Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 05:04

Ce billet, je l'écris surtout pour Papa Sioux. Parce que malgré tous les témoignages que je lui ai fait lire en ce sens, je vois qu'il a encore du mal à comprendre pourquoi je souhaite accoucher "différemment" pour notre prochain enfant, alors que "tout s'est très bien passé" la première fois.

L'autre soir encore, alors que j'avais entrepris (enfin) de réaliser l'album photos de Pti Tonique depuis sa naissance, je lui montre une photo de moi, sur la table d'accouchement (pendant le travail hein, pas lors de l'expulsion ^^), branchée de partout et avec le masque à oxygène et je lui dis "Regarde comme j'étais branchée de partout ! Et bien la prochaine fois, on sera juste toi et moi, tranquilles dans une pièce dans la pénombre, sans aucun branchement !". Là, Papa Sioux a levé les yeux au ciel et enchaîné sur son sempiternel "tout s'est très bien passé pourtant"...

Ce que j'entends par accoucher "différemment", c'est mon souhait d'être suivie, accompagnée et aidée à accoucher par la même personne, une sage-femme pratiquant l'Accompagnement Global à la Naissance (AGN) afin d'accoucher en plateau technique (PT), chose qui se pratique à côté de chez moi - j'ai une chance inouïe.

J'ai pourtant fait rencontrer ladite sage-femme, connue grâce à ma rééducation du périnée, à Papa Sioux, qui était ressorti de cette consultation plutôt confiant et rassuré sur les conditions de l'accompagnement le jour J (c'est-à-dire sur le fait que je n'accoucherai pas sans dispositifs médicaux à proximité en cas de complication, que la sage-femme guettait tous les signes et que des médecins étaient de garde sur le plateau en permanence s'il était nécessaire de passer en mode "accouchement standard" à un moment donné).

 Je n'ai pas mal vécu mon premier accouchement mais j'aimerais juste :

  • être accompagnée le jour J par une sage-femme que je connais, que je n'aurais pas la crainte de déranger par mes questions ou de retenir trop longtemps auprès de moi alors qu'elle a d'autres patientes à voir. J'ai tellement toujours peu de déranger que je me bride. J'aime poser des questions. Ca peut donner l'impression que je suis angoissée (le gynéco répondait toujours "et bien, vous vous en posez des questions !" comme si c'était une tare ! il serait plus grave de ne s'en poser aucune à mon sens) mais j'aime simplement comprendre comment fonctionnent les choses - surtout quand les choses en question, ce sont mon corps et mon accouchement !
  • que l'on explique vraiment à mon conjoint comment me soulager, afin qu'il ne reste pas spectateur, afin d'être sûre que lui aussi est suffisamment informé pour comprendre à demi-mots ce qui m'arrive et agir en conséquence. J'ai bien aimé notre jeu du comptage des contractions la première fois, le rôle de Papa Sioux a été utile dans le cadre de l'environnement dans lequel nous étions, il aurait difficilement pu faire plus. Mais dans un autre cadre, plus intimiste, plus épuré, il pourrait prendre la place des machines et des objets, il pourrait lui aussi laisser libre cours à son instinct et à ses envies, venir apposer ses mains sur moi et m'apaiser par son contact, comme il sait déjà si bien le faire. Il pourrait m'envelopper de son amour pour moi, de son amour pour notre bébé à naître et sa proximité me détendrait bien plus efficacement qu'un balancement de hanche hasardeux sur un ballon. Je suis certaine que le cadre joue beaucoup et que l'on investirait, aussi bien Papa Sioux que moi, plus aisément des lieux peu chargés en matériel médical et en quoi que ce soit, sans injonctions du personnel de se mettre dans telle position ou de faire un monitoring de 2h.

accouchement-baignoire.jpg

 

  • écouter mon corps et tenter de retrouver cet instinct que nous sommes toutes censées avoir. Pouvoir dire au personnel médical que si là, maintenant, j'ai envie de pousser, c'est pas une lubbie mais peut-être dû au fait que "ab bin oui, dîtes donc, on voit les cheveux !". Je sais que je suis la mieux placée pour savoir ce que je ressens et j'aimerais que la personne qui m'aide à accoucher soit quelqu'un qui en est convaincu également et qui respecte mon avis, le considère à sa juste valeur.
  • vivre le miracle de la naissance en petit comité. Les félicitations de mon premier accouchement étaient agréables, je n'ai pas eu à me plaindre de commentaires désobligeants, j'ai été fortement encouragée et félicitée sincèrement pour mes "poussées efficaces" et le bon état de santé de mon fils à sa sortie. Mais.... et si les seuls sons que j'allais entendre lors de la naissance de mon bébé étaient son cri, sa respiration, mon émotion, les mots doux de son papa, les commentaires feutrés de notre sage-femme... Si en lieu et place des félicitations aimables mais bruyantes, on me laissait découvrir dans l'environnement sonore de mon choix, le beau visage de mon enfant, ses petits ou grands cris, ses mouvements, son calme après la tempête, son envie de téter ou sa grande curiosité pour son premier regard sur le monde.... ?

nouveau-ne-et-mere.jpg

 

Je suis consciente que tout ceci est idéalisé mais il faut tendre vers l'idéal qui est le nôtre pour envisager de faire les choses différemment. Et si je parviens à vivre les choses ne serait-ce qu'à moitié comme je les ai décrites ci-dessus, je serais ravie parce que mes choix auront tout de même été entendus, même si la nature vient ensuite nous rappeler ses exigences et le quotidien ses impératifs.

