils de SuperNounou qui avait remarqué une forme d’agressivité / mal-être récente chez Pti Tonique – de trouver des moments et des activités à partager avec mon fils, rien que pour nous deux. Ce ne fût pas chose aisée. D’abord parce que lorsque nous sommes enfin réunis tous les 4, nous avons l’habitude de faire pas mal de choses ensemble. Egalement parce qu’étant donné l’âge des enfants, la scission se fait souvent davantage comme suit : Pti Tonique sort bricoler ou s’occuper du jardin avec son père (il est en âge d’identifier le danger et respecter – à peu près – les consignes de Mr Sioux), je m’occupe des travaux d’intérieur avec ma fille, trop petite pour être laissée comme spectatrice en extérieur, et gère les couchers de sieste et les tétées.

Ce qui fait que lorsque je proposais des activités en seul à seul avec Pti Tonique, il ne comprenait pas pourquoi Mr Sioux et l’Iroquoise ne venaient pas avec nous ! Et il les réclamait.

Et puis, je m’en suis rendue compte après coup, avec l’épisode du coucher, qu’il avait vraiment pris l’habitude d’être pris en charge par son père (qu’il adooooore) dès que celui-ci était présent et que ça devait le rassurer. Sans compter le fait qu’il devait aussi vouloir profiter de lui puisqu’il le voit un peu moins.

Finalement, après 3 semaines de vacances uniquement tous les 4 et juste 2 petits moments de totale exclusivité entre Pti Tonique et moi, la rentrée (à la crèche tout d’abord) s’est faite dans une bonne humeur particulièrement appréciable. Notre petit garçon a retrouvé ses nounous sans angoisse et plus serein qu’en fin d’année.

Puis, sur les conseils de la fée du sommeil, j’ai enfin osé amorcer un autre changement : j’ai retiré la tétée du rituel du coucher de l’Iroquoise (elle la prend à présent dans le salon, en amont du coucher). Et là, tout à coup, voilà que même en ma présence, Mr Sioux pouvait coucher sa fille… me laissant l'opportunité de m'occuper de mon fils pendant ce temps !

Je crois que cela a achevé de nous rapprocher. Tandis que je m’asseyais sur son lit pour lui lire son histoire, mon Pti Tonique tentait de se blottir contre moi autant que possible et il me disait « Moi je l’aime bien ma maman ! », qui est ensuite devenu : « Moi je t’aime trop ! » (son équivalent du traditionnel « je t’aime »). A présent, j’y ai même droit dans d’autres contextes : quand il veut une glace à table (hem) ou même quand je suis en train d’étendre la lessive :-D

Il saute de joie quand il sait que ce soir, c’est moi qui le couche et me réclame même les soirs où ça n’est pas moi (alors qu’avant, quand son père était en déplacement, ça semblait un déchirement de ne pas l’avoir pour lui lire l’histoire). Forcément, après 1 an de couchers assurés presque exclusivement par son père et une mère qu’il doit sentir en phase de dé-fusion avec sa cadette (huhu), Pti Tonique se sent certainement mieux pris en compte par moi et la reconnexion est d’autant plus forte.

Je pourrais vous parler de plein d’autres choses le concernant (notamment sa première rentrée à l’école qui est assez difficile) mais c’est tout ce que je voulais aborder pour l’instant.

Les « retrouvailles » entre une mère et son petit garçon.

Un petit message d’espoir et d’amour.

(amis cucul la praline, bonjour !)

***

Pour des raisons de maintenance d'Over-blog, vous ne pourrez pas poster de commentaires aujourd'hui entre 9h30 et 11h30 (c'est pratique), désolée ! Si l'envie vous démange, vous pouvez commenter le billet par ce biais ou par là !

(vous avez vu comme je vous assiste un peu, hein ? si ça c'est pas de l'amour !!)

Repost 0
Published by Madame Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 16:12

Ca fait un moment que j'ai envie de vous parler de mon Pti Tonique qui grandit, s'épanouit, se détache, revient, repart, nous fait rire, nous agace, nous épate, nous fascine... Pti Tonique qui change tellement, Pti Tonique qui me fait l'effet d'avoir 1000 visages (et j'ai souvent eu cette impression depuis qu'il est né) selon ses humeurs, selon le personnage qu'il a envie de jouer, selon sur quelle pose l'appareil photo l'a figé.

Imagination

Depuis que nous avançons ensemble sur le chemin de la sérénité familiale et du respect des besoins de chacun, notre p'tits gars nous a paru faire un fantastique bond en avant en termes de détachement et d'autonomie, mais aussi d'imagination, à laquelle il laisse libre cours et expression tout au long de la journée. Plusieurs fois par jour, il évoque ses 2 amis imaginaires "Lola et Doda", tantôt pour m'expliquer qu'il donne en ce moment le sein à Lola (tandis que j'allaite moi-même sa soeur) ou que Doda est pas gentil et qu'il doit donc aller dans sa chambre, avec force cris pour l'y enjoindre [ndm : non, je ne dis jamais à mon fils qu'il n'est "pas gentil" mais ça ne l'empêche pas de l'entendre ailleurs]. On sent que ces êtres lui sont vraiment utiles à la fois pour se projeter et pour se défouler : c'est intéressant à observer.

