Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 05:06

Avec Mr Sioux, nous avons commencé à réfléchir aux prénoms de nos futurs enfants bien avant de les concevoir.

Je ne sais pas si c’est propre aux filles mais ma sœur et moi, enfants, on a toujours aimé se plonger dans les livres de prénoms que ma mère gardait dans sa bibliothèque. Régulièrement, ça nous reprenait. On parcourait toutes les pages de l’index et on faisait une liste de tous les prénoms qui nous plaisaient, surtout les prénoms de filles. Les prénoms de garçon, on a toujours trouvé ça plus difficile à trouver.

Donc quand j’ai rencontré Mr Sioux, j’avais déjà certains prénoms en tête depuis mon enfance. Quand le fait que nous aurions des enfants ensemble s’est peu à peu imposé à nous, je n’ai eu de cesse de lui parler prénoms.

Pour un garçon, il y avait un prénom auquel je m’accrochais depuis très très longtemps, le seul qui m’ait jamais convaincue. Et il lui plaisait aussi. Pendant tout le temps où nous imaginions notre futur 1er né, nous avions donc pris l’habitude de le désigner par ce prénom, c’était un jeu, un code entre nous.

Pour une fille, je n’étais plus très sûre de rien et c’est finalement lors de la découverte de diverses œuvres télévisuelles et cinématographiques que nous avons découvert et flashé sur de jolis prénoms féminins. Des prénoms étrangers, originaux, très peu portés en France. Des prénoms qui nous ont plu à tous les deux, immédiatement.

Puis, lorsque nous avons commencé les essais bébé, j’ai dit à Mr Sioux que ce prénom de garçon, l’air de rien, à force d’en parler, je m’en étais un peu lassée. Je l’aimais toujours beaucoup mais c’est comme s’il désignait à présent davantage notre « enfant fantasmé » que celui qui naîtrait dans la vie réelle. De plus, le fils d’une de mes collègues portait ce prénom et je remarquais qu’il était de plus en plus donné, ce qui m’embêtait un peu aussi.

Alors nous avons commencé à chercher au moins une alternative. J’en ai proposé plusieurs à Mr Sioux mais rien ne lui convenait jamais (allez, juste pour vous donner une idée, j'aimais bien par exemple les prénoms Alexis, Gabriel, Milo, Esteban...). Au bout d’un moment, fatiguée, je lui ai dit qu’il n’avait qu’à en proposer, lui qui était si difficile et ne savait que dire « non » !

Ce qu’il a fini par faire, après moult relances. Un jour, nous étions à l’arrière de la voiture de ses parents à l’occasion d’un week-end chez eux, et discrètement, comme deux jeunes ados qui se feraient des messes basses amoureuses, il m’a fait part de sa short list, contenant 5 prénoms masculins, dans l’ordre de ses préférences. Ils étaient pas mal ces prénoms. A mon tour, j’ai réorganisé les prénoms dans l’ordre qui me plaisait à moi. Là encore, même s'ils me plaisaient (Hugo par exemple !), je savais que certains étaient assez donnés actuellement, j’en connaissais autour de moi et ça me gênait de les réutiliser, j’aurais trouvé mon choix moins unique.

Nous avons finalement opté pour l’un d’entre eux. Encore un prénom étranger au final ! Anglo-saxon plus exactement. Il sonnait joliment à nos oreilles, un peu exotique. Et en même temps, je me questionnais sur sa prononciation française, quelle impression ça donnait en français.

Pendant la grossesse, après avoir appris que notre premier enfant serait un garçon, nous nous sommes encore questionnés : le joli prénom anglo-saxon ou notre prénom initial d’enfant fantasmé ? Même dans la salle d’accouchement, j’étais encore hésitante, alors que Mr Sioux, lui, était sûr de son choix : le prénom anglo-saxon, sans aucun doute !

En tous cas, pour ne pas risquer d'être influencés, nous n'avons dit le prénom à PERSONNE avant la naissance. Mes parents ont même eu du mal à le comprendre au moment où Mr Sioux les a appelés pour leur dire "[Pti Tonique] est né !!". Je crois que le choix d'un prénom étranger les a surpris. Ca me fait encore rire parce qu'encore aujourd'hui, quand j'annonce à ma mère des naissances de mon entourage et lui dit les prénoms des bébés, elle me sort : "Ah bin je préfère [Pti Tonique] quand même !". Oui oui, faut le prendre comme un compliment. (Toutes façons, la bouille et la malice de son petit-fils auraient achevé de la convaincre de n'importe quel prénom !)

Et puis je ne m'en fais pas, beaucoup de personnes m'ont dit qu'ils trouvaient ce prénom beau et surtout, NOUS sommes très contents de notre choix. Même si entre temps, nous avons réalisé que ce prénom aussi était devenu fréquent ces dernières années. Mais tant pis. C’était le seul choix qui nous convenait. Et notre petit blondinet le porte très bien.

Le fait que ce soit un prénom court est également appréciable du fait que nous ayons donné un double nom de famille à notre fils.

 

Le seul hic, c’est : comme allons-nous pouvoir trouver un autre prénom de garçon qui nous plaise si on doit avoir un 2e fils ???

 

J’imagine que la lecture de cet article est un peu frustrante mais Marie3en2, qui a suggéré ces billets sur le choix du prénom de nos enfants, a dit qu’on pouvait tout de même raconter notre cheminement, même sans rien dévoiler au final. Alors voilà, si vous êtes déçus, c’est à elle qu’il faut vous plaindre

Repost 0
Published by Madame Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 08:54

J’ai entendu pas mal de choses à la Panamtouz au sujet de Pti Tonique et j’avais dit que j’y reviendrais. Des choses gentilles de la part de mes copines, mais qui traduisaient leur surprise, comme si l'image que j'avais donné de mon fils ici, était biaisée : « Mais qu’est-ce que tu racontes ? Il est adorable ! », « C’est un amour ton fils ! ». Bien sûr que c’est un amour et qu’il est beau (je me permets d’en rajouter un peu), c’est mon fils

Non mais blague à part, je n’ai jamais dit que mon fils était insortable. Juste qu’il était EXTREMEMENT demandeur. Juste que tout bébé, il avait le comportement de ce qu'on appelle un BABI (plusieurs sites en propose une définition : là on évoque le médecin à l'origine de ce concept ou ), qu’il avait beaucoup de coliques et que le cocktail des deux m’a fait vivre des mois très très difficiles, m'a mise dans un état que je n'aurais jamais imaginé exister. Puis il a grandi, il s’est un peu apaisé, c’est dans le cours des choses.

