Ces derniers temps, le lundi, c'est pas mon jour.

Entre les lundis où c'est la course et les remises en question, les lundis déprime, les lundis où les évènements des jours précédents me perturbent encore fortement...

Ce lundi fait partie de la dernière catégorie. En ce moment, à chaque fois que je vois ma famille, nous passons de bons moments mais qui semblent toujours s'achever sur une fausse note, un reproche ouvert ou une désapprobation muette. Je sais que je ne suis qu'une éponge à émotions, c'est pas nouveau. Et parfois, je me demande si je ne perçois pas plus que ce qu'il n'y a à percevoir - ou alors des nuances d'émotion, sûrement passagères, qui ne vaudraient pas la peine de s'y arrêter si je percevais sur une fréquence plus haute !

En plus, je crois bien que Pti Tonique entame sérieusement son Terrible Two. Ce n'est pas facile à gérer, ça surprend au début et quand on est fatigués, on fait surtout comme on peut avec ses enfants. Mais quand en plus on a le regard d'autres personnes sur nos actes (ou nos "non-actes" justement), la pression monte. Le regard d'un étranger, ça m'est assez égal parce que je suis plutôt sûre de mes choix. Mais le regard d'un proche, de ses parents a fortiori, c'est différent et ça peut susciter un malaise.

D'ailleurs, dans l'article du Terrible Two lié ci-dessus, ils disent ces mots, qui resteront vrais malgré les années qui passent j'ai l'impression :

Il est en train d'apprendre qu'il a le droit et la capacité de dire non, mais réalise en même temps que tous ses désirs ne sont pas des ordres. Il apprend à gérer ses émotions, à confronter la frustration.

Et pendant tout ce temps, il est torturé par cet autre désir, qui le suivra toute sa vie : celui de vous plaire et d'être aimé par vous. Avec ces élans contradictoires qui l'assaillent tout à coup, pas étonnant que votre bambin semble parfois épuisé, confus et qu'il fonde en larmes. Et sachant cela, on se dit qu'on peut peut-être se montrer un peu plus compréhensif.

Oui, toujours la crainte de décevoir. Quand pourrons-nous dire "je n'en ai plus rien à faire, je suis ma propre voie parce que je pense que c'est la bonne pour moi et ma famille, je fais donc fi des désapprobations, d'où qu'elles viennent" ? Une amie plus âgée (40 ans) m'avait déjà dit que quoiqu'on fasse, les rapports avec nos parents restent sensiblement les mêmes en grandissant (cf des "petits" conflits avec son père, qui semblaient être toujours les mêmes malgré le temps qui passe).

Bien entendu, si tout va bien, on échange ensuite entre adultes, sur un pied d'égalité. Mais au fond de soi, même si on s'en défend et qu'on fait tout pour avoir l'air d'agir librement, j'ai l'impression que l'on reste l'enfant que l'on était, qui guettait la bonne humeur de son papa, le sourire rassurant de sa maman, la fierté dans leur regard nous faisant penser que l'on était sur le bon chemin, les félicitations de nos proches pour ce que l'on avait entrepris et réussi seul, l'harmonie familiale tout simplement (quand on sait qu'elle peut voler en éclat à la moindre remarque de travers ou à cause du mot attendu qui n'aurait pas été dit).

Personnellement, malgré toute la distance que j'essaie de prendre, d'autant plus aisément que j'ai fondé mon foyer et que celui-ci m'apporte bonheur, sérénité et équilibre, je sens bien qu'un rien continue de m'affecter. Et ce pendant plusieurs jours, tant que je n'ai pas la preuve directe que la personne concernée n'a pas de ressentiment à mon égard.

Et tout ceci est loin d'être fini. Je nourris des projets d'avenir qui, lorsque j'aurai eu le courage de les mettre en branle et donc de sortir de mon confort (notamment financier) actuel, susciteront certainement des réactions vives et dubitatives. Il me faudra m'accrocher, prouver mon réalisme et mon sens des responsabilités, affirmer haut et fort que "je sais ce que je fais" ou tout du moins qu'à défaut d'être sûre de moi, je fais ce que je dois, ce que j'ai besoin de faire pour trouver une vie en accord avec moi-même.

La route est encore longue.

(et désolée si tout ceci paraît parfois un peu sibyllin - je ne me sens pas toujours capable de tout dire, de tout expliciter en détails)

 

lundi-introspectif.jpg

Lundi 19 mars 2012 1 19 /03 /Mars /2012 09:58
- Par Madame Sioux - Publié dans : Mme Sioux se raconte - Laisser un avis sur cette ruse - Voir les 3 calumets de la paix
Retour à l'accueil

Commentaires

N'oublie pas aussi que tu es enceinte...

Pour être passer par là il y a déjà 6 ans, je sais que cela joue aussi sur le comportement de l'aîné ...