Parfois, dans le bain, il m'explique qu'il attend ses invités puis me présente très sérieusement "Prapom, Techung et Dicité". Puis quand il doit les répéter, les prénoms varient au gré des syllabes accolées... et moi je reste ébahie de l'observer moduler et créer ds "mots" sous mes yeux !

Emotions

En sortant du bain, il m'étreint et lâche tout à coup : "Moi je l'aime très fort ma maman !". Wahou !! Shoot d'amour en direct. Je suis scotchée puis je me reprends et lui réponds, avec amour aussi...

Parfois, le bain ou d'autres moments s'avèrent plus difficiles à gérer et sans que je comprenne toujours pourquoi, ses émotions dérapent d'un coup et je dois alors faire face à un petit garçon perdu, agressif, qui me rejette en actes et en paroles, crie, boude, veut qu'on le laisse tranquille mais qu'on ne parte pas, ne sait plus lui-même comment se calmer ni moi comment le réconforter. Je tente de laisser passer l'orage, j'explique, je formule, je m'énerve parce que ses cris finissent par effrayer et faire pleurer sa soeur, je choisis de m'éloigner, je reviens de temps à autre pour montrer que je ne suis pas loin. Je me fais à nouveau repousser, je repars, je propose à distance un câlin, il crie. J'attends... Au bout de 20 à 40 min, je sens percer une faille, je repropose une action ou un câlin, il accepte. Il est encore fragile, je marche sur des oeufs, je propose, nous disposons, il s'apaise enfin, s'affale dans mes bras, épuisé. Ne veut plus me lâcher. Mais il faut aussi porter sa soeur... Il y a encore des soirées moins évidentes que d'autres.

Mais tout cela change tellement vite !

Ces derniers jours, on le sent à nouveau plus à fleur de peau, bien vite emporté par ses émotions et un certain besoin (cyclique) d'affirmation... mais aussi de nous faire rire !!!

Communication

Il adore faire des blagues, nous avons nos "familial jokes", je trouve ça chouette et épatant de le voir saisir le 2nd degré de nos échanges. Et d'ailleurs, peu de choses lui échappent dans nos échanges, même quand ceux-ci ne lui sont pas directement destinés et qu'il paraît occupé à autre chose 

Pti Tonique aime jouer de ses regards : par en-dessous avec un sourire coquin ou un air renfrogné, les sourcils froncés pour mimer le mécontentement, par au-dessus en se marrant et en renversant la tête en arrière quand il a fait une blague, avec toute la panoplie des moues adaptées à chaque situation... Un beau charmeur, un fin communicant !

Il fait aussi de grandes et belles phrases, nous donne - à bon escient - du "par contre", du "temps en temps" ou du "pour l'instant" : je suis contente quand je prends le temps d'en noter certaines, pour me souvenir de combien riches et savoureuses étaient nos discussions déjà à cet âge-là !! (car je ne doute pas qu'elles vont l'être encore davantage au fur et à mesure que le temps passe).

Plein air

Depuis que nous avons (de temps à autre, quelques journées plus douces, Pti Tonique aime sauter sur cette occasion pour aller faire le tour du lotissement en vélo, cueillir des pissenlits dans le jardin ou surtout, "aller jouer sur la terrasse !!!". Son grand plaisir étant alors de sortir autant de jouets que possible, pour lui comme pour sa soeur, ou alors d'aller patouiller dans la terre avec son petit arrosoir.

 

Pti-Tonique-33-mois---exterieur.jpg

 

Fraternité

Il adore expliquer des choses à sa soeur, lui dire que maman quitte la pièce mais qu'elle revient et venir s'assoir tout près d'elle sur le canapé pendant ce temps, pour ne pas qu'elle soit seule... par contre, gare à elle si elle s'avise de trop lui mettre la main sur la figure ou de tripoter son livre : "ça c'est MON jouet Iroquoise, toi t'as les tiens là !! ... Tu veux ça ? Je te le prête mais tu le mets pas dans ta bouche, d'accord ? (sa soeur le regarde, le visage illuminé et tout sourire, prend le jeu et le met dans sa bouche). Non non, faut pas le mettre dans ta bouche, sinon tu vas l'abîmer !! Attends, je vais te chercher d'autres jouets !!" et de partir chercher des jeux pour sa soeur dans le parc et de le lui lancer donner, plus ou moins délicatement, mais toujours avec amour !