Mais ça reste un enfant très demandeur. Un enfant un peu angoissé, qui ne peut rester seul dans une pièce, chouine dès qu’on s’éloigne, nous court après dans la maison pour rester près de nous et toujours avoir notre attention, a beaucoup besoin d’être porté pour voir et participer à tout.

Et tout dépend aussi de l’environnement dans lequel il se trouve. Il a un comportement un peu différent chez ses Super Nounous par exemple, parce que le lieu est différent, que le comportement des adultes qui s’occupent de lui est différent, parce qu’il y a d’autres enfants, d’autres jouets, etc [mais elles aussi, il les suit dès qu'elles changent de pièce ai-je appris récemment].

Oui, au resto à la Panamtouz, Pti Tonique était plutôt cool, tant que son papa restait dans l’aire de jeux près de lui – la seule fois où il a cru pouvoir s’éloigner parce que son fils semblait s’amuser sereinement seul, Pti Tonique s’est mis à pleurer de désespoir au bout de 2 minutes en s’apercevant qu’il n’y avait plus de visage familier près de lui. Je sais que ça n’est pas un comportement anormal, beaucoup d’enfants sont comme ça, surtout à cet âge-là ! Je dis juste que c’est très prenant au quotidien.

En effet, lors de la soirée que nous avons ensuite passée entre amis, Pti Tonique s’est endormi « sagement » dans le Manduca, tandis que son père faisait les cent pas dans la rue : en porte-bébé, je ne nie pas qu’on l’endort assez facilement, du moment qu’il a commencé à fatiguer (ça veut aussi dire qu’à la maison, encore aujourd’hui à 15 mois, pour qu’il fasse une sieste, je dois préalablement l’endormir sur mon dos, dans le Mei Taï avant de le poser dans son lit). Mais il y a aussi d’autres bébés que l’on pose dans leur poussette et qui s’endorment d’eux-mêmes une fois fatigués. Vous croyez que j’hallucine, que j’ai trop lu Pernoud, parce qu’aucun de vos enfants n’est comme ça – oui, j’anticipe les réactions, parce que je connais beaucoup de twitteuses pour qui le sommeil de leur enfant est un long long long chemin dont elles ne voient pas le bout – et bien non, je vous assure que moi j’en connais des comme ça !

Pti Tonique est un enfant passionnant, très très souriant – c’est simple, du moment qu’il n’est pas effrayé ou contrarié, il sourit non stop -, qui a « une grande compréhension du monde » comme dit souvent sa Super Nounou (en gros, si vous ne parlez pas en épelant les mots, c’est mort, il comprend TOUT – et parfois, ça n’est pas pratique), qui veut tout voir, tout toucher, tout comprendre.

 

tonique---15-mois-apres.JPG

 

Tant qu’on est collé à lui et qu’on ne s’occupe QUE de lui, c’est l’enfant le plus agréable du monde. Mais dès lors que l’on réclame un peu d’indépendance (cuisiner, étendre le linge, des activités qu’il peut pourtant suivre sans trop s’éloigner), que l’on essaie de discuter entre adultes – alors même que l’un des adultes joue en même temps avec lui sur son tapis de jeux - , on est sans cesse interrompus par des ronchonnements (qui couvrent notre échange) ou on se retrouve avec un bébé pleurnichant accroché à ses jambes (qui s’est glissé dans l’espace disponible entre le meuble de cuisine et vos jambes, quitte à se cogner la tête plusieurs fois contre la poignée du meuble) qui réclame d’être pris dans les bras et de retrouver toute l’attention. C’est humain. Je ne l’en blâme pas. Je suis là pour ça, j’ai envie qu’il se sente bien, écouté, sécurisé, aimé, entouré, tout ce qu’on veut pour qu’il s’épanouisse dans la sérénité.

Mais parfois, je me demande : cela va-t-il vraiment évoluer ? Comment cela va-t-il se passer lorsque nous aurons un nouveau-né très demandeur aussi (même si ce n’est pas un 2e BABI, ça reste un nouveau-né, qui passera certainement ses journées pendu à mon sein) ? Pour exemple, les Super Nounous ont une petite fille de 3 mois en période d’adaptation. La première fois qu’elles l’ont gardée, Pti Tonique n’a eu de cesse de pleurer et de crier tant que la petite était dans les bras de l’une des Super Nounous. Lorsque celle-ci a passé le bébé à l’autre SN, Pti Tonique s’est aussitôt calmé. Angoisse ? Crise de jalousie ? Ca fait un peu flipper en tous cas… Je l’ai vu aussi lorsque je jouais avec Mini-Ly lors de mon séjour chez AubergineDivine l’autre fois : dès que j’ai eu la petite dans les bras, il s’est mis à râler alors qu’il était auparavant occupé à jouer et je me suis retrouvée avec un bébé sur chaque bras (heureusement qu’ils ne sont pas gros tous les deux !).

Avec Mr Sioux, nous appréhendons l’arrivée du futur BB2, nous nous doutons que la période d’adaptation va être rude pour Pti Tonique. Il ne sera plus le centre de toutes nos attentions, lui qui semble en avoir tant besoin. Est-ce le syndrôme du 1er né ? Sûrement en partie mais là encore, je peux constater dans mon entourage qu’ils ne sont vraiment pas tous comme ça !

A-t-il intrinsèquement vraiment besoin de toute cette attention ou avons-nous créé ce besoin ? Mr Sioux se questionne souvent là-dessus. Nous en parlions encore samedi soir. Pti Tonique était-il comme ça naturellement ou est-ce notre comportement de parents complètement dévoués corps et âmes, corvéables à merci et plus attentifs qu’attentifs qui a joué ? J’ai répondu à Mr Sioux qu’il y avait sûrement un peu de ces deux choses (j’aime bien ne pas me mouiller) mais aussi que dans la mesure où un bébé qui se sait non écouté finit par se taire et se résigner… alors l’inverse doit être vrai !

Bref, je dévie un peu de mon propos initial. Qui était : Pti Tonique est-il vraiment tonique ? Parce que c’est bien la question qui était sous-entendue. Ne le niez pas, je l’ai compris !

Par « tonique », je n’ai jamais voulu dire que mon enfant était un bulldozer ambulant, une terreur qui pleurait 24h/24 (quoique, au début…). Et puis il y a le contexte qui joue énormément. Je ne pense pas que l’on puisse se faire une impression sur le comportement et le tempérament d’un enfant en quelques heures, dans un environnement qui lui est inconnu. C’est aussi pour cela que je me garde toujours de dire à de jeunes parents « Oh, vous aviez dit qu’il ne dormait jamais ? Mauvaises langues, depuis que je suis arrivée, on ne l’a pas entendu ??!! ». Parce qu’on me l’a fait ce coup-là et j’avais juste envie de répondre : « Ok, tu reviens cette nuit, pour sa prochaine crise de pleurs de 7h d’affilée, puis tu passes la semaine avec moi et on en reparle ? ».