Qu'en penses-tu Papa Sioux ?

 

Je m'excuse auprès des femmes enceintes qui, à a lecture de ce billet, concevraient une certaine appréhension à l'idée d'accoucher en milieu hospitalier. Je peux vous assurer que sur le moment, j'ai vraiment bien vécu mon accouchement, dans la mesure où je n'ai pas trop souffert et où mon bébé et moi nous en sommes sortis sans aucune séquelle, en très bonne santé - ce qui est à peu près tout ce que j'attendais de mon premier accouchement, ayant renoncé à ma seule autre attente qui était d'accoucher dans l'eau. De plus, la médicalisation de mon premier accouchement était aussi rendue nécessaire par le déclenchement : je n'aurais pas pu bénéficier d'un accouchement vraiment phyiologique dans ces conditions.

Si je n'avais pas d'alternative, je retournerai dans la clinique où j'ai accouché sans appréhension aucune ; je serais même heureuse de savoir maintenant à quoi m'attendre et d'avoir l'expérience nécessaire pour savoir ce que je souhaite et ce que je ne souhaite pas, tout en ayant la capacité de l'exprimer voire de l'imposer.

***

Pour finir, je souhaite un très bon anniversaire à la jolie et rigolote Pimprenelle, qui a 1 an, déjà :-)

 

canards-plastique.jpg

spéciale dédicace Pimp' !

Partager cet article

Repost 0
Published by Maman Sioux - dans Grossesse feelings
commenter cet article

commentaires

la.maman.oiseau 28/07/2011 21:51



Comme je suis sur la même longueur d'ondes^^ Je me suis renseignée pour les plateaux techniques à Paris et c'est un peu compliqué semble-t-il. En revanche, l'accouchement que tu décris ressemble
finalement beaucoup à celui que j'ai vécu. Si jamais le plateau technique ne se met pas en place pour mon prochain bébé, je me rendrai les yeux fermés à ma précédente maternité (si elle existe
encore, car elle est menacée en ce moment, ce qui me peine beaucoup). Quand j'ai décris le plateau technique à Papa oiseau, il a eu l'air plutôt ok. Et pourtant c'est un cartésien pur et dur.
Mais la précédent grossesse et accouchement se sont tellement bien passés, le tout dans une grande sérénité, qu'il semble ouvert à bcp de choses. Si tu expliques à Papa Sioux avec assurance et
lui montre à quel point tu es déterminé, il suivra. Papa Oiseau a tjours dit que l'accouchement et l'allaitement, c'était mon corps, donc ma décision avant tout. Après il a des limites ! Mille
baisers jolie blonde.



Maman Sioux 29/07/2011 09:27



Je te rassure, Papa Sioux pense la même chose que Papa Oiseau : c'est mon corps, c'est moi qui décide au final. C'est juste que j'aimerais le convaincre sur le fond, le convaincre que ça n'est
pas plus risqué qu'un accouchement médicalisé parce qu'il y a d'autres façons de surveiller le travail qu'un monito en continu ! Mais il faut dire qu'avec un 1er accouchement déclenché DONC
forcément médicalisé (d'autant plus que j'ai pris la péri), ça lui donne d'autant plus l'impression que sans machines, tout est plus risqué. Je pense qu'il ne sera convaincu qu'après un
accouchement physiologique qui se sera bien passé. Et puis il est beaucoup trop stressé pour ma santé et celle du bébé pour lâcher prise sans preuve par l'exemple. Idem pour la péri, il ne
comprend que je veuille essayer de m'en passer - mais on verra le moment venu et l'associer à la prépa à l'accouchement sera le meilleur moyen de le convaincre.


Je sais que ta maternité est menacée, j'ai même signé la pétitition, c'est n'imp ! Et c'est chouette de penser qu'il n'y a pas qu'en PT que l'on peut avoir un accouchement un peu physio et des
choix respectés



sophie 28/07/2011 15:23



Cesa d'urgence pour n°1, une voie basse catastrophique (dystocie des épaules, déchirure, hémorragie, transfusion ...) pour n°2 ... donc pour un totalement hypothétique n°3, ça sera forcement très
médicalisé. De toute façon jamais sans la péri, je n'arrive même pas l'envisager.