Parfois, on lui demande si on peut prêter l'un de ses jouets ou de ses doudoux (quand il nous arrive d'oublier celui de l'Iroquoise) à sa soeur. Parfois, il répond d'un hochement de tête ou d'un oui franc. Souvent, il répond non d'emblée. Puis on attend quelques secondes et alors, on le voit tendre un playmobil à sa soeur, en lui expliquant qu'il veut bien lui prêter celui-là mais pas l'autre, parce qu'il joue avec.

Le soir, quand l'Iroquoise va se coucher, il tient absolument à lui faire un bisou (gare si on oublie !) et "sur les cheveux, je lui fais toujours sur les cheveux !", ou sur le front. Et elle de se fendre d'un sourire lorsque le visage de son frère s'approche du sien.

C'est tellement touchant de les voir tous les deux, cette relation fraternelle qui semble être source de fierté même pas pour eux, même pour lui, si petit.

Activités intérieures

A la maison, outre que lire des livres seul semble être devenu une grande source de distraction autonome, c'est le grand retour de la passion-puzzle ! Ma mère, qui avait gardé des cartons entiers de jeux de tous âges de notre enfance, en a ressorti une multitude, du 4 au 1000 pièces : il s'éclate donc et je n'ai pas besoin d'investir ! (pas encore avec le 1000 pièces hein, il est enthousiaste mais quand même !).

Il vient aussi de découvrir les (presque) vrais Lego* : on s'amuse autant l'un que l'autre et on fièrement peuple le sol du tipi de créatures de l'ère secondaire !!! Ou alors on fait des gâteaux d'anniversaire. C'est l'une des autres passions de Pti Tonique : construire de pseudo gâteaux d'anniversaire avec tout ce qui lui passe sous la main puis l'apporter fièrement en nous souhaitant "joyeux niversaire" et nous demander de souffler les bougies.

 

Pti-Tonique-33-mois---Lego.JPG

 

3 ans et des étapes en perspective

D'ailleurs, en parlant de "niversaire", grâce à SuperNounou, Pti Tonique nous a informé qu'il voudrait un bac à sable pour ses 3 ans. Youhou ! Pourtant; y'en a déjà un à la crèche et chez mamie. Ca suffit, non ? #oscour

Et ce que je voudrais vraiment lui offrir pour ses 3 ans, c'est une véritable fête en son honneur, avec déco et bonnes choses maison, en réunissant ici tous ceux qui lui sont chers et plus particulièrement ses 4 grands-parents ainsi que tous ses oncles et tantes. Et ça, croyez-moi, c'est un sacré pari ! Pas seulement logistique mais aussi pour concilier les personnalités et ménager les susceptibilités de chacun... mais j'y crois. C'est quand même pas grand-chose, une fois tous les 7 ans, hein ? (Et puis ça les entraîner pour un hypothétique mariage ! huhu)

3 ans, ça signifie aussi une entrée à l'école toute proche. Un sujet qui l'effleure par moments mais ne semble pas le préoccuper plus que ça pour l'instant. D'ailleurs, se débarrasser de sa couche, ça ne l'intéresse pas plus que ça non plus (enfin si, parfois. Mais non, en fait... J'avais résumé la situation en lisant la Maman des Ptits Pois l'autre jour).

 

Je pourrais vous en parler encore pendant des lignes et des lignes de mon Pti Tonique parce que je ne pense pas avoir dit le 1/10e de ce qu'il est aujourd'hui, de ce qu'il vit, de ce qu'il dit, de l'effet que ça me fait de le voir grandir... mais là, je vais aller le chercher à la crèche et ça, c'est un des moments préférés de ma journée

 

* produit offert par le site Idealo

Repost 0
Published by Madame Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 10:36

Au quotidien, je n'ai pas un langage très soutenu. Oh, je sais faire aussi mais dire des "grossièretés" me fait tellement de bien pour relâcher la pression que j'ai du mal à me retenir - je ne jure pas non plus comme un charretier toute la journée mais bon, tu vois quoi...

Et comme depuis que j'ai DEUX mini Sioux, je suis un peu souvent sous pression, j'ai encore plus de mal à être une mère-modèle de ce point de vue là.

C'est ainsi qu'à la crèche, les nounous ont pu entendre Pti Tonique s'exclamer : "ça me glonfle !! le riz y me glonfle !" (il personnalise quand même un peu les mots, c'est plus rigolo) alors que son riz semblait ne pas vouloir rester dans son assiette.

C'est ainsi qu'à la maison, j'ai pu l'entendre tonitruer "ça me gave, ça me gave !!" après moult ramassages d'un objet qui ne voulait pas rester là où il le plaçait.

Enfin, c'est ainsi qu'après avoir pratiqué la méthode du "si je l'ignore, il va s'en lasser" (= faisons comme si nous n'avions rien entendu pour ne pas qu'il le répète à l'envie encore plus fièrement apres avoir capté notre attention !), nous avons finalement dû procéder à une grosse reprise générale pour remplacer un certain mot, qui ne fait pas vraiment de votre fils de 2 ans et demi un être exquis en société, par "zut et zut et crotte de bique et mercredi !" (oui, on met le paquet tant qu'à y être) (parce que faut bien ça pour remplacer toute la force et la profondeur d'un "Putain !!!!", non?). Sauf que Pti Tonique, il trouve souvent plus à propos de garder l'ensemble, à savoir "Putain, zut zut et crotte de bique !... et mercredi !!".