Ne fais pas la même erreur que moi surtout. Ne te mets pas à culpabiliser d'imposer déjà une petite soeur à P'ti Tonique car P'ti Tonique en jouera.

Pour ce qui est de la relation avec les parents en grandissant, c'est étrange mais je n'ai pas ce sentiment d'avoir envie de satisfaire mes parents. Peut-être parce que je trouve que tout est bien comme c'est.

Par contre, j'ai vu ma mère chercher longtemps de la reconnaissance dans le regard de ma grand-mère ... Elle l'a eu dans les derniers moments.

Commentaire n°1 posté par MissBrownie le 19/03/2012 à 10h45

Côté grossesse, ça va, je ne culpabilise pas d'imposer rapidement une petite soeur à Pti Tonique. Je cherche plutôt comment je vais faire pour arriver à satisfaire tout le monde et associer le grand frère aux soins de la petite soeur mais aussi jouer avec lui si sa soeur peut rester dans son transat à nous observer par exemple...

Côté parents, ça doit aussi dépendre du caractère de nos parents. Les miens ont toujours été assez exigeants je trouve alors ça déteint et ça donne des enfants qui craignent de ne pas les contenter ? ou pas, peut-être que certains arrivent à envoyer bouler ce sentiment-là définitivement...

Mais oui, je pense que ça dépend beaucoup du caractère des parents et des attentes qu'ils ont eu avec nous dès le début : par exemple, tout comme toi et en y réfléchissant, je ne pense pas que Mr Sioux ait cette pression-là avec ses parents, ils sont différents.

Réponse de Madame Sioux le 19/03/2012 à 10h52

Je confirme c'est pareil pour bon nombre d'entre nous: je me suis très sérieusement pris la tête avec ma maman durant de longs mois avant qu'elle accepte la façon dont j'entendais mener ma propre vie. Depuis nous avons de très bonnes relations elle est même très heureuse finalement que j'ai eu le cran de lui tenir tête et que je mène ma barque à ma façon. Il n'empèche que lorsqu'elle vient je suis toujours un peu tendue, de peur qu'elle n'apprécie pas son séjour, qu'elle n'en profite pas autant que j'aimerais qu'elle puisse en profiter (avec des enfants charmants et entousiaste, et de bons moments de complicité par exemple ce qui n'est pas gagné à tous les coups).
Mon meilleur conseil quand ça semble un peu difficile: mieux vaut se concentrer sur le noyau restreint de ta petite famille pendant un temps. Limiter les rencontres, ça permet de s'assurer que tout le monde va bien chez toi, que chacun a eu son quota d'amour et d'attention et les retrouvailles ave les autres n'en seront que meilleures parceque tout le monde aura à coeur d'en profiter à fond.

Commentaire n°2 posté par cleanettte le 19/03/2012 à 11h37

Pour l'instant, je ne fais pas le 2ème car je sais que je n'ai ni l'envie ni le temps de pouvoir me partager entre la laloutte et un éventuel bébé mais je suis sûre que le jour venu, je serai faire car tout comme avec le 1er, tout est instinctif et naturel avec le 2ème ou plus.. Je trouve ça bien que tu te poses ces questions, au moins tu t'investis déjà dans ton rôle de maman de deux enfants

Pour les parents, je ressens un peu la même chose que toi. Dernièrement, nous sommes allés en we chez eux et quelques jours après, je parlais de la MAM à ma mère et elle me lance que mon père et elle pensent que j'aurai des difficultés à gérer la laloutte car je suis trop "permissive". ça m'a mise hors de moi et ça m'a blessé, quelques secondes de remise en question et puis j'ai regardé ma fille et j'ai trouvé que jusque là, j'avais fait du "bon boulot" alors "m..." aux parents parfois !!

Commentaire n°3 posté par Sissi le 20/03/2012 à 20h50

Une indienne dans la plaine

  • Madame Sioux
  • : J'ai plusieurs cordes à mon arc : mère épuisée mais comblée (de Pti Tonique 3 ans et l'Iroquoise 16 mois), rédactrice Web indépendante, squaw libérée, concubine intermittente (quand il nous reste 5 min), cuisinière de trucs rapides qui prennent toujours plus de temps que prévu, écrivaine à la plume de vautour, chevaucheuse de bisons dans les plaines autour de Lyon.

On communique ?

Mon tipi a le Wifi. Ecris-moi !

La cuisine de la semaine

La cuisine de la semaine, c'est maintenant un blog dédié... par ici !!


bandeau blog

Suivez les signaux

 

logo-rss.png

 

badge_mapage_hellocoton_160x55_white.gif

Je ruse aussi pour les VI

 

Dernier lâcher de neurones : Le chemin de la maternité [mini débrief]

J'aime Bambinou

bambinou_jaime.jpg

Chercher une ruse

<script>
  (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){
  (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
  m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
  })(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga');

  ga('create', 'UA-44080416-1', 'over-blog.fr');
  ga('send', 'pageview');

</script>

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés