Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 08:40

A l'arrivée de Pti Tonique, j'ai été comblée de bonheur et d'émerveillement permanent... mais aussi de stress (post-traumatique ?). Je suis entrée avec fracas dans le monde des parents, ces gens pépertuellement aux aguets, qui ne dorment que sur une oreille (voire ne dorment pas du tout) et ne sont plus jamais tout à fait tranquilles - émotionnellement parlant.

Les premières semaines de Pti Tonique ont été extrêmement éprouvantes, d'une façon que je ne saurais décrire. Il ne dormait que par plages de 20 minutes maximum. Parfois, j'arrivais à le poser dans son berceau pour ce faire mais je n'osais m'autoriser à entreprendre quoi que ce soit car je savais que dans les 10 minutes maximum qui allaient suivre, il se réveillerait.

Dès que j'entendais le moindre bruit, couinement, respiration de travers, je me précipitais au-dessus du berceau pour voir s'il était réveillé ou non, ce qui aurait pu le gêner et s'il allait bien. J'étais incapable de l'entendre chouiner plus d'une demi-seconde sans y aller. Je me disais que s'il pleurait, c'est qu'il avait forcément besoin de quelque chose, d'être rassuré, de manger, de 'nimporte quoi que j'allais chercher à lui donner immédiatement, quel que soit mon état de délabrement fatigue et l'heure du jour ou de la nuit.

Petit à petit, j'ai appris à attendre 1 minute ou 2 avant d'aller le voir. J'ai aussi appris à le faire dormir sur moi la journée pour avoir 1h ou 2 de silence (de tranquillité, ç'aurait été beaucoup dire puisque j'étais quand même lestée d'un poids non négligeable et un peu "encombrée" pour agir librement). Même sur moi dans le porte-bébé, je guettais les moindres soupirs, changements de position, sursauts, signifiant qu'il était en phase de réveil et qu'il n'allait pas tarder à crier à nouveau ; je me dépêchais alors de marcher à nouveau selon le rythme adéquat pour qu'il dorme encore quelques minutes, pitié.

 

apprendre-a-se-detendre.jpg

 

Lorsque nous avons commencé à le coucher seul dans son lit - et donc à ne plus se coucher en même temps que lui en cododo -, nous étions à nouveau aux aguets de ses pleurs. Nous respirions d'être enfin seuls quelques minutes (1h peut-être ?) tout en ayant conscience de l'épée de Damoclès au-dessus de nos têtes, ce qui m'empêchait pour ma part d'en profiter vraiment et de faire quoi que ce soit de constructif de mon temps libre.

Cette sensation de vivre suspendue à ses pleurs m'est restée très longtemps - et n'est pas encore tout à fait dissipée... le sera-t-elle un jour ?

J'appréhende toujours un peu la venue du soir - a fortiori lorsque je suis seule avec bébé. Je suis heureuse de retrouver mon fils le soir quand je vais le chercher chez la nounou, j'attends ce moment avec impatience toute la journée ; je profite de lui, je m'extasie chaque soir en le voyant évoluer, téter, rire, me suivre et m'appeler "Maman" à tout bout de champs. Puis après le repas, j'attends avec impatience le moment où il sera couché, pour profiter de mes 2h de temps libre nocturne et avoir l'imrpession de faire quelque chose pour moi dans la journée (bien souvent, cela signifie manger et blogguer, éventuellement regarder un peu la télé). Mais là encore, tout peut s'arrêter net à n'importe quel moment. Cela m'angoisse moins qu'avant parce qu'à présent, sauf maladie, soit il se rendort seul après avoir poussé 1 ou 2 grands cris dans son sommeil, soit il est assez facile de le rendormir en le prenant dans nos bras et en marchant pendant 10 minutes puis de le reposer délicatement dans son lit.

Lorsque je dois sortir faire des courses avec lui, je suis beaucou plus sereine qu'avant parce qu'il ne pleure plus sans raison apparente. Je possède à présent un meilleur radar pour détecter les soirs où il vaut mieux rentrer à la maison que d'aller faire les courses pour qu'il râle tout le long, je possède des armes qui fonctionnent bien (quignon de pain, paquet de mouchoirs, doudou)... mais je sais aussi que parfois, rien ne marche. Alors j'appréhende toujours un peu quand je vois la queue à la caisse, que je sens que je vais devoir ruser et sautiller avec Pti Tonique dans le Manduca pour ne pas qu'il s'impatiente trop. Rien n'est plus jamais simple ou prévisible.

Par contre, lors de balades qui vont prendre la journée ou lors de week-ends a droite a gauche, je reste angoisée par le fait qu'il n'aura pas fait sa sieste - et beaucoup plus brièvement que d'habitude puisque ls conditions ne permettront pas de faire mieux, qu'on ne va pas pouvoir le faire jouer aisément dans un endroit délimité comme a la maison - il sera donc beaucoup plus difficile de l''occuper et l'un de nous ne profitera pas vraiment de la sortie car il sera occupé à redoubler d'imagination pour divertir notre fils (fatigué et n'ayant pas bien dormi de sucroît).

Tout reste en permanence suspendu à notre bébé, à ses angoisses, à ses envies, à ses besoins. Ca n'est pas de tout repos, c'est un état d'esprit parfois difficile à accepter lorsque l'on aimerait tellement pouvoir lâcher prise ne serait-ce que quelques minutes. C'est la raison pour laquelle j'ai très mal vécu mes premiers jours de retour à la maison après l'accouchement.

Alors on mobilise toute notre énergie, tout notre amour, on regarde attentivement notre enfant et on se dit combien il est merveilleux, combien il en vaut la peine. Et on se relève, et on prend soin de lui patiemment, et on se détend autant que notre statut de parent nous le permet - en sachant que l'on est toujours "d'astreinte", quoiqu'il arrive.