Breeeeef.

Ca, c'était avant sa nouvelle lubie (qu'il n'a bien sûr pas inventée tout seul, j'en suis consciente), à savoir : "C'est RELOU !!!". Oui, c'est mon petit côté "ouèch ouèch" et mon petit côté j'évite-de-dire-le-mot-"ch*ant" devant mon fils (on a tous nos paradoxes hein) donc j'utilise beaucoup "relou" (je suis la reine du verlan, comme tu vois).

L'autre fois, en voiture, je m'énervais parce qu'un type en camionnette venait de s'arrêter en plein milieu de la route pour parler à un type garé sur le bas-côté qui semblait être l'une de ses connaissances. Forcément, le mec qui te fait piler, déjà, tu le kiffes pas trop. Mais si en plus c'est pour du n'importe quoi, à savoir tailler le bout de gras à son pote quéqué, accessoirement très mal garé aussi, là, je m'enflamme !!! (mais j'étais restée polie quand même sur ce coup-là). Aussitôt, Pti Tonique me demande pourquoi je m'énerve. Je lui explique et lui de gentiment renchérir :

- "Pouh, est relou le Monsieur !!... Faut pas s'arrêter comme ça ! Sinon nous n'on peut plus passer. Pouuuh !!! Est relou ! hein maman ?" (là, je réponds pas, je suis morte de rire)

Les Sioux, des gens (polis et) zen au volant, de père en fille... et de fille en fils !

 

Voilà. Après ce petit interlude léger et grossier, vous pouvez reprendre une activité normale ! A tchao bon week-end !!

 

Repost 0
Published by Madame Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 22:42

... tu arrivais dans notre vie, lui donnant un rythme tout à fait inattendu mais surtout une saveur que nous avions ignorée jusque là. Depuis ce jour-là, nous n'avons eu de cesse que de t'admirer ; or ton charme, ton ingéniosité, ton énergie et ton espiéglerie quotidiennes me font dire que cela n'est pas près de changer !

 

2-ans---gateau.JPG

 

Aujourd'hui, 2 ans après, je suis heureuse de partager avec toi chaque jour de vrais moments d'échange, des dialogues parfois extrêmement savoureux, surtout lorsque tu y glisses avec pertinence mots et expressions, lorsque tu fais usage d'humour, guettant nos réactions pour voir si tu obtiens le rire escompté ou lorsque tu reprends à ton compte nos propres remarques, lorsque tu nous hèles par les surnoms que nos proches nous donnent avec un sourire malicieux.

Ta compréhension du monde m'épate chaque jour. Tu es un petit garçon très réfléchi, avec qui la raison et les explications ont toute leur place, aussi bien pour te convaincre de l'utilité de faire ceci ou cela (parfois) que pour t'expliquer le monde qui t'entoure et que tu ponctues à présent de nombreux "pourquoi". Je m'amuse d'ailleurs de te voir formuler sans cesse de nouvelles questions et parfois y répondre pour toi-même ("pou'quoi est froid fromage ? ... pa'que au frigo !!") ou encore d'annoncer à ton doudou que tu vas lui expliquer quelque chose.

Réservé mais percutant, têtu mais pas borné, tu sais faire preuve de finesse et d'observation pour nous surprendre bien souvent !

Dernièrement, c'est dans le rôle de grand frère que nous t'avons découvert et une fois encore, tu as su nous épater, tout particulièrement moi, qui avais tant douté durant ma grossesse. Tu es si touchant lorsque tu réclames de prendre ta petite soeur dans tes bras ou de lui faire un bisou avant d'aller au lit. Tu te montres attentionné à l'égard de cette petite fille qui n'est pas encore vraiment capable de communiquer avec toi mais à qui tu souhaites faire partager ton univers - tentant de la rassurer lorsqu'elle pleure en lui disant que tu es là, l'enjoignant à te regarder lorsque tu fais une pitrerie.

Je suis toujours aussi fière d'être ta maman, de voir les autres, notre famille comme nos amis, se faire surprendre et charmer autant que nous par ta bouille comme par tes raisonnements.

Bon anniversaire mon fascinant petit garçon.

 

2-ans---draisienne.JPG

Repost 0
Published by Madame Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 18:49

Fin des courses, nous arrivons sur le parking. Au loin, Pti Tonique n'a pas manqué de remarquer 2 motos garées.

Je commence à ranger les courses quand j'entends une petite voix, du haut de son chariot :

- 'marre poto ! (comprendre "elle démarre, la moto")

Je me retourne et confirme.