Donc je le confirme : tout bébé, Pti Tonique était très tonique (mais c’est peut-être mon ressenti de mère inexpérimentée ou les réactions de suprise de mon entourage qui ont accentué cette impression) et c’est d’ailleurs de cette époque que date son surnom. Aujourd’hui, on pourrait peut-être plutôt le qualifier de « très vif » ? Les BABI ne le restent pas éternellement, tout comme les différences de tailles, de poids des bébés les premiers mois, s’estompent avec l’âge il  me semble et arrivés à 18 mois, les morphologies des enfants se sont un peu lissées  (Arrêtez-moi si je dis une connerie mais c’est mon impression). Le bébé d'hier n'est plus tout à fait celui d'aujourd'hui, c'est un fait.

En tous les cas, moi je trouve que mon Pti Tonique, y déménage

Repost 0
Published by Madame Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 09:09

Pti Tonique a maintenant un peu plus de 14 mois et j’avais envie de publier certains détails de son quotidien, de notre quotidien, pour ne pas oublier ces moments si enrichissants et plein d’émerveillement.

Ce dont je m’émeus vraiment chaque jour en ce moment, c’est la compréhension qu’a Pti Tonique de TOUT ce que nous (lui) disons, son sens aiguisé de l’observation (comme a dit sa nounou) et sa capacité à agir en conséquence. Je ne sais pas si c’est « normal » ou pas pour un enfant de son âge, mais moi, j’en reste baba plusieurs fois par jour !!

Par exemple, cela fait quelques temps qu’il comprend les phrases suivantes et s’exécute :

  • « va chercher le livre / le camion (porteur) / le puzzle / les Lego / les petites voitures »
  • « tourne la page » (du livre), « mets la cuillère dans ta bouche » (quand il s’en sert pour étaler la purée sur la tablette de sa chaise plutôt que pour manger)
  • « tu vas te mettre dans ta chaise haute ? » et il se dirige vers sa chaise rangée dans un coin puis se met sur la pointe des pieds pour demander à ce qu’on l’y fasse monter ;
  • « tu vas prendre tes chaussures ? » : il va ouvrir le placard de l’entrée et prend ses chaussures, qu’il ramène tout content en les tenant par les lacets. Si on lui dit qu’on va mettre les chaussures, il va s’asseoir sur la 1ère marche de l’escalier et nous attend pour qu’on lui enfile.
  • « on va aller se promener » : si elle est là, il court vers sa poussette, sinon, il va chercher ses chaussures dans le placard
  • « on va au bain ? » : il court vers les escaliers (la salle de bain est à l’étage) et l’autre jour, je l’ai même retrouvé assis sur la 2e marche, m’attendant sagement (trop craquant !!!)
  • « tu me ramènes la balle ? » : il va la chercher là où elle est et nous l’amène en trottinant, tout sourire

 

balle-bebe.jpg

 

De son côté, son père, lui, s'émerveille de voir combien son fils est adroit pour taper du pied dans des objets (roulants ou non) et prend plaisir à commenter sa course après une balle en mousse Barpapa comme s'il était déjà sur un stade de foot - ce qui a le don de me désespérer au plus haut point ! Mais bon, on échappe pas à son héritage familial comme nous l'évoquions hier...

Dès qu’il entend de la musique ou juste un bruit rythmé (ça peut aussi être le mixeur !!), il se met à se balancer, sur le côté ou d’avant en arrière… il danse quoi ! Et récemment, il se met même à tourner en rond sur lui-même, c’est très mignon, je pense qu’il a appris ça à la MAM.

Quand j’oublie de le faire après le bain, il tend la main vers sa cape de bain humide restée sur la table à langer, l’attrape et la tend vers le porte-serviette pour que je l’accroche (y va finir maniaque ce bébé !).

Ce matin à la MAM, après avoir réceptionné un Pti Tonique qui n’avait pas voulu mettre ses chaussures en partant de la maison, la nounou le pose par terre et lui dit donc « on va mettre les chaussons ? ». Et là, parmi tous les chaussons des enfants de la MAM, Pti Tonique a sans hésitation pris les siens et s’est assis par terre en faisant mine de les mettre.

Quand je le pose dans son siège auto dans la voiture, il se penche sur les côtés pour attraper les sangles et tente de s’attacher tout seul (ce qu’il fait aussi dans la poussette). Ou alors il se penche vers la banquette et attrape son « jouet de voiture » (un petit tableau musical), le met sur ses genoux et commence à jouer.

Quand il trouve un téléphone (souvent celui de la maison, moins fragile qu’un smartphone !), il le prend et vient le coller à notre oreille. Même le sien (que lui avait gentiment offert Lily et avec lequel il joue beaucoup !), il joue avec les touches puis nous le met à l’oreille.

 rigolo-phone.jpg

Au niveau de la parole, il a toujours à son actif les « maman », « papa », « il/elle est là ». Mais aussi « encore » tout récemment (ou plutôt « core »), aussi bien pour le repas que quand on joue et qu’il veut que l’on refasse telle ou telle cascade hilarante !

Et le truc qui m’a faite craquée hier (enfin, l’un des trucs, parce que j’avoue que je craque facilement pour tout et pour rien), c’est qu’enfin, il a fait le signe « encore » à la fin du repas !!!! La nounou nous avait déjà dit qu’il le faisait mais il ne l’avait jamais fait à la maison : j’étais toute émue et guimauve de le voir faire ça avec ses petites mains de bébé !

 

Rien qu’à notre regard, il comprend que l’on veut jouer et peut s’enfuir en courant et en rigolant à l’idée qu’on va le poursuivre et lui faire peur ! Lorsqu’on se retrouve chacun d’un côté de la table en milieu de poursuite, il s’arrête, aux aguets. Puis il s’accroupit pour me voir par-dessous la table et se met à rire lorsqu’il m’aperçoit, penchée aussi de mon côté, avant de repartir en courant de plus belle au moindre de mes mouvements.

De même, lorsque l’on est affairé au ras du sol (comme pour poser du parquet le week-end), il vient s’accroupir devant nous puis penche sa petite tête pour capter notre regard par-dessous notre tête penchée et son visage s’illumine dès qu’on le regarde. Il est tellement adorable dans ces moments-là !

