Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 09:00

Ou quelques bribes de ces derniers jours que j’ai envie de partager.

Deux repas de Noel dont nous ne sommes pas ressortis le ventre tendu et la mine écœurée, pour une fois. Garnis juste comme il fallait, de mets fins et appréciés, justement dosés.

4 jours dans ma famille, 4 jours dans celle de Mr Sioux. Nous avons quasiment trouvé la durée parfaite. Des séjours sereins et dans la bonne humeur. Le sentiment d’avoir vraiment profité des uns et des autres cette année, d’avoir eu le temps d’échanger avec les gens, de partager des activités et des discussions avec eux. De me rapprocher de ma petite sœur avec le temps qui passe et la conscience aigüe que nous ne sommes pas prêtes de nous rapprocher géographiquement, par contre.

Le temps des jeux, jeux de grands et jeux de petits. C’est avec mes enfants que je reprends goût aux jeux de société et autres puzzles. Moi qui m’en suis toujours défendu, trouvant cela barbant et chronophage plus qu’apaisant, je prends plaisir à assembler avec lui les puzzles de Pti Tonique – ou plutôt à le regarder faire, comme il le demande, puisqu’il y arrive parfaitement bien, même s’il ne suit pas ma technique de « trier les bords et faire le tour d’abord ».

La preuve, j’ai même émis l’idée, il y a quelques semaines, de m’acheter un puzzle rien qu’à moi (puisque Pti Tonique ne me laisse pas toucher ses 50 pièces). Et Mr Sioux m’a entendue : un puzzle de 1000 pièces m’attendait au pied du sapin. Ca ne rigole plus, il va falloir que je m’y mette maintenant – et le paysage flou qui entoure l’éléphant de l’illustration sera sûrement autrement plus ardu à assembler que les scènes de Winnie l’Ourson et les bateaux de pirate de mon fils.

 

temps-des-fetes---puzzle-pirates.jpg

 

Je regarde ma petite Iroquoise de 17 mois gambader, déplacer des objets, positionner sa chaise pour atteindre une étagère, plus assurée que jamais sur ses deux jambes. Presque plus indépendante que son aîné de 2 ans ne l’a jamais été. Cette petite fille espiègle et volontaire me fascine, autant par ses mines de clown, ses traits fins et sa peau douce que par l’apparente contradiction entre son autonomie nomade et ses cris déchirants (« mamaaaaan ») lorsque je quitte une pièce ou sors de la maison. Tiraillée entre le bébé fusionné à sa maman (ou la maman fusionnée à sa divine petite fille ?) et la fillette qui veut être grande et faire seule – enfin, faire seule, ça a commencé dès 6 mois avec la diversification cela dit…

Un petit projet de réaménagement de la maison qui me motive et me rassure sur la pérennité de notre vie entre ces murs. Nous évoquons parfois l’idée de bouger pour des raisons professionnelles mais je ne me sens vraiment pas prête à quitter cette maison et à refaire des cartons – si ce n’est que ce serait l’occasion de trier et réorganiser (les jouets de Noël vont peut-être nous pousser à nous pencher sur la question).

Des moments de cocooning que l’on prévoit. Des moments simples mais que l’on ne s’accorde pas souvent, tous les deux sur le canapé le soir, devant un DVD choisi attentivement et après débat.

En même temps, une certaine hâte à (re)prendre le travail, à me lancer à 100% dans mon activité, à planifier le subtil équilibre entre prospection, production et création de supports de comm’ et de reporting. Obtenir les premiers retours de clients, réfléchir encore au positionnement, ajuster.

Une seule ombre au tableau : un souci rapporté il y a quelques jours par Pti Tonique, qu’il faudra régler avec l’école à la rentrée et où j’espère être entendue et voir les choses évoluer.

Mon petit garçon qui carburait hier à 39.6° de fièvre. L’une des raisons pour laquelle nous n’irons pas courir dans la neige et faire de la luge à 1h30 de chez nous, comme prévu. Mais finalement, ce n’est pas si regrettable.

Car il est doux de savourer ces journées qui s’écoulent doucement en famille, à la maison tous les quatre, en vacances à 100%.

Bien sûr, il y a toujours le quotidien, le matériel, le rangement, le linge, la vaisselle. Des débuts de préoccupation pour concilier autrement mes horaires de travail et les impératifs familiaux, l’organisation qu’il faudra totalement revoir à la rentrée prochaine, sans parler des démons à tenir à distance et de 2 ou 3 autres détails qui font le sel de la vie.

Mais pour l’instant, j’ai à peu près le sentiment d’être sur pause.