Maman Sioux 31/07/2011 13:17



A vrai dire, je me trouve un peu maso d'envisager sans la péri mais je compte sur le fait qu'avec une très bonne préparation adaptée, on est censés pouvoir s'en passer... enfin, en PT, je sais
que j'aurai toujours la possibilité de la demander si j'en peux plus ! 



sophie 28/07/2011 12:51



Tu as raison de réfléchir à tes souhaits pour un futur n°2. J'aime beaucoup ce que tu dis sur le rôle du papa, il faut qu'il soit préparé un minimum surtout si la maman accouche sans péri, voir
sa femme souffrir le martyr sans pouvoir rien à faire ça doit être assez terrible.


Vu mes antécédents, si jamais j'avais une petite dernière, j'aurais forcément une césa programmée ... pourtant j'aurais bien aimé accoucher dans un cocon. En tout cas, je te souhaite de connaitre
un accouchement de rêve !



Maman Sioux 28/07/2011 13:14



En effet, le papa a très peur à l'idée que je ne veuille pas de péri ! C'est pour ça que je souhaite qu'il soit associé au maximum à la préparation, afin de comprendre comment on peut faire pour
gérer la douleur autrement et de quelle façon il pourra m'aider (si je le laisse faire ! lol).


De quelle façon se décide une césa programmée ? Parce que tu as eu 2 césas pour les premiers ?



Carolacheche 28/07/2011 00:50


Comme je te comprends. Avant la grossesse je n'avais pas trop réfléchis à mon accouchement, j'étais suivi par un super gyneco à l'hôpital et à aucun moment je n'ai envisagé le suivi par une SF. En
fait je ne savais même pas que c'était possible. Puis j'ai rapidement été classée dans la catégorie "utérus contractile = col mou et raccourci = mère stressée = MAP = hospitalisation à domicile".
J'avais donc la visite d'une SF libérale tous les deux jours. Quelle chance ! Elle m'a ouvert les yeux sur la réalité d'un accouchement à l'hôpital, des protocoles imposés, de l'incohérence de
certains actes... Ma SF m'a informé et m'a surtout boostee. Sûre de moi, j'ai du demander, proposer, voire carrément imposer certaines choses à l'équipe qui m'a accompagnée lors de l'accouchement.
Je suis heureuse d'avoir pu associer l'aspect Medical et rassurant d'un Hopital à l'aspect naturel et physiologique d'une naissance. Ça s'est passé en douceur, dans le calme, sans lumière
aggressive. La plupart de mes choix ont été respectes. J'ai moi même cédé sur certains points et même craquer pour la péridurale. Mais je suis fière d'avoir pu vivre cette naissance pleinement,
d'avoir accompagné mon bébé autant que possible dans son chemin vers la vie. Tout ça pour dire qu'un accouchement physiologique en Hopital c'est possible. Il faut juste en parler avant et ne pas
avoir peur d'exprimer ses choix


fleur 27/07/2011 18:31



je ne peux qu'adhérer à ton discours et comprend ta position, la primi que je suis a comme beaucoup de femme subit son 1er accouchement, médicalisé à 100%..


Ce jour là, on n'a absolument pas écouté ma douleur ni mon ressenti, mon homme est rentré avec moi après plus d'une heure de dilatation et n'a pu rester qu'à 4 ou 5 mètres de moi tant
l'accouchement a été médicalisé, une fois placé le monitoring on ne m'a plus laissé me lever ..


Plus je pense à avoir un autre enfant et plus l'idée d'un accouchement différent se profile dans ma tête..


Que ton mari ne soit pas pour est une discussion à avoir mais au final c'est toi qui prendras la décision car c'est pas lui qui ira accoucher hein! (il est gentil..mais bon il peut pas le faire à
ta place!!)


Biz (Je suivrais avec grand plaisir tes péripéties quand numéro 2 viendra squatter ;)


Biz



Une Indienne Dans La Plaine

  • : Madame Sioux
  • Madame Sioux
  • : J'ai plusieurs cordes à mon arc : mère épuisée mais comblée (de Pti Tonique 3 ans et l'Iroquoise 16 mois), rédactrice Web indépendante, squaw libérée, concubine intermittente (quand il nous reste 5 min), cuisinière de trucs rapides qui prennent toujours plus de temps que prévu, écrivaine à la plume de vautour, chevaucheuse de bisons dans les plaines autour de Lyon.
  • Contact

On communique ?

Mon tipi a le Wifi. Ecris-moi !

Chercher Une Ruse

Archives

La cuisine de la semaine

La cuisine de la semaine, c'est maintenant un blog dédié... par ici !!


bandeau blog

Suivez les signaux

 

logo-rss.png

 

badge_mapage_hellocoton_160x55_white.gif

Je ruse aussi pour les VI

 

Dernier lâcher de neurones : Le chemin de la maternité [mini débrief]

Nounou-top.fr

http://www.madamesioux.fr/wp-content/uploads/2014/11/nounou-top-logo.png

<script>
  (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){
  (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
  m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
  })(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga');

  ga('create', 'UA-44080416-1', 'over-blog.fr');
  ga('send', 'pageview');

</script>