Pti Tonique, il me rend fière chaque jour et m’émeus par sa capacité à être heureux et comblé par de petits détails de la vie – aller jouer dehors, la vue de sa grosse peluche préférée, un regard de ses parents, un biberon tant attendu, les bras de ses parents au saut du lit, un câlin au milieu d’un jeu, de simples petites attentions qu’il est si simple et si agréable de lui offrir !

Repost 0
Published by Maman Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 03:39

Actuellement, Papa Sioux et moi amorçons deux virages éducatifs majeurs, à savoir :

  1. Arrêter les gros mots (il était temps vous allez me dire)
  2. Epeler les mots "sensibles"

Ces deux virages sont dus au fait que Pti Tonique comprend de plus en plus de mots ou expressions, ce qui nous a amenés à deux constats :

- actuellement, il emmagasine absolument tout ce qu'il entend, et il ressortira tout ça en temps voulu. Je n'ai pas envie que son prochain mot, après "maman", "papa" et "il est là" , soit "put***" ou "m**de" (voire pire mais j'aimerais garder un peu de crédit à vos yeux).

Ah, je vois que je vous ai intrigués ? Oui oui, mon fils dit bien "il/elle est là". En fait, il dit "è é a ?". Comment ça ce ne sont que des voyelles ? Non non, à force que l'on répète ces mots dans des phrases qui ont du sens, nous pensons qu'il a vraiment compris ce sens et les emploie à bon étient. "Maman é a" ou alors quand il a fait rouler un jouet sous un meuble, il se penche pour voir l'objet et relève la tête en nous disant "è é a !".

- le second constat, c'est qu'il comprend très bien certains mots, auxquels il va réagir soit en se mettant à crier ou "quémander" jusqu'à ce qu'il obtienne satisfaction (en général, cela concerne la bouffe, vous vous en doutez), soit en poussant un petit cri d'excitation et en serrant les poings de contentement ! Ca, c'est très mignon mais si on vient de dire "on va se promener", qu'il se dirige vers la poussette et que cela n'est pas suivi d'effet, ça peut vite virer au plus sonore des mécontentements ! Idem, les mots "biberon", "téter", "poussette", "Tricératops" (chacun sa culture, hein) sont à manier avec précaution (inutile d'annoncer le biberon 5 minutes avant en espérant le faire patienter parce que s'il n'est pas réellement prêt, les quelques minutes de préparation nécessaires risquent d'être auditivement dures à gérer).

Donc quand l'un de nous se demande où est la "sucette", on préfère demander si "tu as vu la S.U.C.E.T.T.E ?", histoire de limiter les risques si jamais on a momentanément égaré l'objet magique !

 

virages-educatifs.jpg

Repost 0
Published by Maman Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 00:17

Mon petit bout,


Tu arrives aujourd'hui à l'âge symbolique d'1 an, ton premier anniversaire, ta première célébration.

Cela fait donc 1 an que je t'ai mis au monde, une éternité... si proche ! Difficile d'établir une notion de temps exacte tant celui-ci semble élastique depuis ton arrivée parmi nous. Heureusement les photos sont là, les petites vidéos aussi et c'est incroyable comme elles ont le pouvoir de me replonger dans mes émotions d'alors ! C'est beau et angoissant à la fois, car il faut bien l'avouer, les 3 premiers mois, j'étais dans un état de stress permanent, sans répit aucun. Tu étais un bébé très demandeur et comme j'avais à coeur de te satisfaire, de te rassurer du mieux que je pouvais, ça n'était pas de tout repos. Mais ça en valait la peine quand je vois le petit bonhomme que tu es (déjà) devenu.

Avant de te connaitre, j'imaginais les enfants d'1 an comme de petits garçons quasi autonomes (eh oui, je ne m'y connaissais pas vraiment avant que tu entres dans ma vie). Finalement, tu n'as vraiment pas tardé ni à marcher ni à vouloir les choses par toi-même alors on peut dire que ton autonomie est en bonne voie mais tu restes avant tout mon bébé, si volontaire et curieux mais aussi si fragile et si précieux, qui a encore besoin de sa maman - et heureusement car ta maman a encore bien besoin de te blottir contre elle. Les photos nous prouvent que ton visage change chaque jour, que ta bouille ronde s'affine sans cesse, que tu grandis en termes de mensurations mais aussi de posture, de précision, d'envies, de démarche, ce que nous aurions du mal à réaliser sans cela.

Tu m'impressionnes chaque jour par ta capacité de compréhension et de mémorisation, j'ai hâte que tu nous fasses part de tout ton savoir engrangé, que tu nous le communiques en mots puis en phrases riches de sens, au moment où l'on s'y attendra le moins.

 

1-an---bougie-a-souffler.jpg

 

J'aime par-dessus tout t'observer. Te regarder dormir m'émeut toujours autant qu'au premier jour mais te voir agir me remplit encore plus de bonheur : concentré sur un jeu, accoudé à ta poussette les jambes reposant sur la barre frontale tel un mini pacha, souriant et fier de toi après avoir fait pipi debout dans le bain, penchant la tête sur le côté pour apercevoir quelqu'un ou quelque chose par-delà un obstacle, accroupi devant un meuble pour attraper ta balle qui a glissé en-dessous, saisissant ta tasse des deux mains pour boire dedans tout en me fixant avec toute l'intensité de ton regard neuf et acéré, marchant dans toute la maison en tenant solidement un de tes livres entre tes mains, souriant et serrant les poings d'excitation à l'annonce d'un mets ou d'une activité qui te plaît (yaourt, poussette)...

La liste pourrait être encore longue. Comme tu l'as compris, chacun de tes gestes me touche, me comble. Cela fait maintenant 1 an que nous n'avons de cesse de nous découvrir mutuellement et je crois que je ne m'en lasserai jamais. 1 an que tu remplis notre vie de joies quotidiennes, que tu émerveilles tant de gens sur ton passage, surtout ta famille, particulièrement ta marraine, ta tante et tes grands-parents, tous extrêmement fiers de toi et de te voir grandir, tous volontaires pour s'occuper de toi et t'accompagner avec bienveillance dans tes apprentissages.

Nous t'aimons mon Pti Tonique, petit bout d'homme merveilleux et enchanteur.

Joyeux Anniversaire !

 

1-an--porteur.JPG

Repost 0
Published by Maman Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 23:23

Dimanche après-midi : Maman Sioux détecte 5 ou 6 boutons évocateurs sur l'abdomen de Pti Tonique

Lundi : de nouveaux boutons apparaissent, diagnostic bien confirmé !