Je me dis vraiment : « Comme il est doux le temps des fêtes. »

« Le temps des bonheurs simples. »

 

temps-des-fetes---fauteuils-cote-a-cote-copie-1.jpg

Repost 0
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 23:57

Pause que je n'avais pas annoncée mais que vous aurez remarquée... ou pas, si vous passez des vacances sympas, vous aussi

 

montagne-la-rosiere---col-petit-st-bernard--1-.JPG

 

montagne-la-rosiere---col-petit-st-bernard--2-.JPG

 

montagne-la-rosiere---col-petit-st-bernard--3-.JPG

 

montagne la rosière - col petit st bernard (4)

 

montagne la rosière - col petit st bernard (5)

 

montagne-la-rosiere---col-petit-st-bernard--6-.JPG

 

montagne-la-rosiere---col-petit-st-bernard--7-.JPG

 

montagne la rosière - col petit st bernard (8)

 

montagne-la-rosiere---col-petit-st-bernard--9-.JPG

 

Les publications reprennent très prochainement.

J'espère que vous avez passé un bel été.

A bientôt !

***

Ma rentrée côté Vendredis Intellos, je l'ai faite vendredi dernier, avec cet article :  Les 200 astuces de Maman Travaille - conciliation vie privée/vie pro, une présentation et un avis sur le dernier ouvrage de Marlene Schiappa.

Repost 0
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 10:23

Soir, chez une amie qui nous héberge. Dans le salon, où l'on entend les bruits de la rue. Je viens de rejoindre Pti Tonique et c'est le moment de se coucher. Il me demande :

  • Moi j'ai entendu une moto. Tu l'as entendue?
  • Non j'étais sous la douche.
  •  ... Mais là ? T'as entendu la moto ?
  • Non y'a pas de... Non, je n'ai pas entendu de moto.
  • T'as raison, y'a pas de motos... Mais desfois y'a des motos qui passent.
  • Oui et souvent elles font du bruit.
  • Mais pourquoi elle est partie la moto ?
  • Et bien parce que la personne qui la conduisait a dû rentrer chez elle et aller se reposer.
  • Bah oui, elle est rentrée, elle a rangé sa moto parce que sinon ça fait trop de motos !

J'adore son raisonnement, c'est si naïf et logique en même temps

(il va faire une drôle de tête le jour où il verra un rassemblement de motards, huhu !!)

***

Dans le bain. Pti Tonique s'est installé derrière sa soeur et entreprend de la "coiffer" avec un peigne jouet.

  •  Bouge pas Iroquoise, je vais te coiffer.
  • ...
  • Oh la la, t'as vraiment les cheveux en pétard Iroquoise !!!

Il lui aplatit tous les cheveux autour de la tête, en faisant des manières avec ses mains, et en prenant du recul comme pour admirer le résultat de temps à autre.

  • T'as vraiment les cheveux en pétard Iroquoise !

Il continue de lui passer le peigne. Puis il se penche vers elle :

  • Ca va bichette ?

(je meurs de choupitude)

 

2013.06.26-dialogues-savoureux-copie-1.JPG

 

***

Le soir, à table. L'Iroquoise est dans sa chaise haute, Pti Tonique et moi sommes seuls à table car Mr Sioux est en déplacement cette semaine-là. D'habitude, Mr et moi essayons de discuter un peu, de nous raconter nos journées, malgré les 20 000 interruptions de Pti Tonique, pour cause de renversement de verre / réclamation de fromage râpé, mains à essuyer, assiette à réchauffer / plat suivant à apporter / crise éphémère parce que l'opercule du yaourt résiste à son maître / etc...

Là, nous sommes juste tous les deux et Pti Tonique me sort, petit sourire en coin :

  • Maman ! On discute nous ? (trop mignon la façon dont il dit ça !)
  • Oui mon chéri, si tu veux.

Là, il embraye sur un monologue dont je ne comprends pas grand-chose (je crois que ça n'avait d'ailleurs aucun sens mais il voulait meubler). Puis il enchaîne :

  • Allez, à toi maintenant !
  • Ok.... (que dire ? je l'ai déjà questionné sur sa journée de crèche, je manque d'inspiration)..........
  • Maman !!! On discute ?
  • Mais oui mon chéri !
  • Bah alors, vas-y !!

Mon fils, ce tyran cet être exigeant.

***

Sortie de la MAM, 18h. Les deux sont dans leurs sièges autos à l'arrière de la voiture.

  • On va aller faire une petite course avant de rentrer à la maison.... Zut, j'ai oublié le porte-bébé !! Bon, je vous mettrai tous les deux dans le chariot alors. Qu'est-ce que t'en penses Pti Tonique ? (je sais qu'il adore être dans le chariot donc je m'efforce de faire ressortir le côté positif de l'escapade) 
  • Oui !!! Qu'est-ce que t'en penses l'Iroquoise ? Hein, qu'est-ce que t'en penses ?

La petite se penche en avant, tourne la tête vers son frère, me regarde, le regarde et se marre.

  • Hein, t'en penses quoi l'Iroquoise ?

Elle rigole à chaque fois que son frère lui repose la question. Lui, ravi de la faire rire, poursuit son monologue interrogatif pendant encore quelques minutes.

