Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 00:01

Je suis un enfant et je me construis chaque jour.

Je suis une adulte et je ne peux pas pour autant prétendre avoir fini de me construire car la vie, mes choix, mes interactions sociales continuent de me modeler chaque jour. Mais j’ai cependant (normalement) quelques armes pour y faire face : différenciation du bien et du mal, libre-arbitre, autonomie, connaissance de la plupart de mes compétences et préférences, … Ai-je construit tout cela toute seule ? En moyenne, comme la plupart des autres adultes, j’ai eu des parents, un cadre familial qui m’a guidée afin d’aboutir à ce que je suis devenue.

Comment s’y sont pris mes parents ? Ont-ils appliqué un principe de neutralité pour me laisser aller vers la voie qui était « naturellement » la mienne ?

Et quand bien même l’auraient-ils fait, à quoi bon ? Nous n’avons pas pour but de fabriquer tous les enfants sur le même modèle, de créer une société composée d’adultes aux compétences et histoires similaires. Ca tombe bien parce que ça n’est de toutes façons pas possible !

Cette semaine, Carolacheche s’est replongée pour nous dans l’Emile de Rousseau, dont elle a cherché à tirer la quintessence. Ce que nous espérons être seulement le premier volet de son travail répond au questionnement ci-dessus : nous pouvons accompagner l’enfant dans son développement en lui tenant les portes de la vie les unes après les autres, au mieux (mais nous ne sommes pas à l’abri d’un courant d’air ou d’un instant d’inattention – et mieux encore, qu’il apprenne à les tenir voire les ouvrir tout seul), sans trop lui montrer de direction, tenter de lui transmettre simplement des valeurs ou des appétences pour certaines choses (comme la musique, dont parle Caro) sans enfermer. Cela se résume en quelques mots : « Vivre est le métier que je veux lui apprendre ».

Mais n’est-il pas utopique de penser que l’on peut transmettre ce que l’on considère être le meilleur ou le plus neutre et laisser l’enfant se découvrir librement, alors même que chacun de nos gestes, chacune de nos attitudes et chacun de nos discours sont porteurs de notre histoire, de notre capacité à digérer pour mieux se libérer de notre histoire familiale ? Val1603 nous a ainsi rapporté un extrait de l’interview du psychiatre Serge Tisseron sur son ouvrage Les secrets de famille. Oh le vaste sujet, qui touche davantage de familles qu’on se l’imagine ! Car « Le secret n'a pas forcément une incidence problématique. Ce qui importe, c'est son poids pour son porteur et sa descendance, et la possibilité de pouvoir ou non en parler » explique entre autres le spécialiste. La grande avancée que d’admettre que les non-dits du passé affectent les générations suivantes !

Or une discipline assez récente aborde également ce poids, cette interaction inconsciente entre comportements ou évènements dans nos vies qui nous poussent à agir d’une certaine façon, et histoires de nos ancêtres – même les plus lointains ! C’est donc Kiki The Mum qui a choisi de nous présenter la psycho-généalogie, cette discipline qui accorde du crédit à la parole vraie. « Nous portons tous en nous les marques de notre éducation et par là même celles de notre enfance ».

Que nous reste-t-il donc à faire lorsque tant de choses inconscientes voire inconnues de nous, parents, peuvent avoir une telle influence sur le développement de nos bambins ?

Prendre soin d’étudier les stades dudit développement pour y déceler la façon adéquate d’interagir avec l’enfant, loin de toute influence familiale ou culturelle ? Mum-Addict nous a présenté à cet effet la théorie du développement de Piaget, mais pour mieux revendiquer une « liberté de déborder et de prendre la forme que nous voulons », au-delà de toute uniformisation éducative, de toute réponse formatée, supposée en adéquation avec une tranche d’âge donnée.