Mardi : c'est la cata, boutons sur tout le corps, dans les moindres plis, 1ère poussée de fièvre l'après-midi.

Mercredi : ça continue, pousées de fièvre et de boutons se relayent joyeusement, Bébé regrimpe à 39° dès que les médicaments cessent leur effet.

Jeudi : nous pensions être débarassés de la fièvre mais elle revient dans l'après-midi et se confirme le soir, avant le coucher. Au moins, il ne semble pas y avoir de nouveaux boutons (en même temps, où se mettrait-il ? il ne reste presque plus 1 cm² de libre...) ; ceux existants se transoforment en croûtes.

Au passage, j'en profite pour vous recommander l'usage de la lotion asséchante et ciactrisante Cicalfate d'Avène (pas de sponso, c'est du vécu).

 

Elle nous aura laissé un souvenir de m**** cette fin de garde chez NounouNulle. Merci pour le virus ramené de la sortie de l'école !
Mes journées et mes nuits sont ponctuées de chouinements continus de la part d'un bébé couvert de boutons, que la fièvre ne lâche pas. Il y a de quoi chouriner, j'en conviens.
Mais franchement, jouer aux quilles et se promener de 1h a 3h30 du mat' parce que bébé n'arrive pas à dormir (et chouine, donc), ça ne me met pas dans les meilleures dispositions. Sans compter que nous avions dormi 4h30 la nuit d'avant.

quilles-barbapapa.jpg

Je suis crevée... Pas idéal pour les préparatifs et le rangement que demandent l'organisation de la Tipitouz, qui démarre par ailleurs demain soir, avec l'arrivée de Maman Sur Terre dans le tipi (mais ça, c'est trop cooool) !

Les choses ne se passent JAMAIS comme prévu, je le sais pourtant... Je ferai de mon mieux demain pour ranger / nettoyer / cuisiner / pouponner / me reposer.

Ce soir, le coucher du petit varicelleux a pris des allures de jour le plus long et pendant que je faisais les cent pas dans la maison avec bébé en Mei Tai, tantôt dans le dos, tantôt devant, Papa Sioux rangeait. Oui, voyons le coté positif !!
Et moins je dors, moins mon corps a d'énergie pour produire du lait ; du coup, je n'ai quasiment rien à proposer à Pti Tonique (qui ne semble cependant pas m'en tenir rigueur du moment que je lui laisse libre accès à la marchandise !) alors que ç'aurait pu être une source de réconfort (voire d'endormissement !) pour lui dans ces moments difficiles.

 

Sinon, pour le coté "bon appétit", Pti Tonique a des boutons (énooooormes) jusque que dans les oreilles et surtout qui lui recouvrent tout l'appareil génital : c'est impressionnant !! Je crois qu'il a quand même chopé la version carabinée (mais on se sent mieux puisque NounouNulle nous a expliqué que tous les petits de l'école avaient chopé la même version... merci encore hein !!.

Allez, je vais me coucher, Pti Tonique a déjà pris beauoup trop d'avance, c'est pas bon pour nous ça !

Repost 0
Published by Maman Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 09:54

Pti Tonique a eu 11 mois mercredi.

En ce moment, on peut dire qu'on s'éclate vraiment avec lui !

Il nous suit partout à 4 pattes dans la maison, se déplace debout en se tenant à tous les meubles possibles. Il monte les escaliers à 4 pattes jusqu'en haut, sans aucune difficulté (mais toujours en notre présence). C'est impressionnant car une fois qu'il est arrivé en haut, il se remet à cavaler à 4 pattes et part dans notre chambre pour aller jouer sur notre lit : impressionnant de réaliser qu'il est capable d'aller où il veut, n'importe où dans la maison, au gré de ses envies, qu'il en a la capacité. Déjà !

Il a envie de manger tout seul mais ça vire surtout au carnage dans ce cas-là... cela dit, c'est attendrissant de le voir s'en étaler partout et regarder avec curiosité sa main pleine de purée puis ses doigts qui collent entre eux sous l'effet du yaourt savamment étalé.

Il répète Maman et Papa à l'envie, toujours en notre présence : il utilise vraiment ces mots-là de façon ciblée maintenant et Papa ne désigne plus la fourchette ou le bavoir mais uniquement Papa. Il y a plein de moments du quotidien qu'il commence à comprendre : la dernière fois que je suis allée le chercher chez la nounou, elle m'a dit qu'il avait prononcé le mot "maman" lorsqu'il avait entendu la sonnette ; de même, l'autre soir, alors que je le faisais manger, il a dit "papa" dès qu'il a entendu la porte d'entrée s'ouvrir, avant même que son père soit dans son champ de vision.

Il cavale à toute allure en poussant son chariot en bois, j'adore voir ce petit bout de machin marcher très sérieusement derrière son jouet.

Il y a plein de mots dont il compend le sens et on ne s'en est rendus compte qu'assez récemment. Il comprend Papa et Maman bien sûr, mais aussi "téter", "manger", "balle" (qu'il essaye de répéter m'a raconté ma mère qui le gardait mercredi), "bisou" (quand on lui demande un bisou, il se penche vers nous et fait toucher son visage contre notre joue... je peux vous dire que là, on est complètement gaga !!), "on lâche la sucette ?" (et il la crache immédiatement), "assieds-toi"... je ne sais plus quoi d'autre mais c'est déjà assez énorme pour nous ravir !

Il est extrêmement attaché à son papa, ce qui est un juste retour des choses étant donné qu'il s'en occupe autant que moi et lui voue un culte. Ces derniers temps, il réclame assez souvent son papa, pour le faire marcher par exemple, il tend ses mains à son père lorsqu'il passe à proximité de lui, me lâche et part gambader avec lui. Il lui tend les bras pour un câlin dès qu'il le voit. Je pense qu'il aime leurs petits rituels, lorsque bébé est dans les bras de papa, qui l'approche de certains objets ciblés que Pti Tonique aime toucher, tapoter ou attraper, tandis qu'ils en rigolent tous les deux. Je trouve ça adorable. Je suis heureuse que chacun de nous soit autant capable de l'entourer et de le rendre heureux, c'était vraiment mon souhait - une sorte d'interchangeabilité des parents, même si un père et une mère ont chacun des particularités propres, j'aime qu'on sache tous deux jouer avec lui, le faire manger, le coucher, le calmer, l'aimer et le câliner mais aussi lui poser des limites lorsque c'est nécessaire.