J'adooooore les voir comme ça... Hiiiii, ils sont trop mignons !!!

***

Je crois que plus ils vont grandir, plus je vais m'attendrir devant leurs interactions (hors baston, of course ).

Je fonds <3

Repost 0
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 10:59

7 ans. Le cap supposé.

Quand tu as eu un enfant avant les 7 ans, je pense que si ton couple a survécu à la première année du chérubin, le test de fiabilité est passé haut la main !

Dans le doute, nos 7 ans tombent au court de la première année de notre 2e bébé... deuble test pour le prix d'1, on n'est jamais trop sûrs !!!

Cet été, on pourra donc vraiment savoir ce qu'il en est (en espérant que les cochons volent qu'elle dormira la nuit AUSSI).

Si on est toujours ensemble, il pourrait même me demander en mariage pour fêter ça, non ?

(Ok, c'est bon, j'arrête les messages pas si subliminaux.)

Comme si j'avais le temps et l'énergie d'organiser un mariage toutes façons ! (mais ça m'empêche pas de piocher des idées sur les blogs mariage de temps en temps... chuuuuuut...)

***

Demain, les grands-parents s'occupent des p'tits Sioux et pour nous, ça sera midi au resto et ensuite, le grand come-back depuis près de 3 ans (TROIS ANS ???!!!) : ciné !!! Bon, y'a pas grand-chose qui nous inspire à l'affiche mais on peut pas rater une telle occasion de retourner voir ce que deviennent les salles obscures...

Il faut juste que je me rassure à l'idée que mon Iroquoise va bien vivre mon absence parce qu'elle n'a pas l'habitude d'être gardée par ses grands-parents (qui habitent loin) donc il lui faut un petit temps d'adaptation à chaque fois qu'on se voit, pour aller volontiers dans leurs bras et ne pas pleurer quand ils se penchent au-dessus de son cosy .

Une fois ces menus obstacles dépassés...

***

J'espère que nous parviendrons à nous focaliser à nouveau sur nous, que j'oublierai momentanément la gestion de la sieste, la crainte qu'elle refuse le biberon ou que lui fatigue son grand-père par (un peu) trop d'insistance.

Je mobiliserai les souvenirs de notre vie à 2 pour quitter peu à peu le mode "maman" et renfiler ma tenue d' "amoureuse". Je me remémorai ce petit hôtel du Sud de la France, à la chambre minuscule, aux rideaux rouges, au couvre-lit moelleux et romantique, à la salle de bain dans le miroir de laquelle nous nous étions photographiés enlacés - l'une de nos premières photos de couple. Je sourirai en évoquant les péripéties plus ou moins heureuses de nos voyages en amoureux (perte de roue de secours sur une route des Crete Senesi, resto où nous avions patienté près d'1h entre chaque plat en nous faisant en plus rabrouer par le personnel malaimable, hôtel vieillot qui avait pourtant l'air si beau en façade et sur les photos... mais aussi promenades où je râlais en marchant, que ce soit en montagne ou dans la garrigue, tandis qu'il essayait de me motiver, longs trajets sur les single tracks campagnardes d'Ecosse durant lesquels nous avions tout loisir de discuter, week-ends "découverte" dans nos familles respectives...).

Je le taquinerai en lui demandant de me raconter tous ces souvenirs communs qu'il me reproche si souvent d'avoir oublié, parce que je ne parviens pas toujours à les remobiliser au moment opportun, noyée dans le quotidien.

 

Aujourd'hui, nous comptabilisons 7 années ensemble. 7 années d'amour à distance, de trajets en train, d'amour au quotidien, d'aménagements et de déménagements, d'escapades, de petits post-its laissés sur la table du petit-déjeuner en partant travailler, de mails tendres, de surprises, d'albums photos, d'échange de voeux, de soutien, d'une indéniable complicité, de projection puis de vécu du quotidien parental.

7 ans, des fiançailles, 1 PACS, 1 maison et 2 enfants. (oui, j'aime bien les mini bilans comme ça).

7 ans où nous avons toujours essayé d'échanger pour que la communication perdure (malgré épuisement et manque de sommeil notamment), où nous avons appris à nous connaître par coeur, où nous avons constaté chaque jour que notre choix réciproque était définitivement le bon.

 

Joyeux 7 ans, mon Mr Sioux <3

 

2e-potager.JPG

Parce que notre anniversaire arrive toujours en même temps que le printemps

et que j'ai hâte de retrouver la douceur de cette époque et les travaux (notamment jardiniers) qui l'accompagnent

 


Repost 0
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 10:26

Dimanche matin, j'ai fait une expérience étrange.

La nuit précédente, ma fille s'était, comme d'habitude, réveillée 4 ou 5 fois (et nous avec). En plus, j'avais même eu de la fièvre. Donc pas un modèle de nuit régénératrice. Par contre, je n'avais pas eu à me lever.