 

moto.jpg

 

En ce moment, Pti Tonique est passionné par les motos, les tracteurs (qui désignent tous les engins plus gros que les voitures donc ça marche aussi pour les camions) et les éléphants. Et les cailloux. Beaucoup les cailloux.

Puis nous voyons un homme monter sur la moto et partir.

- pa'ti poto !

- Eh oui, le Monsieur est monté dessus et il est parti avec la moto.

- Et... payé ?

J'étais scotchée !!

Il a au moins compris que quoi qu'on fasse, faut toujours passer à la caisse !

***

Sinon, les courses m'ont tuER. Y'aurait eu autant de monde à la caisse au moment de payer que quand je suis rentrée dans l'hypermarché, je crois que j'en aurais pleuré. Et puis j'ai mal au dos aussi.

Mais à part ça, Pti Tonique, il me fait trop rire ! Ses doudoux et peluches deviennent de vrais compagnons de jeux et c'est passionnant de le voir reproduire les gestes du quotidien : il les colle contre sa joue pour voir s'ils sont "chauds" puis leur prend la température et décrète "a fève Doudou !" (vous aurez compris qu'il s'agit de "fièvre" et non de légume sec). Les doudoux doivent aussi attraper les cartes pour jouer avec nous (je vous dis pas comme elle est douée la peluche Hippopotame avec ses grosses pattes) ou boire dans le biberon (vide) qu'il leur tend, après avoir trempé son doigt dedans pour voir si c'était chaud (moi, la goutte de lait sur le poignet, ça me parle pas alors je trempe direct le doigt (propre) dedans !).

Sur ce, je retourne voir mon récalcitrant du repas du soir qui maltraite justement son hippopotame à coup de biberon... avant de dire qu'il a bobo "là" et de lui faire un bisou.

Repost 0
Published by Madame Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 11:25

« Chaque jour un mot nouveau » – voire deux  -, c’est  vraiment le crédo du moment.
Sans compter toutes les petites phrases ou expressions qu’il emploie depuis un moment et qui s’enrichissent à présent de ses nouvelles acquisitions. Les combinaisons de mots, les tentatives de longues phrases - dont la moitié ne sont que des baragouinements mais dont on comprend finalement le sens grâce aux 3 ou 4 mots correctement articulés - tout ceci est craquant et fascinant.

On se prend même parfois des remarques, comme lorsque je fais tomber tomber un peu de céréales à côté du biberon et que j'entends une petite voix dire "mets pa'tout maman, pa'tout maman !!". Ok... Il répète dans le bon contexte des expressions qu'il nous a entendu employer et nous, on est trop fiers évidemment !

Je me suis fait une petite liste pour garder une trace de tout ça. Egalement parce que lors de nos 2 dernières visites, la pédiatre nous demandait grosso modo combien de mots il disait et que nous étions incapables de répondre. Maintenant, je sais qu'à ce jour, il dit ou répète plus de 80 mots différents, qu'il ajuste lui-même en petites phrases pleines de sens ! Oui, je craque, je trouve ça passionnant !

A 18 mois, Pti Tonique disait par exemple :

encore gâteau !
=> no comment
c'est quoi ça ?
=> quand il veut qu'on répète le nom d'un objet qu'il connaît parfaitement mais qu'il ne sait pas encore prononcer (comme "Thermomix" par exemple... oui oui, cet objet le fascine !
c'est à papa/maman/[Pti Tonique] ça !
=> en ce moment, quand il trouve un nouvel objet ou croise un nouveau jouet, il devient vite "à Pti Tonique". Il adore dire "c'est à [Pti Tonique]" (son vrai prénom est plus facile à prononcer heureusement)
 merci
=> "massiiiii" => les fois où il pense à le dire, il le répète à l'infini, il est trop chou !
 poule  
 oh, c'est lourd maman !
=> même quand il porte un truc léger parfois
 câlin => il commence à câliner son bébé, sa peluche hippopotame... et même nous, avec petits bras autour du cou et tout ! <3
 chocolat
=> "cocolat" => demandé en chouinant à moitié !
 quelqu'un => pour désigner les voitures qui ne nous appartiennent pas sur un parking ("à quelqu'un") ou des inconnus
 bol
=> qu'il prononce avec un O fermé (je peux ajouter que c'est trop mignon?)
 allez !
=> en ce moment, on y a droit à chaque feu rouge, dès que la voiture s'arrête... mais aussi à chaque fois qu'il estime qu'un truc ne va pas aussi vite qu'il le voudrait.
 chercher  
 chaussons  
 attaché  
 patate => il le prononce super bien et adore ce mot ! Quand il voit un légume dont il ne sait pas prononcer le nom et qui lui est inconnu, ça devient également une "patate"
 doudou / tétine
=> le combo gagnant !
 à moi !
=> toujours ce très important concept de propriété...
 af af !
=> vous aurez bien sûr reconnu le cri du chien, qui est généralement prononcé en marchant par terre à 4 pattes et en invitant l'entourage à faire de même !
 zizi => prononcé "zézé" au début mais le "i" commence à venir
 papi / mamie
=> pour le même probleme de "i", ils étaient jusqu'alors prononcés "papey" et "mamey"... genre un peu accent anglais et c'était plus original finalement !
 c'est sale !
=> à présent, dès qu'il trouve un objet/papier par terre, il l'identifie comme sale, fais "baaah" en secouant la main et en répétant "c'est sale, c'est sale !". S'il y a une poubelle à proximité, il s'empresse d'aller le mettre dedans !
 dedans  
 pipi / caca
=> Eh oui, c'est bien utile pour être prévenu quand la couche est pleine (si on a pas eu l'odeur avant). C'est sympa aussi d'avoir des commentaires quand on est/va aux toilettes. "Caca papa ?"
 prout => tant qu'à être dans le scato... Donc oui, tous les gaz émis à proximité de Pti Tonique (ou par lui bien sûr) sont commentés de la sorte, avec un sourire malicieux et en désignant le coupable "Rhooo, pout maman !" (oui j'assume, je ne suis pas une princesse)
 ho hisse
=> une variante de "c'est lourd"
 nez / main / pied
 