Lorsqu'il joue, se promène en poussette ou en voiture ou dès qu'il se sent en confiance, il est très bavard, il aime s'exprimer.

Il est fasciné par le lecteur CD. Lorsqu'il a identifié d'où venait la musique ou les chansons, il s'en rapproche à 4 pattes, se hisse au tabouret sur lequel l'objet est posé et vient le tapoter du bout de ses petits doigts (qui sont super mignons, vous vous en doutez) en lui parlant... on adore ! (et puis ça l'occupe, ça aussi on adore)

L'autre soir, j'ai mis le haut-parleur de mon iPhone pour que Pti Tonique puisse entendre la voix de son père, qui est déplacement toute la semaine. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi il l'entendait mais sa voix a mis Pti Tonique dans tous ses états : il lui parlait, voulait toucher le téléphone (ce qui fait qu'il a d'abord raccroché - écran tactile oblige), il poussait de grands "papa" et "dadadada", des cris d'excitation et ne cessait de vouloir se rapprocher de l'appareil, c'était impressionnant et extrêmement rigolo !

 

11-mois.jpg

 

Depuis peu, nous lui avons présenté une grosse peluche offerte par des amis de Papa Sioux pour la naissance de Pti Tonique. On s'était dit que c'était plus une blague qu'autre chose, ce dinosaure géant et que c'était plus encombrant qu'utile. Mais Pti Tonique, après une phase d'approche que nous avons filmée tellement elle était drôle, où il était mi-excité par sa découverte, mi-effrayé par la taille de la bête, a définitivement adopté ce gros compagnon, qui trône maintenant sur son tapis de jeux. Il crie d'excitation dès qu'il le voit puis court le rejoindre à quatre pattes, s'assoit en face de lui avant de se jeter sur sa tête pour l'embrasser, fouisser dedans, rigoler, lui parler... C'est extra !

Depuis qu'il est né, j'ai toujours eu l'impression d'arriver à communiquer avec mon bébé davantage que je ne me le serais imaginé avant de l'avoir. Et je trouve que cette capacité à échanger et la complicité entre nous grandit de jour en jour : j'aime passionnément être maman !

Repost 0
Published by Maman Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 05:56

Pti Tonique, depuis qu'il est diversifié, il aime :

- toujours le sein de sa maman,

- les yaourts : les yaourts du rayon bébé qui se conservent pas au frais, les yaourts bio Les 2 vaches, les yaourts brassés Carrefour, les yaourts Activia...

- les petits suisses Mon Premier Danone, les petits fromages blancs Petits Filous nature, les petits suisses standards, ...

 

Quand Pti Tonique voit se matérialiser un pot de yaourt ou de petit suisse devant ses yeux, il commence à pousser des petits grognements et n'a de cesse que d'en avoir une cuillère dans la bouche. Si on a le malheur de s'éloigner de lui avec ledit pot dans la main, les cris peuvent se muer en pleurs.

Pti Tonique et les laitages, c'est une grande passion.

Pti Tonique "ne refusera jamais un petit suisse", comme dit son père.

Le petit suisse me sert parfois à faire passer la compote, les jours où il a décidé que les fruits, ça n'était pas pour lui : les cuillères moitié/moitié passent aisément tant qu'il voit du blanc dedans (c'était la ruse du Sioux du jour !).

 

Hier soir, après sa traditionnelle purée de légumes du soir, Pti Tonique a eu droit à son petit suisse. Il en mange généralement 1, ou 2 quand il a bien faim. Cette fois-ci, après les 2 réglementaires, il continuait à ouvrir la bouche et s'est énervé en voyant son père s'éloigner pour jeter les pots vides et partir avec la cuillère.

Papa Sioux m'a consulté et je lui ai dit : "Il a déjà eu ses petits suisses ; s'il a encore faim, maintenant, c'est compote".

En voyant arriver la compote, Pti Tonique était beaucoup moins enthousiaste. Il a accepté la 1ère cuillère (dans le doute) puis a refusé la 2e en continuant à râler.

Papa Sioux m'a alors fait remarquer que Pti Tonique préférerait manger un autre petit suisse. Au début, j'ai dit que s'il ne voulait pas de compote, c'est qu'il n'avait plus faim donc hop, fin du repas. Mais là, Pti Tonique s'est encore bien énervé et a failli se mettre à pleurer. Et Papa Sioux d'en rajouter "Mais il a faim ce bébé, faut bien lui donner quelque chose !". Je lui dis donc de tenter un autre petit suisse mais qu'à mon avis, ça va finir en gaspillage; il va en manger 2 cuillères et n'en voudra plus.

Pti Tonique a finalement mangé son 3e petit suisse en entier... puis un 4e, sans en laisser une bouchée !

 

Hier soir, son père l'a baptisé le "recordman du monde du mangeage de petits-suisses".

Papa Sioux, il lui en faut pas beaucoup pour gagatiser !

nosamispourlavie.jpg

 

ps : moi, j'ai prié toute la nuit pour pas que ça le rende malade. Une overdose de petits suisses, ça serait dommage !

Repost 0
Published by Maman Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 06:20

En ce moment, Pti Tonique, il veut tout le temps marcher. Et c'est amusant de le voir aussi décidé et de réaliser comme il a bien compris comment ça fonctionne.

Souvent, il nous tend les bras et au moment où on s'approche pour le prendre, il vise nos mains et attrape nos doigts (les index de préférence) pour s'y accrocher et ainsi se relever puis marcher. Car oui, Monsieur a ses préférences pour marcher, il ne faut certainement pas le tenir n'importe comment. D'ailleurs, on ne le tient pas, c'est lui qui s'aggripe. Alors qu'il se tient après notre index, si on a le malheur de reposer notre pouce sur le dessus de sa main, il s'arrête, s'énerve, lâche notre index et cherche à le reprendre à SA façon. Il faut ensuite faire bien attention de ne pas commettre le même impair à nouveau...

Au démarrage, il a la technique suivante : il commence par regarder notre main droite, enroule sa petite main autour de notre index puis tourne la tête vers notre main gauche pour faire de même. Si la 2e main n'est pas en position, il lève la tête vers nous et d'un "EUH" impératif, nous rappelle à l'ordre. Une fois qu'il a une bonne prise dans chaque main, il contracte ses abdos et se relève. Puis c'est parti, il démarre à fond la caisse et enchaîne 5 ou 6 pas très rapides : il faut suivre !