 

Petite parenthèse explicative : Nous avons vainement tenté une sorte de sevrage nocturne et pour ce faire, seul Mr Sioux se levait et rendormait, autant de fois que nécessaire, l'Iroquoise, dans ses bras. On a laissé tomber. C'est épuisant, ça ne marche pas et on n'est pas sûrs d'avoir pris le problème dans le bon sens en plus (à savoir qu'il faudrait peut-être pluôt commencer par l'aider à s'endormir seule - mais là encore, aucun succès à ce jour). Et puis Mr Sioux part en déplacement toute la semaine aussi alors ça règle temporairement la question.

 

Donc, disais-je, une nuit sans me lever.

Et bien malgré un réveil et un lever à 6h30 (les seins accessoirement archi plein et le pyjama trempé, forcément) et un passage obligé par le tire-lait de bon matin, je me sentais une autre femme.

Oui oui, n'ayons pas peur des mots.

Psychologiquement disponible, calme, patiente et de bonne humeur.

 

Ça faisait 7 mois que j'avais oublié.

7 mois que je ne sais plus ce que signifie une véritable nuit de sommeil mais surtout, 7 mois que je n'avais pas réalisé combien cela affectait mon humeur et mon quotidien.

J'enfonce certainement des portes ouvertes avec mes révélations du style : "je dors bien = je passe une bonne journée" mais je vous assure que le manque de sommeil peut faire oublier certaines évidences.

Je vous jure que j'ai été heureuse de constater que ça n'était pas vraiment moi, cette personne un poil aigrie et excédée qui ne supporte parfois plus grand-chose à la maison et n'a plus la force de s'attendrir sur les beaux moments : en réalité, c'est bien le manque de sommeil qui me vole et me pourrit tout ça.

Desfois que je ne sois pas déjà assez motivée, ça donne vraiment envie d'y remédier... Mais COMMENT ?? On cherche encore... (et bientôt, je vous ferai la synthèse de tous nos tests, même si tout doit foirer - au pire, on apprendra ensemble que finalement, "faut juste attendre que ça passe". ARGH).

 

Voilà, il n'y a ni morale ni happy end à ce billet.

Juste le petit bonheur d'avoir savouré, durant quelques heures (parce qu'en début d'aprèm, la fatigue revient un peu quand même, faut pas rêver, vu le passif), un autre "moi" et d'être rassurée de constater qu'il existe encore, sous la couche de la phénoménale dette de sommeil et du quotidien souvent usant.

***

La prochaine fois, je vous parle d'autre chose que de sommeil, promis ! (comment ça je vire obsessionnelle ???)

C'est prévu en plus, et c'est en brouillon mais ça demande un poil plus de réflexion et bon, le temps toussa, vous voyez quoi...

 

Repost 0
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 12:04

6h45 L'Iroquoise se réveille. On l'avait rendormie pour la dernière fois à 4h (suite à un réveil à 2h35, tout va bien...). 2h45 de sommeil d'affilée, ça serait presque un record !

Mr Sioux va la chercher et me la ramène dans le lit, elle se met à téter.

6h55 Pti Tonique se réveille et commence à nous appeler à tue-tête de son lit. Son père va le chercher, descend avec lui préparer le biberon puis ils remontent et s'installent dans le lit : pendant que Pti Tonique s'enfile son biberon, son père s'est déjà rendormi comme une masse.

7h10 Entre temps, l'Iroquoise a commencé à se faire entendre parce qu'elle n'a plus envie de dormir (non mais !).

Je me lève (c'est dur), je vais changer sa couche nocturne qui doit être bien pleine et lui aspire le nez (démo de corde vocale en parallèle). Après cette dernière épreuve épuisante, j'ose espérer qu'elle aura envie de se rendormir alors on retourne se coucher, je la remets au sein (sans grande conviction).

7h25 Agitation iroquoisesque. Ok, j'ai compris, on se lève !

Pendant qu'elle joue sur son tapis, je prends mon petit-déjeuner.

Je le finis avec une petite fille sur les genoux qui essaie d'attraper ma tasse et la cuillère à confiture - finalement, je mets Sophie la girafe bien en évidence, ça vaut mieux pour tout le monde.

Oh mais... C'est moi ou ça sent la couche pleine et elle a le dos humide ?!

8h05 on remonte, nettoyage et change complet dans la salle de bains, elle en a jusqu'en haut du dos et... Zut, elle n'avait pas fini ! Fin de caca en direct sur le pyjama pour l'achever. Re-nettoyage général.

Couche, body propre, chaussettes.

Petit séjour dans le transat pendant que maman se lave les dents. Oh tiens, c'est moi ou elle pousse à nouveau ?! (oscour !).

Bon, ça va, fausse alerte.

Tiens, je crois qu'elle s'est frotté les yeux !! Youhou ! Remise au sein...