Puisqu’il n’est pas possible de faire fi de notre histoire, le plus simple ne serait-il pas d’aider les enfants à se réaliser, à trouver ce qu’ils aiment et qui est donc bon pour eux ? Phypa cite l’exemple d’un grand chef d’entreprise qui soufflait à des parterres d’étudiants « Think different », une théorie que l’on pourrait appliquer à l’éducation en général. Elle nous rappelle que comme disait Montaigne, « Enseigner ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu ».

Le plus pertinent serait donc d’accompagner les enfants dans ce qui semble leur convenir, sans avoir été auparavant trop conditionnés, mais tout en ayant pleinement conscience de l’histoire familiale et du milieu socio-culturel dans lesquels ils s’inscrivent, des choix qui s’offrent à eux tant dans la société qui les a vus naître que dans celles qui les entourent au-delà des frontières mais en sachant que rien n’est jamais figé, etc… bref, un joli casse-tête que d’aider nos enfants à devenir eux-mêmes, n’est-ce pas ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bleue Azur 15/10/2011 10:20



Tellement vrai...



Maman Sioux 17/10/2011 09:42







Laetitia 13/10/2011 09:21



Bienvenue dans la communauté Mamans hors normes. Vos vendredi intellos sont très intéressants mais hors de ma portée, peut-être un jour quand je serai grande!!Continuez, à très bientôt



Maman Sioux 13/10/2011 09:40



Les Vendredis Intellos (voir blog dédié), c'est beaucoup plus simple qu'il n'y paraît.
Pour commencer, il suffit de partager, le vendredi, un texte qui vous a plu ou intrigué sur un thème autour de l'enfance. Peut-être un de ces jours ?


Merci pour votre accueil dans la communauté.



sophie 12/10/2011 13:44



J'aime beaucoup ta conclusion, comme dirait mon psy "laisser passer l'héritage culturel mais stopper les malédictions"...



Maman Sioux 13/10/2011 09:38



Ton psy résume très bien les choses !



Mme Déjantée 12/10/2011 11:16



Merci beaucoup pour ce joli débriefing!!! J'étais sûre que le sujet t'inspirerait!!! Comme toujours tu as su apporter ta touche personnelle à cet ensemble riche de contributions... 


Un minuscule détail qui pour son auteur aurait fait toute la différence: L'Emile c'est Rousseau qui l'a écrit, et non pas son ennemi intellectuel, Voltaire... ;)


Allez, me reste plus qu'à me mettre au boulot!!!



Maman Sioux 12/10/2011 13:37



Oh la boulette ! Je vais vite corriger ! Faut dire que je l'ai jamais lu aussi... #honte


Merci pour ces compliments, d'autant plus que j'ai l'impression d'avoir fait le minimum sur ce coup-là, faute de temps. Mais ça encourage à s'accrocher et persévérer !



Une Indienne Dans La Plaine

  • : Madame Sioux
  • Madame Sioux
  • : J'ai plusieurs cordes à mon arc : mère épuisée mais comblée (de Pti Tonique 3 ans et l'Iroquoise 16 mois), rédactrice Web indépendante, squaw libérée, concubine intermittente (quand il nous reste 5 min), cuisinière de trucs rapides qui prennent toujours plus de temps que prévu, écrivaine à la plume de vautour, chevaucheuse de bisons dans les plaines autour de Lyon.
  • Contact

On communique ?

Mon tipi a le Wifi. Ecris-moi !

Chercher Une Ruse

Archives

La cuisine de la semaine

La cuisine de la semaine, c'est maintenant un blog dédié... par ici !!


bandeau blog

Suivez les signaux

 

logo-rss.png

 

badge_mapage_hellocoton_160x55_white.gif

Je ruse aussi pour les VI

 

Dernier lâcher de neurones : Le chemin de la maternité [mini débrief]

Nounou-top.fr

http://www.madamesioux.fr/wp-content/uploads/2014/11/nounou-top-logo.png

<script>
  (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){
  (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
  m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
  })(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga');

  ga('create', 'UA-44080416-1', 'over-blog.fr');
  ga('send', 'pageview');

</script>