Le sourire aux lèvres, il parcourt toute la maison en poussant de temps en temps de petits cris de joie. Il s'arrête souvent à côté des mêmes objets, qu'il aime examiner : le poste radio, la clé de la porte du buffet, le câble de l'apirateur au sol, les grandes feuilles de l'anthurium, les bouteilles de vin dans le range-bouteille vertical de la cuisine (on va passer pour des alcoolos) qui est à sa portée, la porte (froide) du four, ... Pour ce faire, il lâche une de nos mains et pose la sienne sur l'objet de sa curiosité, le tapote ou le gratouille selon duquel il s'agit et au bout de 20 secondes, il lève la tête ou cherche à nouveau notre main pour repartir de plus belle.

Pti-Tonique-crapahute.jpg


Parfois, entraîné par son enthousiasme, il fonce tellement que l'avant de son corps va plus vite que ses jambes : il part en avant et marche à moitié penché... déjà prêt à franchir de la tête la ligne d'arrivée du marathon cuisine-salle à manger !

Par moments, son intérêt pour un objet le pousse à s'assoir complètement à terre pour l'examiner de plus près entre ses petites mains. De même, lorsqu'il fatigue, il s'arrête en plein élan, s'assied sans nous lâcher puis au bout de 2 secondes, il tire à nouveau sur nos doigts pour se redresser et repartir.

Lorsqu'il est vraiment fatigué et qu'il a trouvé un objet intéressant à grignoter ou taper, il reste assis, lâche nos mains et il faut alors comprendre que notre mission est temporairement terminée, nous avons gagné le droit de retourner à nos propres occupations... du moins pour quelques minutes.

 

Repost 0
Published by Maman Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 19:10

Ca y est, nous l’avons fait. Je considère que nous avons à présent vécu notre baptême du feu de parents sérieusement inquiets pour leur enfant. Pas inquiet pour sa vie, mais presque.

Jusqu'à ce jour, nous avions connu le spectre de la mort subite du nourrisson, la peur de la chute de la table, la crainte de la noyade dans le bain. A présent, j’ai vécu la terreur de ne jamais retrouver mon bébé tel qu’il est né, tel que je l’ai toujours connu et tel que je l'aime.

sticker-elephant-vert---piknic.jpg


Dimanche soir, retour de week-end, arrivée à la maison à 19h. Coucher de Pti Tonique à 21h, sans problème particulier.

0h20 : réveillés par les pleurs de Pti Tonique, nous constatons une grosse poussée de fièvre (39.8°C). La nuit se passe entre température en montagnes russes, tentatives de sommeil pour bébé et pour nous. Malgré tout, son comportement ne semble pas modifié donc nous restons relativement sereins, nous observons et prévoyons de l'emmener chez le médecin à la première heure de ce lundi matin. Après tout, Pti Tonique est en train de s'aggriper à notre tête de lit pour se hisser en position debout en chouinant : quoi de plus normal, le connaissant ?

Doliprane. Déshabillage. Bébé-bouillotte en couche.

A 5h30, nous le laissons jouer un peu entre nous dans le lit. Je laisse d’ailleurs Papa Sioux s’en occuper, essayant de grapiller l’heure de sommeil qu’il me reste encore potentiellement avant le réveil et le boulot.

C’est alors que Papa Sioux m’annonce que Pti Tonique est à 4 pattes, sans réaction, en train de le fixer les yeux écarquillés. Je prends bébé dans mes bras et constate son absence de réaction aux stimuli. Je lui parle et il regarde fixement dans le vide. Je le repose sur le lit. Il se positionne sur le côté, se cambre, ses membres sont raides et immobile, il regarde en l’air à gauche, comme s’il se dévissait le cou pour apercevoir quelque chose. Je ne comprends pas tout de suite ce qu’il se passe. Papa Sioux est au téléphone avec son père, pédiatre, qui nous apprend (je crois, je ne me souviens plus très bien) qu’il s’agit là d’une convulsion, que nous devons éviter de le stimuler le temps que la convulsion passe.

Aussitôt que le mot est dit, une anecdote me revient en mémoire.

Depuis la naissance de Pti Tonique, ma mère s’étonne que le pédiatre ne nous ait pas prescrit de Valium en gouttes à donner à notre bébé en cas de forte fièvre, comme c’était le cas à son époque, en prévention des convulsions que la fièvre peut intraîner et qui peuvent avoir de graves conséquences. Elle en veut pour preuve la sœur d’une petite copine d’école de ma sœur à l’époque, restée handicapée à vie des suites de convulsions nocturnes que les parents n’avaient pas entendues.

(en quoi le Valium leur aurait-il servi puisqu’ils ne se sont pas aperçus des convulsions ? je l’ignore, peut-être effectivement en prévention si les parents avaient détecté la fièvre avant la nuit, mais je ne connais pas toute l’histoire)

 

Alors je regarde mon bébé figé qui ne réagit pas quand je l’appelle et tout de suite, cette crainte m’étreint. Ca n’est pas possible. Ca ne peut pas nous arriver à nous.

Faîtes que ce soit bénin.

Il ne peut, il ne DOIT rien arriver à ce petit bout. C'est MON bébé. Un bébé si vivant et si parfait.

Je veux le connaître encore et le voir grandir tel qu’il est et a toujours été depuis sa naissance. Je ne veux pas qu’il en soit autrement. Il est trop unique, trop merveilleux pour qu’il en soit autrement.

Ca serait trop injuste. Trop brutal et imprévisible, vraiment trop injuste.

Je veux mon bébé râleur et souriant, je veux mon petit chou tonique et curieux, je ne me plaindrai plus jamais, c’est promis.

Je le veux entier, pour toujours.

 

La crise cesse. Pti Tonique se met à râler tout en gardant la même position. Par moments, il remue un membre de façon désordonnée. Au bout d’une dizaine de minutes, il s’agite vraiment, est à nouveau capable de communiquer avec nous, change de position.

Il a l’air normal.

Vite un ENORME câlin…

 

Puis la fièvre remonte, sans incidence apparente sur son comportement. Les pompiers arrivent, je charge ma précieuse petite bouillotte dans le camion, le tient farouchement contre moi.