8h35 Je la pose endormie dans son lit, enroulée dans une bonne couverture. Je me dépêche de retourner dans le mien grapiller les minutes de sommeil possibles : les deux hommes ronflent.

9h05 Une petite fille se fait entendre... Dommage, ca fait un peu light 1/2h !!

Mr sioux se réveille. Il se lève, je lui indique quels habits mettre à sa fille, il va la prendre et descend déjeuner a son tour.

Ouf ! Je me rendors.

9h30 Pti Tonique émerge et demande où est son père. Je l'enjoins à aller le rejoindre en bas, ce qu'il fait.

Ouais, enfin tranquille !

9h40 texto de ma mère qui me demande une recette. Je lui réponds.

Puis repose la tête sur l'oreiller.

9h47 re-texto de ma mère. En fait c'est pas ça, elle voulait la recette de mon parmentier de saumon. Je réponds. Elle me remercie.

10h ça piaille en bas. J'essaie vraiment de me rendormir ou pas ??

Allez, je vais taper un billet peinard sur mon iPhone avant de me lever

 

ballet-matinal---hibou.jpg

en mode hibou

 

Vous croyez que ça va nous manquer un jour tout ce bordel ça  ???

Repost 0
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 13:49

Les fêtes de Noël se sont bien passées, on a partagé de bons moments en famille, autour de bons repas et de nombreux cadeaux (il faut faire quelque chose d'ailleurs, les petits sont complètement dépassés par la quantité de cadeaux...). Pti Tonique s'est éclaté avec ses oncles et tantes, il nous a complètement décollé et ne se souciait pas beaucoup de nous.

A notre retour, nous avons constaté qu'on avait tenté de fracturer notre serrure.C'aurait pu être pire, on aurait pu être cambriolés mais c'est quand même légèrement angoissant. Après avoir fait le tour des voisins (dont l'un cambriolé 2 fois ces 6 derniers mois) et discuté avec les gendarmes venus constater l'effraction, je sors de mon pays des Bisounours, dans lequel les gens qui ont des alarmes chez eux sont juste de doux paranos un brin sécuritaires. On va donc installer une alarme chez nous (et aussi changer la serrure, accessoirement) - bonheur.

Depuis notre retour, Pti Tonique est en mode angoisses et régression. Il hurle quand on quitte sa chambre au moment du coucher (sieste et soir), impossible de le raisonner, il finit même par se lever et sortir de sa chambre pour venir hurler sur le pallier (ce qu'il n'a jamais fait). On s'énerve, on tente la fermeté, on parle, on essaie de comprendre, on exprime notre ras-le-bol et notre besoin de tranquillité. On ne parvient pas à lui faire dire de quoi il aurait peur (la tentative d'effraction ? même si on en a pas fait un fromage il me semble...). On est à bout. J'ai parfois des envies de violence tant je bous.

De plus, au vu de son degré de détente et de détachement chez ses grands-parents, nous sommes hyper décidés à le leur céder très prochainement le temps d'un week-end. Même s'il nous restera toujours l'Iroquoise, un de moins, c'est toujours ça de pris, surtout pour les nerfs et les oreilles (oui parce qu'on n'a toujours pas trouvé le bouton mute non plus).

Demain je reprends le boulot. J'en ai rêvé cette nuit. Il faut que je retrouve où j'ai rangé mon ordinateur portable pro. Je suis bien sûr très peu motivée. Mais je me console en me disant que ça pourrait sauver ma santé mentale.

Ce matin, j'ai pris ma fille entre 4 yeux, je lui ai dit que les nuits, c'était plus possible comme ça, que maman ne tiendrait jamais le rythme des multi réveils nocturnes et des 1h30 pour se rendormir une fois le boulot repris. Qu'il fallait faire quelque chose. Je pense que j'ai pissé dans un violon mais au moins, j'aurai essayé.

Quand j'aurai 5 min (au boulot donc ! mouahaha), je vous ferai un billet bilan/résolutions. Oui oui, c'est naze, c'est pas obligatoire mais j'ai envie, pour garder des traces. Et croyez-moi, j'ai pas pour résolution de reprendre le sport ou de ranger plus régulièrement le bordel du salon, on est bien au-delà de ça.

Faudra aussi que je fasse un vrai billet sur le boulot tant je me questionne et me fait des noeuds au cerveau.

J'espère que chez vous, les fêtes et l'effet "peau neuve" de l'année nouvelle auront apporté un brin de légèreté (psychologique à défaut de pondérale) et de bien-être.

A très bientôt !

Repost 0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 22:49

Ici, on coule des jours fatigués et malades... mais bon, on est heureux hein, c'est le principal.