Jamais de repos.

Mais sans ça, jamais un tel bonheur ne serait entré dans nos vies.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

allopapabobo 13/07/2011 08:13



Tu as raison, il faut toujours essayer de se garder du temps pour soi ...afin d'être au mieux avec ses enfants 



Maman Sioux 18/07/2011 15:17



C'est un des adages de la parentalité je crois.


Au fait, merci pour ton tag, je suis à la ramasse là. Je m'y prêterai dès que j'ai 2 min mais c'est très gentil d'avoir pensé à moi



stephaline 12/07/2011 15:16



Superpapa était un peu comme toi quand Charline était bébé ... A l'affut chaque nuit de per qui lui arrive le pire.


Moi, un peu moins. Je ne serais pas te dire pourquoi mais j'avais confiance. Je n'est bien sur jamais laisser pleurer ma fille mais ses pleursétaient il faut bienl'admettre si rare que ca ne m'a
pas marqué plus que ca.


 


J'espère que nous aurons la même chance avec le deuxième ... Un bébé calme, y'a rien de mieux pour rester zen et profiter de son bonheur



Maman Sioux 18/07/2011 15:17



Moi, j'étais à l'affût qu'il ait "besoin" de moi, toujours la crainte qu'il se sente abandonné et l'envie de le "rassurer" sans cesse. Papa Sioux, lui, avait les mêmes craintes que ton mari :
mort subite, problème médical ou dû à une mauvaise position dans le lit, etc.


Je te souhaite un 2e bébé calme alors



sophie 12/07/2011 14:35



Pour le 2e ce qui change c'est qu'on s'attend à que ce soit pas juste "que du bonheur". On n'a pas cette enorme claque de responsabilités et d'angoisses (l'un n'allant pas sans l'autre...) qui
arrive brusquement. Mais 20 mn de sieste c'est toujours épuisant...que ce soit le 1er ou le 2e ...


J'ai la chance d'avoir des bébés qui ont toujours bien dormi dans le porte-bébé donc tout à fait transportable, mais c'est clair que souvent on a préféré rester à la maison pour qu'elles fassent
de bonnes siestes. "Heureusement" n°1 n'a plus fait de sieste à partir de 2 ans, on a été plus mobile.



Maman Sioux 18/07/2011 15:15



Tout à fait, j'attends le 2e avec impatience, rien que pour vivre les choses "en connaissance de cause", càd sans cette angoisse et cette déouverte qui ont dû gâcher certains moments avec le
premier



Zaliénor 12/07/2011 14:28



Mon fils dormait plus que Pti Tonique et est plutôt (je dis bien plutôt!) calme. Et pourtant... J'ai pleuré deux jours au retour de la maternité. Avec le recule je sais que j'avais peur qu'il
meurt. Oui rien que ça! Je n'avais qu'une hâte qu'il grossisse, qu'il grandisse. Et FINIT la tranquillité d'esprit. J'avais, j'ai (mais un peu moins) toujours cette crainte au fond des tripes. Et
là à cinq jours des neuf mois je ne peux pas le poser sans qu'il pleure, c'est dur. Et alors qu'il commençait à s'endormir seul pour la sieste voilà que je suis obligée à nouveau(enfin on ne me
met pas le couteau sous la gorge!) de le bercer. C'est douloureux les retours en arrière.


Tu as raison, c'est exactement ça :jamais de repos. Je suis en état de veille constant, mais oui, ça en vaut largement la peine!



Maman Sioux 18/07/2011 15:14



Oh oui, les retour en arrière sont très difficiles à vivre moralement... mais on finit toujours par avoir l'explication (un progrès qui suit, un changement de comportement, une poussée de
croissance).


D'après ce que tu dis, ça ressemble un peu à la "crise des 8 mois" ? Ce moment où ils réalisent qu'ils ne font pas qu'un avec maman et ont beaucoup besoin d'être rassurés...



Vaallos 12/07/2011 14:23



On se découvre une résistance insoupçonnée à partir de l'accouchement, n'est-ce pas ?


Et encore, j'ai la chance d'avoir un petit bonhomme très calme



Maman Sioux 18/07/2011 15:12



Une résistance insoupçonnée, je te le fais pas dire ! Dison qu'il n'y a qu'avec une telle motivation (= notre bébé) que l'on peut puiser dans de telles ressources je pense



Une Indienne Dans La Plaine

  • : Madame Sioux
  • Madame Sioux
  • : J'ai plusieurs cordes à mon arc : mère épuisée mais comblée (de Pti Tonique 3 ans et l'Iroquoise 16 mois), rédactrice Web indépendante, squaw libérée, concubine intermittente (quand il nous reste 5 min), cuisinière de trucs rapides qui prennent toujours plus de temps que prévu, écrivaine à la plume de vautour, chevaucheuse de bisons dans les plaines autour de Lyon.
  • Contact

On communique ?

Mon tipi a le Wifi. Ecris-moi !

Chercher Une Ruse

Archives

La cuisine de la semaine

La cuisine de la semaine, c'est maintenant un blog dédié... par ici !!


bandeau blog

Suivez les signaux

 

logo-rss.png

 

badge_mapage_hellocoton_160x55_white.gif

Je ruse aussi pour les VI

 

Dernier lâcher de neurones : Le chemin de la maternité [mini débrief]

Nounou-top.fr

http://www.madamesioux.fr/wp-content/uploads/2014/11/nounou-top-logo.png

<script>
  (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){
  (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
  m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
  })(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga');

  ga('create', 'UA-44080416-1', 'over-blog.fr');
  ga('send', 'pageview');

</script>