 banane => qu'il adore !
 oh la la
 
 glisse
=> quand il fait du toboggan ou qu'on le porte sur la hanche et qu'il n'est plus correctement installé, il se plaint qu'il "gisse maman !!!"
 attends => "attends maman, attends !!" et il part ouvrir un tiroir dans la cuisine (en se mettant sur la pointe des pieds), prend des ciseaux et revient avec pour découper le plastique du pack d'eau... oui, on a changé les ciseaux de place depuis (après nous être félicités de l'intelligence de notre fils bien sûr )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis ses 19 mois, il dit également :

bonnet => "monnet"
ballon => "ballo"
moto => "poto" => sa passion du moment, dès qu'il en voit ou entend une, c'est l'extase !
partout => "pa'tout"
dos => "ma o dos maman?" et oui, c'est un peu récurrent en ce moment...
le même => "e mèm" : en désignant 2 dessins identiques, sur la couverture et à l'intérieur d'un livre par exemple. Oui, je suis fière, je kiffe !!
voiture => "pouture"
araignée => "a'gnée"
pull => "poul"
bouton  
couteau => "coto"
pomme  
cochon => prononcé avec une petite bouche en cul-de-poule trop craquante !!
rigolo       => "golo"
pardon => "pa'don maman" quand on le gêne et qu'il veut passer avec un jouet ou autre, mais dit sur un ton assez péremptoire tout de même !
tout à l'heure => "talore"
tchin ! => non, nous ne buvons pas l'apéro tous les jours mais ma mère lui a appris ça et il veut trinquer avec sa tasse et notre verre d'eau dès que possible
lumière => "umiè"
goûter => employé aussi bien pour le repas du même nom que pour demander à goûter un aliment que l'on mange

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[Je suis consciente que cette petite liste n'intéresse quasiment que moi mais que voulez-vous, ce blog est un peu mon journal, je suis heureuse de pouvoir dater tout ceci !]

J’aime les sortes de petites discussions que nous avons dans la voiture le soir, en allant chercher le pain : lui me hélant de son siège auto, son visage fendu d’un sourire enjôleur lorsque je me retourne pour lui répondre, son avidité d’interaction, sa curiosité insatiable, ses commentaires sur tout ce qu'il aperçoit par la vitre, sa passion dévorante pour le moindre détail, sans doute propre à son âge et à la quantité de découvertes qu’il  comporte.

 

Pti-Tonique-bavard-et-charmeur.jpg

 

Si je ne sentais pas que l’on commence à aborder la phase du Terrible Two, je dirais presque que j’ai envie qu’il reste comme ça pour toujours ! Il est tellement chou, tellement amusant, tellement adorable… il fait même des câlins et des bisous maintenant !

Dès que l’on semble avoir mal quelque part ou être triste, il vient, prend notre tête entre ses petites mains et nous dépose un bisou sur le nez. Je fonds…
Mais comme je passe mon temps à trouver chaque jour plus passionnant encore que le précédent, je me dis que l’on n’a pas fini d’être heureux, que l’on n’a pas fini de s’extasier, de fondre et de savourer tous les instants passés en sa présence.

Repost 0
Published by Madame Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 10:10

J’ai envie de faire ma mère gaga et de noter tous les petits mots avec lesquels notre bébé nous émeut et nous fait rire chaque jour.

Il y a peu de temps, Mr Sioux et moi nous sommes rendus compte des expressions que nous avions l’habitude d’employer lorsque nous parlions à notre fils… parce qu’il commence à les répéter à bon escient !