  • J'aurais dû reprendre le boulot le 3 décembre mais pour cause de grosse fatigue, malaises, chutes de tension à répétition, le médecin m'a arrêtée jusqu'à la fin du mois. Ca tombe bien parce que suite à divers aléas, ma fille n'avait pas pu terminer sa période d'adaptation à la MAM à temps alors ç'aurait été un peu dur d'embrayer sur des journées de 10h directement. De mon côté, j'essaie de me reposer mais ça n'est pas évident, entre les enfants malades qui se relaient, moi qui n'arrive pas à me recoucher le matin sans cogiter, le quotidien et tout...dur dur de lâcher prise (surtout côté neurones) et de recharger les batteries.
  • Les nuits et fins de journées sont de plus en plus difficiles. Si la Ptite Iroquoise ressemblait un peu au bébé parfait en terme de sommeil au retour de la maternité, elle a bien changé... Le début de la période d'adaptation n'y est peut-être pas étranger mais nous arrivons actuellement à 3 à 5 réveils nocturnes, pour 0 à 2 (1 en moyenne donc) durant ses 3 premiers mois de vie. Sans compter les difficultés à la poser dans son lit sans qu'elle se réveille, le fait qu'elle rejette (ou ne sait pas garder) même la tétine que j'ai tenté de lui donner (avec déchirement tant j'ai souhaité m'en passer), qu'au lieu de juste se réveiller et de pleurer, elle pousse des hurlements beaucoup plus stridents et colériques que ceux qu'on lui connaissait jusqu'alors. BREF, on m'a prêté le fameux bouquin "Un sommeil paisible et sans pleurs" d'Elizabeth Pantley et j'avoue que la méthode paraît censée et surtout, comme son nom l'indique, elle ne consiste jamais à "laisser pleurer" l'enfant mais pfffiouuu, on n'a plus l'énergie de se lancer dans sa mise en oeuvre, c'est long et fastifieux. On est vraiment à bout de nos réserves. [Je crois que pour le 3e, on s'y prendra autrement dès le début. Mais ça, ça sera dans 10 ans (au moins).]

2012-08-a-10-3428.JPG

 

  • Sinon, quand la ptite Iroquoise se réveille la nuit dans mon lit et non dans le sien, elle est toujours aussi souriante et bavarde. Pas désagréable donc, si ce n'est que je commence à avoir vraiment envie de récupérer mon lit pour moi toute seule (et Mr Sioux accessoirement).
  • A part ça, la Ptite Iroquoise joue assise dans son bain, fièrement installée sur ses adorables rondeurs. J'ai toujours autant envie de bisouiller ses grosses joues, de caresser ses cuisses potelées et de me perdre dans ses beaux yeux en amande, après avoir craqué pour son sourire à tomber qu'elle compose dès qu'elle me voit.

 

P1030280.JPG

Vous avez dit "potelée" ?

 

  • Pti Tonique est un magnifique petit garçon (surtout avec sa nouvelle coupe de cheveux de grand) à qui rien n'échappe, qui se souvient de tout dès la 1ère explication, qui adore les jeux de société et qui ne se tait jamais (en tous cas avec nous). Quand ce ne sont pas des commentaires sur ce qu'il fait, sur ce qu'on fait ou des pourquoi qui enchaînent sur les réponses précédemment données, il attire notre attention pour admirer ses cascades et nous fait de vraies blagues - et aussi des blagues pas drôles, plus souvent appelées "bêtises", dont la répétition nous laisse à court d'arguments pour les faire cesser.
  • Mes deux petits bouts ont de plus en plus de complicité. C'est très émouvant de les voir se sourire, rire ensemble, interagir à leur façon, écouter Pti Tonique nous dire ce que veut sa soeur et entendre celle-ci éclater de rire au moindre gag de son frère. C'est bon une famille. Pour l'instant, c'est vraiment épuisant mais heureusement, c'est aussi très bon.
  • Je suis à la ramasse pour finir les cadeaux de Noël, surtout pour Mr Sioux - comment ça on s'oublie un peu trop ces temps-ci ?
  • Je n'arrête pas de cogiter à mon avenir professionnel, à la reprise qui, plus elle tarde, plus elle me paraît difficile. Je me rêve travailleuse indépendante mais les obstacles sont nombreux. Pour commencer, une petite remise à plat (ou "bilan de compétences") me paraît opportune pour 2013. Y'a plus qu'à l'annoncer à ma boîte (rire jaune).
  • Je suis désespérée de ne pas trouver plus de temps pour bloguer, surtout vu la quantité de billets entamés qui s'entassent dans mes brouillons - sans parler des billets des copines auxquels j'aimerais répondre.
  • J'ai toujours autant envie et besoin de SUCRE, je ne suis pas prête de perdre mon petit coussin ventral qui s'accroche car je compense la fatigue par la nourriture - et plus précisément le sucré.

Et là, je vais aller me coucher parce qu'entendre mes enfants tousser et se réveiller à tour de rôle, ça me déprime à mort. SOMMEIL !!!!!!!!!!!!!!

Mais sinon ça va hein. Vivement les fêtes, vivement que je refasse une grasse mat un jour et vivement les bons repas de Noël et les cadeaux

Et vous, ça va sinon ?

Repost 0
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 17:52

Contrairement à ce que je pensais et plus insidieusement que je ne le croyais lorsque j'en parlais , la parentalité a quand même beaucoup changé mon couple. Difficile qu'il en soit autrement, bien sûr. Mais je crois que nous nous sommes tous les deux tellement investi dans notre parentalité que nous en avons oublié pourquoi nous avions voulu devenir parents.

Au départ, avant l'arrivée des deux plus belles choses qui nous soient arrivées, il y avait en effet nous deux - d'ailleurs, avant les deux petites merveilles, c'est NOUS DEUX, la première plus belle chose qui nous soit arrivée, gardons-le en tête.

En pensant à tout ça, je suis récemment retournée lire l'article de Mère Bordel à ce sujet, un article de 2011 au titre très vendeur, à savoir : Comment sauver son couple après une naissance. Et je m'y suis retrouvée, un peu, il faut bien le dire. Davantage que ce que je croyais à l'époque où je l'ai lu.

Si je parle de ça aujourd'hui, c'est parce que des évènements récents, la fatigue, le quotidien, notre état physique et psychologique, des échanges avec mon médecin, mes proches et mes amis, m'ont poussés à regarder mon couple de plus près, à "faire le point".

Un point que nous avions déjà entamé fin septembre, lors des vacances de Mr Sioux, parce que nous avions ENFIN du temps libre (Pti Tonique étant à la crèche penfant la 2e semaine de congès de Mr) pour échanger, communiquer sur lui et son épuisement, sur notre vie, le rythme, les journées qui s'enchaînent sans trouver le temps (à 19h) ni la force (à 23h) d'échanger plus que le minimum logistiquement nécessaire, voire de simplement s'embrasser.

C'est dur parce qu'on n'a pas vraiment pris de temps pour nous alors même que notre fils avait grandi, était en mesure de comprendre un certain nombre de choses, aurait tout à fait pu passer un week-end à s'éclater chez ses grands-parents... avant d'enchaîner sur une 2e grossesse et surtout la vie avec un 2e bébé (tout petit !!).

 

main-dans-la-main.jpg

 

Cela fait un moment que je ne trouve plus l'insouciance ou le lâcher prise nécessaires pour me laisser aller dans ses bras, pour aller vers lui et solliciter sa tendresse ou même l'accueillir l'esprit libre lorsqu'il vient vers moi (sans d'abord chercher à finir d'étendre le linge, lui rappeler qu'il faut faire la vaisselle, penser au sac de crèche à préparer, à la sauce tomate qu'il faut rajouter sur la liste des courses, au courrier à faire à la CAF, etc etc etc...).

Comme si mon corps n'était plus que celui d'une "gestionnaire de maison", d'une mère aux aguets, guettant le prochain réveil intempestif ou la prochaine "obligation" maternelle que je considère prioritaire sur toute autre chose.

Comme si je savais qu'en cas d'appel de l'un de mes bébés, il serait plus facile de s'arracher à la détente factice offerte par une quelconque série télé qu'aux bras de mon amoureux ou à un film sélectionné et visionné à deux, dans l'espoir d'une soirée en tête-à-tête (je repense à notre tentative de soirée du nouvel an à la maison notamment - et nous n'avions encore que Pti Tonique...!).

Alors, parce que se parler le soir, une fois tout le reste bouclé et que l'épuisement s'abat sur nous, demande un effort particulier, nous choisissions de nous taire. De remettre à demain, au week-end prochain, à quand-on-aura-le-temps.

La petite enfance n'est certainement pas la période la plus faste pour le couple mais il doit y avoir moyen de faire un peu plus pour lui.

 

couple-spontane.jpg

Eux ils ont l'air niais nullipares spontanés, non ? Peut-être qu'on devrait se marier. C'est CA le secret !!!! mouahaha

 

J'aimerais retrouver de la bienveillance pour mon couple (mais aussi pour moi - enfin, ça pourrait être l'objet d'un autre billet, ça), des égards pour mon conjoint, des élans affectueux, de la spontanéité en fait. Il faudrait que je parte à la recherche de cette fameuse spontanéité, qui a dû rester planquée entre la naissance de Pti Tonique en août 2010 et la nuit dernière où sa toux nous a empêchés de dormir avant 3h du matin. J'aimerais retrouver des soirées qui n'en portent pas que le nom (non, 22h30-23h30, ça n'est pas une soirée). D'ailleurs, on progresse puisque Pti Tonique semble enfin décidé à s'endormir tout seul (YOUHOUUUUUUUUUUU au passage !!!!).

J'aimerais arrêter de me marrer à chaque fois que je vois la newsletter d'UGC dans mes mails, en me disant "hahaha, le ciné, c'est quoi ça déjà ? Ah oui, le truc où j'ai mis les pieds pour la dernière fois en juillet 2010...".

 

Alors c'est parti, voilà notre nouveau "projet".

D'ailleurs, le premier jalon est posé. Une soirée "no kids/100% love" (ça fait rêver, hein ?) est programmée pour mi-décembre - en espérant que la Ptite Iroquoise accepte le biberon d'ici là !!! (**croisage de doigts**)

On va y travailler dur.

On va se retrouver.

Repost 0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 16:35

Quand Pti Tonique etait petit, j'ai passé de longs mois à avoir hâte que...

Hâte que les coliques disparaissent et que l'on passe des journées avec plus de sourires que de pleurs,

Hâte qu'il accepte d'être posé pour retrouver un peu de liberté de mouvement,

Hâte qu'il tienne assis pour ne plus devoir l'occuper nous-mêmes à chaque seconde de la journée,

Hâte qu'il se mette debout ou marche à 4 pattes pour qu'il se déplace et aille récupérer ces jouets éhontément partis à 50cm de lui (non, il n'a jamais voulu ramper) ,

Hâte qu'il marche et gagne une fois encore en autonomie de jeu,

Hâte qu'il mange seul, qu'il s'endorme seul, etc.

 

Puis un beau jour, le temps passant et certaines situations fatigantes ne s'améliorant pas aussi facilement, j'ai réalisé, à renfort de photos des tout débuts alors que je réalisais son album, qu'à chaque âge correspondent des joies et des difficultés.

C'est vrai que c'était pesant qu'il ne veuille dormir que sur moi, toute la journée. Mais finalement, quand il a grandi et s'est mis à repousser nos câlins, je me suis dit que ce temps avait proportionnellement été court... et que dire de toutes ces photos avec cette petite bouille sereinement endormie contre sa maman - ou son papa ?

 

Avec un 2e enfant, non seulement je me raisonne pour savourer les petits plaisirs du quotidien avec un nouveau-né (grands sourires dès qu'elle me voit, petit corps endormi contre le mien la nuit qui vient imperceptiblement s'y recoller dès que je m'éloigne, longs monologues à base de babillements craquants et très expressifs) et ne pas courir après le temps.

Je trouve que c'est d'autant plus facile en ayant 2 enfants d'âges différents car lorsque l'interaction quelque peu limitée du nouveau-né nous pèse, on peut sans problème de tourner vers la pipelette de 2 ans, capable de nous tenir de longs discours et conversations animées (surtout à base de "pourquoi", mais c'est toujours ça). Ou encore lorsque les négociations sans fin du Terrible Two nous épuisent, il est terriblement apaisant de retourner pouponner un bébé qui n'a d'autre besoin que câlins, lait et couches propres...

 

sourire.jpg

 

Oui, a chaque âge ses avantages et inconvénients alors j'essaie de me réjouir d'un peu tout (je ne dis pas que j'y réussis tous les jours !!!).

 

Cela dit, j'avoue, j'ai quand meme hâte que la Ptite Iroquoise grandisse et qu'on puisse les emmener, son frère et elle, gambader à droite à gauche, faire des sorties et des découvertes en famille, les voir se chamailler jouer, se marrer et se courir après tous les deux...

J'ai un peu hâte quand même, on se refait pas

 

PS: j'ai d'ailleurs tapé cet article sur mon iPhone tandis qu'elle s'endormait au sein puis roupillait (je profite ET je publie) 

PS 2 : futures et jeunes mamans (ou papas !), restez dans l'coin parce que lundi, une fois n'est pas coutume, va y avoir du CONCOURS par ici et du lourd !!!!

Repost 0

Une Indienne Dans La Plaine

  • : Madame Sioux
  • Madame Sioux
  • : J'ai plusieurs cordes à mon arc : mère épuisée mais comblée (de Pti Tonique 3 ans et l'Iroquoise 16 mois), rédactrice Web indépendante, squaw libérée, concubine intermittente (quand il nous reste 5 min), cuisinière de trucs rapides qui prennent toujours plus de temps que prévu, écrivaine à la plume de vautour, chevaucheuse de bisons dans les plaines autour de Lyon.
  • Contact

On communique ?

Mon tipi a le Wifi. Ecris-moi !

Chercher Une Ruse

Archives

La cuisine de la semaine

La cuisine de la semaine, c'est maintenant un blog dédié... par ici !!


bandeau blog

Suivez les signaux

 

logo-rss.png

 

badge_mapage_hellocoton_160x55_white.gif

Je ruse aussi pour les VI

 

Dernier lâcher de neurones : Le chemin de la maternité [mini débrief]

Nounou-top.fr

http://www.madamesioux.fr/wp-content/uploads/2014/11/nounou-top-logo.png

<script>
  (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){
  (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
  m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
  })(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga');

  ga('create', 'UA-44080416-1', 'over-blog.fr');
  ga('send', 'pageview');

</script>