J’expérimente ensuite une série de premières fois à l’attrait discutable :

  • 1er trajet en camion de pompiers
  • 1ère fois que je dois épeler mon adresse 10 fois et le nom de Pti Tonique 20 fois (le pompier qui note est un peu lent et peine à enregistrer les lettres tant qu’il ne les a pas écrites… c’est long, c’est lourd. J’ai d’autres préoccupations que de blaguer avec lui)
  • 1ère fois que je dois empêcher mon bébé de dormir (dixit le pompier, pour pas que les médecins le réveille sans ménagement et à cause des examens à venir… mouais), alors qu’il est enfin capable de le faire puisque sa fièvre a chuté. Ses yeux se ferment quelle que soit la position dans laquelle je le mets. J’ai beaucoup de mal à maintenir éveillé et ça me fait d’ailleurs mal au cœur. D’habitude, je le supplie plutôt de fermer les yeux.
  • 1ère visite aux urgences du côté « parents inquiets » (je devine qu’il y en aura d’autres)
  • 1ère hospitalisation de Pti Tonique


Sommeil exténué sur maman dans la salle d’attente des urgences, emmitouflé dans une serviette de toilette emportée à la hâte, alors qu’il est parti en couche et que sa température a considérablement baissé. Nous attendons papa et les affaires.

Passage en priorité devant d’autres enfants arrivés plus tôt que nous mais un peu plus âgés, ayant des parents aussi inquiets et fatigués que nous le sommes. Moment de gêne.

Utilisation des box d’urgences pédiatriques « Winnie et ses amis » et « Capitaine Haddock ».

Examens et auscultations, déshabillage, rhabillage, prélèvements, pose de patchs, sondes, etc. Grosses crises de larmes, angoisses, fatigue, mal-être fiévreux.

Long moment de solitude lorsque je tente, sans succès, pendant plus d’1/2h de l’endormir contre moi, alors qu’il a la tête couverte de capteurs pour l’électroencéphalogramme (EEG)… qui se révèlera heureusement normal.

De 9 mois à 5 ans, les convulsions sont « acceptées », elles peuvent accompagner régulièrement la fièvre chez certains enfants. Mais de 9 à 12 mois, les médecins s’en méfient tout de même. D’où batterie de tests (EEG) et hospitalisation pour observation.

 

Aller-retour à la maison pour chercher quelques affaires me permettant de passer la nuit le plus à mon aise possible, aux côtés de Pti Tonique, tandis que son papa reste à ses côtés à l'hôpital. Appel de proches, ravalement de larmes quand je réalise en le racontant à quel point la convulsion de Pti Tonique m’a effrayée, renvoyée à mes pires appréhensions de mère.

 

Longues heures nocturnes à arpenter les couloirs de l’hôpital pour endormir bébé contre moi, dans le Manduca. Ses yeux se ferment, il tète vigoureusement sa sucette, puis il les rouvre dans la seconde suivante, alerté par une voix, le passage d’une puéricultrice ou le simple besoin de rester éveillé, je ne sais pourquoi.

Toutes les sensations des 3 premiers mois de Pti Tonique me reviennent : agacement, épuisement physique, incompréhension, malaise, manque de ressources (imaginatives)… et aussi de moyens (les chambres seules sont réservées aux enfants contagieux, dommage pour nous et pour nos voisins de chambrée, le petit garçon de 5 ans et sa mère qui dormiront peu) dans le cas présent.

 

Bilan

  • Pas de nouvelle convulsion durant l'observation. Fièvre yoyo qui a cessé en fin de soirée lundi. Aucune explication trouvée, pas de maladie ou infection dépistée. Sortie mardi en fin de matinée.
  • Service d’urgences pédiatriques plutôt au point lors de notre séjour. Du personnel aimable au comportement adapté à des tout-petits. Des locaux égayés.

sticker-pingouin-coeur---piknic.jpg

  • Manduca et sucette, grands vainqueurs pour une hospitalisation « gérable » de bébé. Le sein aussi, comme toujours ; j'ai même reçu des compliments à 2 ou 3 reprises pour mon allaitement (sa durée je suppose), une des techniciennes de l'EEG m'a même demandé si j'avais encore du lait (Pti Tonique était au sein) puis m'a dit "bravo". Je ne sais pas ce qu'il faut en conclure... Des réactions positives, c'est toujours bon à prendre. Mais les félicitations sont-elles dues au fait que le personnel médical sait que les allaitements longs ne sont pas légions (en comparaison du nombre d'allaitements commencés à la maternité) ou au contraire au fait qu'ils ne savent pas qu'ils sont quand même assez répandus (une fois l'allaitement installé) ?
  • L’hôpital, c’est fait pour être surveillé et soigné, clairement pas pour se reposer et récupérer (3 réveils nocturnes de Pti Tonique pour auscultation et prise de constantes… 1h à 1h30 pour le rendormir à chaque fois).
  • 2 quasi nuits blanches.
  • Le Valium n'est plus d'actualité (sauf enfants convulsifs multi-récidivistes) par précaution (rapport risques/bénéfices). Que ferons-nous s'il reconvulse et que cela dure ? Entre le temps pour constater une durée inquiétante des convulsions et le temps d'arrivée des secours... il se sera écoulé facilement 40/45 minutes, le temps de convulsion qui peut s'avérer fatal.
  • Difficulté à mettre de côté les évènements des dernières 36h lors de mon retour au travail mardi après-midi (heureusement que c’est son papa qui veille sur Pti Tonique). Sensation d’être encore dans une bulle hors du temps, focalisée sur mon bébé à 100%. A la limite de l'endormissement devant mon écran, productivité limitée.
  • Une sorte de sentiment de l’avoir échappé belle qui ne m’a pas encore quittée… 

 

sticker-souris-rose---piknic.jpg

Repost 0
Published by Maman Sioux - dans Tout sur Pti Tonique
commenter cet article

Une Indienne Dans La Plaine

  • : Madame Sioux
  • Madame Sioux
  • : J'ai plusieurs cordes à mon arc : mère épuisée mais comblée (de Pti Tonique 3 ans et l'Iroquoise 16 mois), rédactrice Web indépendante, squaw libérée, concubine intermittente (quand il nous reste 5 min), cuisinière de trucs rapides qui prennent toujours plus de temps que prévu, écrivaine à la plume de vautour, chevaucheuse de bisons dans les plaines autour de Lyon.
  • Contact

On communique ?

Mon tipi a le Wifi. Ecris-moi !

Chercher Une Ruse

Archives

La cuisine de la semaine

La cuisine de la semaine, c'est maintenant un blog dédié... par ici !!


bandeau blog

Suivez les signaux

 

logo-rss.png

 

badge_mapage_hellocoton_160x55_white.gif

Je ruse aussi pour les VI

 

Dernier lâcher de neurones : Le chemin de la maternité [mini débrief]

Nounou-top.fr

http://www.madamesioux.fr/wp-content/uploads/2014/11/nounou-top-logo.png

<script>
  (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){
  (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
  m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
  })(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga');

  ga('create', 'UA-44080416-1', 'over-blog.fr');
  ga('send', 'pageview');

</script>