Par exemple, pour attirer son attention sur un jouet ou une image dans un livre, sur une chose qu’il connaît et à laquelle on souhaite qu’il réagisse, nous disions « Bah, regarde Pti Tonique, c’est quoi ça ? ». Ou alors lorsqu’il cherche sa balle en chouinant ou râle parce que sa petite voiture est partie trop loin, nous disons « Bah, elle est où la balle Pti Tonique ? » et là, il s’arrête de râler et court la chercher en rigolant, tout content de notre intérêt pour son jeu.

Du coup, à présent, Pti Tonique dit « Bah » à tout bout de champs et c’est super rigolo. Surtout le temps de comprendre où il avait pris ça et de réaliser ce que nous disions si souvent.

Mon petit bout dit alors « Bah, c’est quoi ça ? » (en phonétique, ça fait plutôt « bô, cé quoi çaaaaa ? »). D’ailleurs, le « c’est quoi ça » est sa nouvelle marotte depuis quelques jours : il nous questionne à tout bout de champs en montrant les objets qui lui sont le moins familiers pour identification de notre part (et plusieurs fois de suite de préférence).

Lorsqu’il fait tomber quelque chose ou qu’un objet ne réagit pas comme il aurait voulu, on le voit lever les bras puis les laisser tomber le long de son corps en disant « Oh nooooon !!! » avec sa petite bouche en cul de poule et son air interrogateur… si craquant !

 

Evidemment, sans qu’on y fasse attention, il mémorise tout ce qui l’entoure et régulièrement, il pointe le doigt sur un objet de la maison, par exemple nos ordinateurs ou téléphones portables respectifs avant de dire : « C’est à papa ça » ou « c’est à maman ça »… sans jamais se tromper ! A tel point qu’en montrant la centrale vapeur, il s’exclame « c’est à papa ça ! » et ça n’est pas moi qui vais le détromper. En effet, il est avec son père lorsque celui-ci repasse ses vêtements tous les matins alors ça marque

Il répète après tous les « oh la la » ou « ah la la ».

Dès qu’un objet cesse de fonctionner, « l’é cassé ! », même à présent lorsque son mobile s’arrête le soir, dans son lit. A ne pas confondre avec « il est caché » lorsqu’il dissimule un cube sous un coussin.

Bien sûr, le « NAN » n’est pas en reste, parfois pour le simple plaisir de le dire parce qu’il accepte ensuite ce qu’on lui propose de faire ou de manger. Le « oui » n’est pas encore intelligible mais il a un « hum » ou petit son d’approbation énergique et très efficace lorsque la proposition lui convient (exemple au hasard : « tu veux un gâteau ? »).

Il a déjà essayé de répéter « chocolat » aussi et je crois même avoir entendu un « pourquoi » ce matin !

J’allais oublier le plus glamour de tous, le « y’a caca » en désignant le lieu du carnage, lorsque la couche est pleine 

 

Sans compter ses 1001 autres façons de s’exprimer, de se faire comprendre, de rire, de se tortiller lorsqu’on le chatouille, de venir s’asseoir près de nous pour faire un puzzle ou de tapoter le sol de son petit doigt pour qu’on vienne jouer avec lui aux voitures.

 

bebe-danse.jpg

 

Sans compter sa façon de danser, même en l’absence de musique, en tournant sur lui-même, en agitant les bras de bas en haut, en tapant dans ses mains, sa façon de faire des débuts de grand écart, de marcher en cowboy comme l’un de ses petits copains de crèche, de bondir en marchant, de courir en pyjama dans toute la maison le soir, de tendre sa petite main pour un bisou lorsqu’il s’est cogné, de vouloir nous faire manger sa soupe en nous tendant la cuillère pleine, de nous attendrir par chaque parole et chaque geste (ou presque).

Sans compter ces petites mains qui se lèvent et se mettent à tourner pour réclamer la chanson des marionnettes. Sans compter cette petite voix qui se met à chanter « ca-ca », « ca-ca » en se balançant sur les côtés, lorsqu’il entend le mot « bateau », pour que maman se mette à chanter « bateau sur l’eau » en se balançant… avant de faire « plouf ! ».

Sans compter que chaque jour (ou presque), je me dis « c’est passionnant, c’est vraiment en ce moment la meilleure période ! ». En fait, si on arrive à faire abstraction du reste et à écouter leurs besoins, j’ai l’impression que c’est chaque jour le meilleur jour avec nos petits bouts.

 

(c’est bon, j’ai fini les gagatitudes pour aujourd’hui)

Repost 0
Published by Madame Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 17:29

Lorsque nous avons diversifié Pti Tonique, nous avons commencé par des purées de légumes. 2 semaines après, sont arrivées les compotes. Est-ce pour cette raison qu'il a toujours préféré les légumes aux compotes ou parce qu'enceinte, comme allaitante, j'ai moi-même mangé très peu de fruits et beaucoup de légumes ? En tous cas, avec le temps, il a mangé de plus en plus facilement les compotes - et se régale surtout de fruits frais.

Depuis près de 2 semaines, les repas se compliquent et les goûts de Monsieur Bébé semblent évoluer. Déjà, il matrîse de mieux en mieux le "NON" (accompagné d'un vigoureux secouage ou détournement de tête) et a pris l'habitude, le soir, de rejeter son assiette à l'aide de ce NON, au bout de quelques cuillères ou morceaux seulement. Nous avons tenté la purée habituelle Babybio (légumes + féculents), la purée maison, les morceaux de légumes, les petits pâtes... rien n'y fait. Le soir, il ne pioche plus que quelques morceaux avant de repousser l'assiette (quand il ne la balance pas par terre).

 

bebe-jette-cereales.jpg

 

Par contre, nous n'avons jamais essuyé de refus face à un laitage. Pour compléter ce maigre repas, nous proposons donc une compote ou des fruits derrière (ce qui n'était habituellement pas nécessaire) et là, nous remarquons un vértiable engouement, plutôt récent, face à ladite compote. D'autant plus qu'il mange maintenant plutôt bien tout seul à la cuillère. Il enfourne donc les cuillerées avec hâte et pas mal d'habileté, ça ne rigole pas !

Ce qui m'ennuie, c'est que je trouve que ces repas sont moins conséquents qu'auparavant. Je sais qu'il ne va pas mourir de faim, son énergie en témoigne mais ça me fait tout de même bizarre.

D'autant plus que depuis 1 semaine, il commence à présent à trier ses repas du midi à la MAM aussi. Il se baffre de préférence de jambon ou de saumon et pioche ensuite généreusement 3 ou 4 légumes avant de repousser le tout. Je me dis qu'il entre (avec un peu d'avance, non ? je voyais ça plus tardif, je pensais avoir encore un peu de temps devant moi... snif !) dans ce que j'appelle la période "pâte-jambon" où les bambins ne mangent quasiment plus que ça, rejettant tout ce que l'on avait aupravant tant de fierté à leur faire facilement avaler. Pour autant, les pâtes ne le branchement finalement pas tant que ça non plus, à l'exception des gnocchis à la saute tomate - chacun son péché mignon, hein !

Bon, tant qu'il mange des protéines une fois par jour, son biberon du matin, des laitages dans la journée et des fruits, on ne peut pas dire qu'il a une alimentation déséquilibrée, non ?

Mais tout de même, c'est assez crispant perturbant pour les parents que nous sommes, et pas évident - a fortiori avec la fatigue de fin de journée - de rester calmes face à son rejet quasi instantané des plats préparés avec soin pour lui. Et puis c'est désarmant aussi, blasant, de se dire que jusqu'à maintenant, il mangeait de tout (et n'importe quoi ?) avec appétit et qu'il finit par faire son difficile quand même - comme tous les autres enfants (comment ça ? mon fils n'est donc pas unique ???).

 

bebe-mains-sur-tablette.jpg

 

Ce week-end, mon beau-père nous disait que Pti Tonique entrait aussi probablement dans sa phase d'opposition (hein quoi ??? mon bébé ??? il va s'opposer à sa mamounette ?) et que plus cela aurait l'air de nous tenir à coeur, plus il risquait de persister dans son refus. Et ladite phase est censée augmenter de façon exponentielle jusqu'à ses 18 mois (mon beau-père ne connaît pas le "Terrible Two" mais pour lui, c'est vraiment à 18 mois que les enfants sont les plus difficiles, c'est aussi ce qu'il constate en consultation, où il n'y a généralement pas moyen de leur faire faire quoi que ce soit).

Bon... on va donc se mettre en mode "je m''en foutiste" et attendre que ça passe, c'est ça ?

Repost 0
Published by Madame Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article

Une Indienne Dans La Plaine

  • : Madame Sioux
  • Madame Sioux
  • : J'ai plusieurs cordes à mon arc : mère épuisée mais comblée (de Pti Tonique 3 ans et l'Iroquoise 16 mois), rédactrice Web indépendante, squaw libérée, concubine intermittente (quand il nous reste 5 min), cuisinière de trucs rapides qui prennent toujours plus de temps que prévu, écrivaine à la plume de vautour, chevaucheuse de bisons dans les plaines autour de Lyon.
  • Contact

On communique ?

Mon tipi a le Wifi. Ecris-moi !

Chercher Une Ruse

Archives

La cuisine de la semaine

La cuisine de la semaine, c'est maintenant un blog dédié... par ici !!


bandeau blog

Suivez les signaux

 

logo-rss.png

 

badge_mapage_hellocoton_160x55_white.gif

Je ruse aussi pour les VI

 

Dernier lâcher de neurones : Le chemin de la maternité [mini débrief]

Nounou-top.fr

http://www.madamesioux.fr/wp-content/uploads/2014/11/nounou-top-logo.png

<script>
  (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){
  (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
  m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
  })(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga');

  ga('create', 'UA-44080416-1', 'over-blog.fr');
  ga('send', 'pageview');

</script>